Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 08 28Article 538093

Opinions of Friday, 28 August 2020

Journaliste: Christian Ntimbane Bomo

'Paul Biya et son frère Papa Assam passaient des nuits chez ma grand-mère'

Je lis souvent : " Maitre, Pasto vous voulez plaire aux bamileke. D'autres Kamto vous a acheté ( Donc l'argent de Kamto là ne finit pas ?) . Enfin c'est parce que vous avez perdu des contrats que vous êtes contre le régime.
Chers compatriotes, je comprends que vous cherchez bien à comprendre pourquoi je ne soutiens plus le régime Biya.

Je voudrais vous rappeler que j'aurais plus à gagner matériellement et tout de suite avec Paul Biya que d'attendre une éventuelle venue de Kamto au pouvoir. Paul Biya et moi avons de liens de parenté. Paul Biya et son ainé feu Papa Assam Benoît passaient des nuits chez ma grand-mère, amie à leur mère quand ils allaient à l'école primaire de Nden . Il connaît très bien ma famille. J'ai toujours eu de très bons rapports avec la famille Biya.
Si vous prenez au niveau des collaborateurs proches de Paul Biya, 80% sont à tu et à toi avec moi. Ce sont des aînés, des frères, des amis.
Je connais pratiquement tout le monde là-bas et tout le monde me connaît aussi pratiquement .

Dans la haute administration pareil.
Certaines pontes du régime m'ont même demandé si j'avais un problème, une déception et qu'ils étaient prêts à régler tout ça.
Si j'avais ou recherchais un intérêt matériel, je serais avec ceux qui gèrent l'argent du pays.

Et plus, je ne serais pas venu m'installer en France.
Quand je vivais au Cameroun, j'étais tout aussi professionnellement bien outillé qu'ici en France. J'avais l'un des plus grands cabinets d'avocats du Cameroun à, à peine 30 ans. D'ailleurs, vous lisez souvent certains envieux de cette époque vous rappeler que je gagnais des milliards.
Car effectivement mon train de vie était relevé et très précoce pour mon âge.

Mais en 2005, soit depuis 15 ans, je dis bien 15 ans, j'ai décidé de tout abandonné au Cameroun et de venir m'installer comme Avocat en France.
J'ai réussi à un concours ouvert à l'international aux Avocats étrangers. Ce qui m'a permis de m'inscrire au Barreau de Paris, où j'exerce avec beaucoup de satisfaction et d' épanouissement.

Je tiens à rappeler que selon de nombreuses études, les revenus les plus faibles d'un Avocat en France sont en moyenne de 3000 euros par mois soit 4 fois le salaire d'un ministre au Cameroun en dehors de tout detournement.
Je suis largement, mais alors largement au-dessus de ce montant au vu de mes déclarations fiscales.

Ces rappels, c'est pour vous dire que mon combat pour la fin du régime Biya que j'ai commencé fin 2017 exactement, n'a rien à voir avec une quelconque rancune, privation matérielle, ou de l'attente d'un gain politique auprès de Maurice Kamto,

J'ai dans un premier temps fait le constat que Paul Biya a tout donné et n'a plus de solutions pour le Cameroun. Mais au lieu d'avoir le courage de partir pour laisser une chance aux générations futures, Paul Biya et ceux qui profitent de son pouvoir s'y maintiennent par la torture, la privation des libertés, le bâillonnement de la pensée libre, la pratique des élections injustes et frauduleuses.

Pourtant le pays se meurt. Le Cameroun est de plus en plus pauvre . La jeunesse est sans avenir. C'est le chômage et le sous-emploi généralisé. Aucune perspective réelle de développement pour le Cameroun . Du rafistolage en permanence. Les camerounais sont dans la misère. 17 jours sans eau dans des quartiers de Yaoundé par exemple ! L'injustice a envahi le Cameroun. Pour obtenir son droit il faut corrompre ou avoir des relations. Ceux qui n'ont pas cette possibilité sont abandonnés. Je reçois des centaines de messages de personnes sans défense qui décrivent les injustices dont elles sont victimes au quotidien de la part des plus forts.
Par ses méthodes de gestion du pays, le régime Biya, il faut le rappeler qui est constitué d'un ensemble de camerounais de toutes tribus, a aussi divisé les camerounais.

Le tribalisme et la haine de l'autre à cause de sa tribu sont devenus le quotidien des camerounais.
Paul Biya n'est plus capable de contrôler ses collaborateurs et personnes qu'il nomme ou qu'il a nommées quand il le pouvait.
Le pays est géré par des personnes qui ont pour seul intérêt se remplir les poches rapidement, car conscients de l'evidence de la fin.
Plus est, après avoir fait des recherches très poussées sur les relations internationales et la géopolitique, j'ai compris que nous sommes encore en esclavage et des africains comme Paul Biya et autres chefs d'Etat ont accepté que nous demeurons des esclaves en contrepartie leur maintien au pouvoir par les maîtres esclavagistes.

C'est dire, Chers compatriotes, je ne recherche aucun intérêt.
Je n'attends rien et ne veux rien de personne.
Je suis totalement détaché du matériel.
J'ai l'âme compassionnel pour ceux qui souffrent ou qui sont victimes de quelque injustice que ce soit.
C'est le cas du peuple bamileke dont l'histoire sur sa marginalisation coloniale et qui continue, me fait très mal.
Ce peuple dynamique, qui est une chance pour notre pays, sans être parfait, car nul n'est parfait, a payé le plus lourd tribu et a consenti d'énormes sacrifices plus que tout autre tribu de notre pays lors de notre colonisation officielle.

Des centaines de milliers d'enfants bamileké sont morts pour notre libération. Et quand j'entends certains esprits ingrats dire qu'un bamileke ne sera jamais au president, je sors de moi.
Comment oublier ces flots de sang des fils et filles bamileke versés, leurs stridents cris lorsqu'ils étaient jetés vivants par milliers, par des militaires français dans les chutes de la rivière metche dans l'arrondissement de penka Michel?

À cause de leur refus d'être soumis aux colons, la distribution des terres vacantes et sans maître de notre pays leur a été défavorable.
Je crois en Dieu et je suis son serviteur. Je ne prendrais position que pour le jugement juste et la vérité
Les émotions affectives, tribales et toutes autres n'ont aucun effet sur ma quête de la justice.
Comme dira Paul de Tarse, les avantages et biens de ce monde m'importe t dorénavant peu :
" Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ.
Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l`excellence de la connaissance de Jésus Christ mon Seigneur, pour lequel j`ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d`être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s`obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi"
Philippiens 3:7-9.
Christian Ntimbane Bomo
Société Civile Critique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter