Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 09 01Article 616573

Opinions of Wednesday, 1 September 2021

Auteur: Patty BEBE

'Paul Biya consacre la violation de la loi de finance'

Paul Biya dans sa 39ème règne au Cameroun Paul Biya dans sa 39ème règne au Cameroun

Bon nombre de Camerounais s'insurgent contre l'élaboration du budget de l’Etat pour l’exercice 2022 lancé par le président Biya qui affecte une fraction des recettes de l'état affectées aux collectivités territoriales. Pour Patty Bebe, c'est inacceptable. Car en l'en croire, le président viole ainsi la loi 25 portant code général des collectivités territoriales décentralisées.


Sur la circulaire relative à la préparation du budget signée ce 30 août 2021, que vient chercher la phrase: " un effort devra être fait pour accroître le niveau des ressources mobilisées au profit des CTD"... ?

La loi portant code code générale des collectivités territoriales décentralisées en son article 25 est pourtant claire sur la Dotation Générale de la Décentralisation (DGD).

Elle prévoit que la fraction des recettes de l'état affectées aux CTD NE PEUT ETRE INFERIEURE A 15% de ces dernières.
En demandant que l'on "fasse un effort", le chef de l'état viole par une ordonnance, la loi.

Pourtant, on ne gouverne pas sans chiffres précis, M. le chef de l'Etat!
Les recettes à affecter aux CTD ne sont pas une faveur. Elles sont le produit d'une loi votée par le PARLEMENT. L'illustre chambre qui représente le PEUPLE. C'est donc une loi votée par le Peuple et pour le Peuple. Une loi démocratique.
Les recettes sont exprimées en CHIFFRES pour nos statistiques. Et les statistiques sont une pompe à injection pour la gouvernance.

Le gouvernement doit donc d'un:
Rendre publiques les recettes totales de l'Etat pour l'année en cours en l'état actuel et le montant final prévisionnel visé à la clôture de l'année budgétaire.
Cela renseignera clairement l'opinion publique et le Peuple sur le chiffre qui pourrait être alloué aux CTD.
Et de deux:
Le chef de l'état devrait rappeller à son gouvernement la loi applicable à la dotation des CTD et lui ordonner sa totale application ou alors demander la révision de cette loi, le cas échéant.
Il ne peut pas violer impunément la loi et ouvrir le boulevard à la gouvernance embuscadière à ses ministres qui ont déjà exposé lors d'une session parlementaire passée, leurs intensions à ne pas respecter les minables 15% qui reviennent de droit aux CTD.

Je suis offusquée par une telle légèreté de la part du chef de l'état, lui, qui DEVAIT veiller à l'application munitieuse de la loi.
C'est clair et ça l'a toujours été pour moi depuis 20 ans que Paul Biya et ses collaborateurs sont farouchement opposés à la décentralisation, au développement durable et inclusif et donc à l'autonomisation de nos régions.
Ils utilisent seulement ces termes dans leurs discours pour flatter les bailleurs de fonds qui se font de plus en plus méfiants vis-à-vis de notre pays, le Kamerun.

Par ailleurs, j'ai un conseil pour le chef de l'état. Notre pays a besoin de s'oxygiéner financièrement. Ayez donc le courage suspendre le payement la dette extérieure pour un moment (5 à 10 ans).
Pendant ce temps, privilégiez le payement de la dette intérieure afin de relancer l'économie nationale de notre pays et nous aurons suffisamment de liquidité à consacrer aux CTD pour le développement durable et inclusif de notre pays.

Et puisque nous sommes le 31 août, date de clôture des inscriptions sur les listes électorales, chers soeurs et frères du Kamerun, c'est la carte d'électeur qui nous débarassera de cette roublardise et ce manque d'efficacité gouvernementale et institutionnelle.