Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 06 03Article 600067

Opinions of Thursday, 3 June 2021

Auteur: English Cameroon for a United Cameroon?

'Paul Biya a permis à Ngoh Ngoh de s'imaginer comme le prochain président '

Ferdinand Ngoh Ngoh, SG de la présidence et Paul Biya Ferdinand Ngoh Ngoh, SG de la présidence et Paul Biya

•Dans une tribune, la plateforme English Cameroon for a United Cameroon donne son point de vue sur la gouvernance du Cameroun.

•La plateforme déclare que Ngoh Ngoh s'imagine comme prochain chef d'Etat du Cameroun.

•Elle ajoute que Paul Biya est responsable de cette situation.



Dans la tribune ci-dessous, la plateforme English Cameroon for a United Cameroona a clairement identifié les cadres du régime qui dirigent le pays à la place de Paul Biya. Dans la tribune ci-dessous diffusée en intégralité, vous y lirez les autres points de vue de l'ECUC sur plusieurs sujets d'actualité.

'M. Paul Biya a permis à M. Ferdinand Ngoh Ngoh de s'imaginer comme le prochain président du Cameroun. Si une voie constitutionnelle est suivie comme il se doit, les chances que cela se produise sont largement contre. Nous avons déjà fourni des analyses de cette impossibilité dans le passé, affirmant que seule une option militaire reste ouverte pour M. Ngoh Ngoh. Dans cette optique, M. Ngoh Ngoh semble désormais déterminé à tracer une voie France-Afrique unique pour officialiser sa présidence actuelle par délégation. Il a amassé de l'argent pour cela, mais il ne peut pas tout faire par lui-même. Heureusement pour lui, un triangle émerge qui peut arranger les choses afin que d'ici 2023, les événements soient déclenchés pour réaliser son couronnement en tant que prochain monarque de cette belle nation qui est maintenant transformée en un donjon France-Afrique abandonné par Dieu. d'avidité et de crime. Outre le soutien indéfectible qu'il a à la Première dame, Mme Chantal Biya, la composante militaire du puzzle serait en cours de réalisation sous la direction du colonel Emile Bamkoui, chef de l'unité de renseignement militaire (SEMIL) au ministère de la la défense.

Contre les chances que M. Ngoh Ngoh devienne président grâce à des élections constitutionnellement sanctionnées, il y a son impopularité en tant que porte-drapeau potentiel du parti RDPC et la concurrence du prince Biya même dans le cas d'élections non démocratiques. Le premier ministre, M. Joseph Dion Ngute, est le candidat populaire du parti RDPC, bien qu'il soit actuellement dans la ligne de mire de ceux qui ne peuvent imaginer qu'un anglophone soit président dans ce pays. M. Frank Biya compte sur un réseau de plus en plus restreint de partisans de son père pour accéder au pouvoir; il reste l'espoir des vrais loyalistes de Biya qui voient le nuage sombre du machiavélique Ngoh Ngoh planer au-dessus. Le réseau de M. Frank Biya se rétrécit à la fois en raison de la compréhension que si le RDPC doit survivre, il serait mieux entre les mains de quelqu'un comme M. Dion Ngute que dans des mains monarchiquement répulsives. Mais surtout, le réseau de M. Frank Biya se rétrécit à cause d'un plan systématique du clan Ngoh Ngoh qui est à ce jour le plus grand gang anti-républicain qui travaille tranquillement à une surprise de 2023 à la France-Afrique.

Dans notre lutte pour la libération du Cameroun, nous devons rester critiques à l’égard de ceux qui méprisent l’État de droit et la constitutionnalité. Mais nous devons également nous rappeler que le progrès se fait par la lutte contre les contraires. Si les ambitions présidentielles du prince Biya doivent être reconnues comme un effort futile, elles servent de résistance à l’autocratie naissante de M. Ngoh Ngoh. Mais bien plus que le contre-effort maladroit du projet frankiste condamné, il y a l'effort combiné de certains Camerounais à des postes clés du renseignement et de la sécurité. Parmi ceux-ci figurent M. Leopold Maxime Eko Eko de la direction générale de la recherche externe et M. Martin Mbarga Nguele de la direction de la sécurité nationale. Camerounais qu'ils blâment pour les retards dans leurs passeports, cartes d'identité nationales et autres arrestations arbitraires. Mais ils disent qu'une horloge cassée a raison deux fois par jour. Nous devons prendre au sérieux le fait que l’état naturel des choses est que les conflits et ces conflits conduisent à un résultat positif si l’information est rendue publique et si nous appliquons les lois de la justice, écrites ou imposées par l’intensité du combat. Résistent également au triangle Ngoh Ngoh-Bamkoui-Première Dame, le commandant de la garde présidentielle et un général de la marine.

Sans le soutien public pour ceux qui résistent à la réalisation du projet du triangle du Diable, nous pouvons voir que beaucoup de ceux qui résistent sont démis de leurs positions de pouvoir. Cela a déjà été jugé contre M. Eko Eko. Sans information et sans critique publique, nous pourrions voir ce triangle du diable se transformer en une pyramide maléfique avec une force extrêmement destructrice qui plongera notre belle nation donnée par Dieu dans l’abîme. Nous avons tous le devoir de résister à la constellation de ce mal et d'insister sur une voie démocratique constitutionnelle multipartite vers un Cameroun post-Biya. Examinons de près le plan, les tentatives de résistance et la manière dont nous pouvons conjointement vaincre ce projet pervers.

1. Le plan émergent - Obtenir le triangle du diable et ses tentacules

1.1. M. Biya a créé un monstre en M. Ngoh Ngoh que lui, Biya, ne peut plus contrôler. Si les développements allégués étaient vrais et par accident, M. Biya devait avoir au hasard une bonne pensée au Cameroun, il retirerait simplement M. Ngoh Ngoh de son poste et ferait examiner la richesse de M. Ngoh Ngoh pour éventuellement trouver des preuves de profits inacceptables. de l’État. Mais ce chemin a été définitivement bloqué par le trio par la présence permanente de Mme Chantal Biya, que l'on peut appeler affectueusement Lady Chantal Marie Antoinette. Il est impossible d'avoir un mot privé avec le président sans sa femme et, si cela se produisait, le vieil homme impuissant subirait des violences conjugales s'il ne révélait pas tout ce qui lui avait été dit. C'est à travers cette présence protectrice de Lady Chantal Marie Antoinette que des personnes comme M. Eko Eko sont facilement encadrées devant le président par M. Ngoh Ngoh. Ainsi, les deux sommets du triangle, M. Ngoh Ngoh et Lady Chantal Marie Antoinette sont inséparables. Le limogeage de M. Ngoh Ngoh est une mission suicide que le vieil homme ne peut se résoudre à réaliser, en particulier quelqu'un comme M. Biya qui est en quête de l'élixir d'immortalité.

1.2. L'argent et la connexion à la Première Dame ne suffisent pas pour monter un projet de cette ampleur. Si l'on a l'intention de renverser la constitution et de prendre le pouvoir, une composante militaire doit être en place. C'est ici qu'il faut le génie du colonel Bamkoui. Mais qu'appelle-t-on le génie si ce ne sont pas les compétences acquises lors de la lutte contre le crime organisé qui, en fin de compte, rendent indiscernable les gangs que l'on veut combattre? Telle est la personne de M. Bamkoui. Né en 1965 à Bafia, le colonel Bamkoui serait diplômé de l'EMIA en 1992. Il a travaillé avec les gendarmes à différents titres, traitant des crimes organisés. En 2008, il aurait abattu une de ses connaissances, un inspecteur de police à Douala, Hervé Mapouro. Pour une excuse, il a dit qu'il s'agissait d'un crime passionnel, alléguant que le défunt était impliqué dans une relation intime avec sa femme. Jugé au tribunal militaire, il a été condamné à une peine légère de 18 mois, qui en appel a été encore réduite, ce qui l'a conduit à quitter la prison en un rien de temps. Depuis, sa carrière continue de connaître une trajectoire ascendante, avec lui devenir colonel en 2018 grâce aux interventions calculatrices de M. Ngoh Ngoh. En effet, de telles interventions devraient commencer à porter leurs fruits avec le colonel Bamkoui jouant le garant militaire du projet présidentiel Ngoh Ngoh.

1.3. Sur la scène internationale, M. Ngoh Ngoh peut compter sur le soutien des Israéliens. L'épouse de l'actuel ambassadeur d'Israël serait un entrepreneur qui jouit de la générosité de M. Ngoh Ngoh avec des contrats. A travers cette connexion israélienne, on espère que le flux d'armes et l'incorporation éventuelle de la garde présidentielle et du BIR seront assurés avant 2023.

1.4. Le colonel Bamkoui peut être comparé à Idi Amin de l'Ouganda - une personne brutale au tempérament instable. Le lien israélien avec leur projet n'est pas une coïncidence. C'est Israël qui a aidé Idi Amin à renverser Milton Obote en Ouganda, dans l'espoir de fournir en douceur des armes au Soudan du Sud. On espérait alors qu'une guerre séparatiste sud-soudanaise détournerait le Soudan de son adhésion à la campagne arabe contre Israël. Bien que cette décision ait porté ses fruits et ait finalement conduit à la sécession après des décennies de guerre, Idi Amin s'est rapidement retourné contre ses maîtres, comme en témoigne la prise d'otage d'Entebbe dans laquelle le frère de M. Benjamin Netanyahu, Jonathan, a perdu la vie.

1.5. Si ce plan se concrétisait, il n'y a aucune raison pour que le loufoque M. Ngoh Ngoh pense que cela se terminera par sa présidence. Les tempéraments du colonel Bamkoui sont tels qu'il peut changer le plan au bon moment et se couronner le chef de l'Etat militaire, s'inspirant étroitement du dictateur brutal de l'Ouganda.

1.6. Ce plan émergent augmente systématiquement le nombre de personnes au gouvernement qui sont du côté du clan Ngoh Ngoh. Presque toutes les élites de la région du centre au gouvernement y sont favorables, mais pour certaines voix de principe telles que M. Eko Eko.

1.7. Mais comme le plan ne peut réussir que dans la région du Centre, des alliances stratégiques se construisent dans tout le pays, convertissant les frankistes en dévots de Ngoh Ngoh ou remplaçant carrément les frankistes par des partisans du triangle du diable.

1.8. La sélection du Lamido de Garoua en est un bon exemple. Le Lamido actuel de Garoua est le choix du colonel Bamkoui. Il n'y a aucun moyen qu'une Hayatou aurait perdu l'élection d'un lamido dans un processus libre non entaché par les calculs de l'État. La destruction de ce pays est complète car on est choqué par l'empressement avec lequel les gens sans méfiance de Garoua ont immédiatement sauté aux célébrations et à la musique. Selon la rumeur, le système judiciaire recherchait l'actuel Lamido de Garoua pour un contrat minier avec des Canadiens qui impliquait également le colonel Bamkoui. Les Canadiens semblent avoir été doublés dans le processus et ne sont visiblement pas satisfaits, car ils veulent que justice soit faite. On suppose que le minéral en question est de l'or.

1.9. Le colonel Bamkoui a publié un livre en décembre par l'intermédiaire de l'éditeur Harmattan. Le sujet du livre indique qu'il évolue vers un autre niveau, un niveau politique, pas seulement un service militaire auprès d'un gouvernement civil élu. Alors que nous avons affaire à Boko Haram, un conflit né de la faim et de la pauvreté religieuses, et du conflit séparatiste du Cameroun occidental, né de l'assimilation et de la marginalisation, le colonel Bamkoui consacre son livre au vaste sujet de la corruption en Afrique subsaharienne. Il promet au lecteur de s'attarder sur les ramifications géopolitiques et sécuritaires, non pas de la corruption, mais d'une catégorie encore plus large, l'économie transnationale. La préface de ce magnum opus de notre émergent Idi Amin ou Colonel Ghadaffi est écrite par M. Joseph Beti Assomo, un autre allié de la région Centre du triangle du diable. On nous dit que M. Atanga Nji est aussi un allié du triangle, tout comme le secrétaire au Premier ministère, dont le travail est de garder un œil sur la figure de tête du Premier ministre de l'Ouest Cameroun.

1.10. M. Ngoh Ngoh et le colonel Bamkoui sont conscients que rien ne se concrétise en France-Afrique sans les bénédictions de mère France. Pour cette raison, il est allégué que M. Ngoh Ngoh a envoyé des lobbyistes à M. Macron. Ce sont des gens de race blanche, peut-être israéliens avec d'autres passeports européens. M. Ngoh Ngoh offre des assurances de résoudre le conflit du Cameroun occidental et de très bien gérer la plantation camerounaise. Il désire être pleinement reconnu en tant que président, le vieil homme se retirant formellement et sa formalisation suivant la voie tchadienne ou malienne. Les Français commencent à accepter le fait que M. Ngoh Ngoh a l'argent et le large soutien à la tête de l'État. Ils ne se soucient pas qu'il n'ait aucun soutien populaire (ce n'est jamais la préoccupation de ces pillards et bandits). La France est prête à bénir le triangle s'il est amené à vivre un soulèvement populaire qui justifie leur invocation trop classique de circonstances exceptionnelles. C'est de cette considération que le calendrier 2023 semble surgir. L’idée est d’infiltrer le parti de M. Kamto et de se diriger vers des manifestations ou de parrainer des manifestations spontanées dans lesquelles la violence éclate et certaines personnes sont tuées. Le colonel et futur politicien Bamkoui s'avancerait alors pour demander au vieil homme de partir afin que l'ordre puisse être rétabli. Dans le cadre d'un partenariat militaro-civil, M. Ngoh Ngoh sera alors amené en tant que composante civile avec la capacité de gérer les affaires quotidiennes de l'État. Si cela est réalisé, une transition d'environ 2-3 ans devrait être approuvée par Mère France à la France-Afrique. Pendant ce temps, M. Ngoh Ngoh, avec les pleins pouvoirs présidentiels, devrait consolider ses alliances autour de la nation et entamer officiellement son propre long règne machiavélique avec une élection truquée.

2. Résistance au sein du gouvernement
Comme nous l'avons déjà indiqué, il y a des gens au sein du gouvernement qui lisent ces développements avec beaucoup d'inquiétude. M. Eko Eko, favorable à une relation de travail avec le Premier ministre et réputé être un négociateur doué, a tenté d'engager des discussions avec les séparatistes et les chefs religieux. C'était censé être un effort dirigé par le Premier ministre, mais M. Ngoh Ngoh a induit les Français en erreur en leur faisant croire que c'était de sa propre initiative, mais une fois le mensonge découvert, M. Ngoh Ngoh et Lady Chantal Marie Antoinette semblent s'être engagés à faire en sorte que M. Biya pense que M. Eko Eko et M. Dion Ngute poignardent dans le dos M. Biya et sabotent la résolution de la crise anglophone. M. Biya semble maintenant avoir réalisé qu'il est dans une matrice manipulée par M. Ngoh Ngoh mais malheureusement, sa puissante dame ne peut pas lui permettre de prendre une mesure corrective.

Malgré cela, M. Eko Eko défend ce qu'il juge inacceptable. Pour un allié, il a M. Mbarga Nguele. Sur ce seul aspect, les Camerounais peuvent alors considérer le duo chargé du renseignement interne et externe comme des gardiens de l’État contre un triangle du diable planant au-dessus de la nation avec des plans infâmes. Le commandant de la garde présidentielle n’est pas encore du côté du triangle du diable. Il en va de même pour certains généraux plus âgés. Le plan est cependant de retirer le plus tôt possible les personnes âgées qui pourraient être difficiles à convaincre de traverser les côtés.

La question est de savoir si le vieux renard, M. Mbarga Nguele, est assez intelligent et audacieux pour faire descendre le Tribunal pénal spécial (TCS) sur M. Ngoh Ngoh et le colonel Bamkoui avant qu'ils ne deviennent imparables. On dit que M. Nguele a récemment visité TCS. Les gens se demandent s'il était là en mission pour récupérer ces éléments voyous ou s'il était là dans le cadre du projet de nettoyage de la maison du triangle dirigé par M. Ngoh Ngoh. L'opinion est qu'il y a assez de saletés sur M. Ngoh Ngoh, le colonel Bamkoui et le Lamido de Garoua, qui pourraient les envoyer à Kondengui, si M. Mbarga Nguele et M. Eko Eko avaient le feu vert du vieil homme ou si ils pourraient déclencher indépendamment un tel processus. Cela est impossible pour le moment car M. Laurent Esso du ministère de la Justice est du côté du triangle et Lady Chantal Marie Antoinette ne peut pas permettre à M. Biya de faire un pas qui exposerait M. Ngoh Ngoh.

Mettez n'importe quel Camerounais à la place de M. Ngoh Ngoh, il y a de fortes chances que la grande majorité d'entre eux agisse comme lui. Ils travailleraient pour assurer la position pour eux-mêmes. Nous avons considéré les frankistes comme moins dangereux car ils doivent passer par des élections. Nous avons un combat loyal contre eux au niveau du RDPC et lors d'une élection nationale. M. Frank Biya peut être arrêté par une population mobilisée. Mais le projet de ce triangle du diable est plus difficile.

3. Comment tous les Camerounais peuvent rejeter et dénoncer le triangle diabolique de Ngoh Ngoh - Colonel Bamkoui-Lady Chantal Marie Antoinette.

3.1. Il est étrange de dire qu'il n'y a qu'une seule façon de faire quelque chose, mais c'est le cas ici. Nous devons défendre une voie constitutionnelle vers le remplacement de M. Biya. Cela ne veut pas dire que nous devons croiser les bras et attendre 2025 car le plan se concrétisera avant d'y arriver. 2023 n'est pas loin d'aujourd'hui.

3.2. Nous devons nous unir - la société civile, l'opposition, la presse et les militants progressistes du RDPC - nous devons nous unir et appeler M. Biya à démissionner. Son temps au bureau n'a pas été formidable. Il ne peut rien faire pour changer cela maintenant. Il ne peut pas mettre fin au conflit du Cameroun occidental. En fait, sa présence à Etoudi anime ce séparatisme. Mais rester au pouvoir ne peut qu'aggraver un bilan déjà mauvais. M. Ahidjo a prononcé un discours et a démissionné. Si M. Biya faisait de même, il suivrait simplement la tradition. Mais s'il veut rester jusqu'en 2025, se présenter à nouveau à la présidence ou faire de son fils, et non de M. Ngoh Ngoh, le prochain candidat à la présidentielle, il se trompe. Il est allégué que M. Ngoh Ngoh a déjà dit de lui: «Paul Biya est un fainéant qui ne pense qu'à rester au pouvoir». Le triangle émergent du diable est conçu pour mettre fin à cette obsession vers 2023 de manière humiliante. Nous devons donc amplifier nos appels sous tous les angles pour que M. Biya démissionne maintenant alors qu'il peut le faire avec un semblant de dignité.

3.3. La résistance et tous les Camerounais qui aiment cette belle nation doivent faire comprendre que Lady Chantal Marie Antoinette paiera sa part des problèmes de ces nations. En précisant clairement que si elle n'arrête pas sa protection de M. Ngoh Ngoh, elle perdra beaucoup. Dans le post Biya Cameroun, les frankistes se joindront au reste des Camerounais pour chercher la punition de ceux qui ont promu le triangle du diable.

3.4. Nous devons tous intensifier notre examen de tous les dirigeants traditionnels. L'idée que les dirigeants traditionnels sont nommés par l'État est fausse. Les dirigeants traditionnels actuels et futurs seront courtisés pour entrer dans le triangle en tant que tentacules. Nous devons les avertir des conséquences. Tout chef coupable d'avoir comploté contre la constitution perd son droit d'être chef une fois que l'ordre constitutionnel est défendu avec succès.

3.5. Nous devons envoyer un message clair à la France, à Israël et à toute autre nation étrangère qui cherche à renverser un transfert constitutionnel de pouvoir. Nous devons leur faire payer cher.

3.6. Nous avertissons tout parti d'opposition qui parle encore de gouvernement de transition ou de réformes juridiques sans pouvoir élu. C’est une passerelle vers l’actualisation du triangle du diable. Nous faisons les affaires des partis politiques en défendant la constitution. Bien que ce soit un malaise France-Afrique, pour combattre France-Afrique, il faut sortir des sentiers battus. Vous ne pouvez pas utiliser le fait que France-Afrique ne respecte pas la constitution pour dire que nous ne devons pas défendre la nôtre. Au Cameroun, nous dessinons les lignes de la bataille. Nous défendons la constitution. Dans l'état actuel des choses, la meilleure chance du régime est de proposer M. Dion Ngute face à M. Kamto. Ne pas agir constitutionnellement et démocratiquement est une victoire pour les séparatistes. Alors que nous entendons des menaces et des complots contre le Premier Ministre anglophone, nous voulons dire clairement que si quelque chose arrive à M. Dion Ngute, nous devons tenir le triangle du diable responsable de cela et de l’intensification inévitable des sentiments séparatistes dans l’ouest du Cameroun.

3.7. Nous appelons les militants dévoués du RDPC qui voudraient voir leur parti continuer à défendre le Cameroun contre les imposteurs de ce triangle maléfique Ngoh Ngoh - Colonel Bamkoui-Lady Chantal Marie Antoinette. Nous n'avons pas besoin de rappeler à des gens comme le professeur Messanga Nyamnding. Même les compatriotes comme Georges Baongla qui se dit opposition, ne doivent pas se taire en prison. Ils connaissent ces imposteurs et devraient les rejeter continuellement et défendre notre démocratie constitutionnelle en difficulté.

Dites une prière pour tous ceux qui défendent l'État contre les complots des nouveaux tyrans. Même ceux qui traitent généralement l'État comme la propriété du RDPC ou comme une propriété personnelle, prient pour leur repentir et leur pardon afin que nous puissions tous devenir des défenseurs de la démocratie constitutionnelle multipartite. C'est là que réside notre chemin vers une paix, une justice et un développement durables. D'autres voies mènent à un avenir imprévisible plein de violence, de coups d'État et de contre-coups d'État. Même M. Ngoh Ngoh devrait avoir peur de ce qui pourrait lui arriver même s'il était autorisé à réussir. La justice, l'état de droit et la règle constitutionnelle nous libèrent de l'angoisse que nous ressentons tous maintenant au Cameroun. Prenez le médicament pour cette maladie: règle constitutionnelle.'

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter