Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 01 13Article 453868

Opinions of Sunday, 13 January 2019

Journaliste: Kand Owalski

Opération Epervier: lettre ouverte à Pierre Kwemo, détenu à Kondengui

Monsieur le Président,
C'est un honneur pour moi de m'adresser à vous à travers cette lettre que j'aurais dû écrire il y'a fort longtemps. En me tolérant ce retard, je voudrai ici vous témoigner du gros respect que j'ai pour vous au regard très certain de l'énergie constante et très souvent croissante que vous dégagez pour entretenir vos affaires et maintenir leur prospérité dans un environnement comme le nôtre verrouillé par le clientélisme, le marchandage politique, le chantage et les intimidations. Que pourrais-je vous apprendre des vices de ce pays où les dirigeants ont pour mission de broyer l'entrepreneuriat et de décourager l'entrepreneur ? Vous êtes un mastodonte des affaires et donc, vous maîtrisez mieux que moi les mauvais vents qui jouent contre elles au Cameroun. . .

Et je peux penser que c'est pour combattre ces vices excédentaires que que vous avez choisi d'être du côté des plus faibles, du côté de l'opposition. Vos états de service parlent pour votre image. Pour avoir gravir les échelons dans le SDF jusqu'au poste de 1er vice président, pour avoir été Vice président à l'Assemblée Nationale du Cameroun, pour avoir créé le parti UMS (Union des Mouvements Socialiste) Vous avez battu le rdpc à la mairie de Bafang et aujourd'hui, vous avez votre grande main étendue sur le Haut-Nkam, cette même main qui caresse audacieusement le Moungo et plusieurs autres localités du Cameroun où vous dites le mot que vous voulez. Vous en un laps de temps imposé votre club UMS DE LOUM (Union des mouvements sportifs) comme un des meilleurs club du championnat Camerounais. En passant je vous félicite pour votre qualification en Champions league Africaine. Pour tout çà M. Le président vous êtes un poids lourd qu'on ne soulève pas simplement après avoir mangé et bu. . .


M KWEMO, sans rien vous apprendre sur la situation de notre pays qui part en arrière depuis Avril 1982, je voudrai vous dire qu'aujourd'hui plus qu'en 1992 le Cameroun a besoin de changer de gouvernance. Nous avons attendu trop longtemps pour prendre cette décision et en cela nous sommes sûrement complice indirect de la situation de cette nation effritée sous le joug d'une incompétence calculée, osons même dire sanguinaire et malsaine. Aujourd'hui, parce qu'il nous est impossible de continuer à regarder ce film d'horreur inactivement, parce que nous avons honte de voir nos enfants mourir d'absence d'eau potable dû au fait qu'ils assouvissent leur soif dans des rivières où boivent, urinent et déféquent les animaux, parce que nous avons honte de voir nos mères, nos femmes, nos filles mourir au pied des hôpitaux, ou se faire séquestrer à l'intérieur pour des frais que leur misère les rend impossible à payer, parce que nous ne voulons plus que des morts soient majors dans nos écoles à la place des vivants, parce que nous ne voulons plus que ces morts soient nommés à des postes de responsabilité pendant que les vivants ruinent leur fesses sur le même fauteuil de leur misère depuis 30ans, parce qu'il nous faut brancher en un mandat 80% des camerounais à l'électricité et permettre ainsi à de nombreuses familles de connaître "la nouvelle civilisation" pour reprendre untel, parceque, et là c'est une cause sensible, nous en avons marre de voir nos frères et sœurs se tirer dessus dans nos deux zones anglophones, parce qu'il y'a trop à construire et que cela ne peut se faire avec Monsieur Biya, nous avons décidé de rompre avec le mythe de l'invincibilité de Biya comme autrefois nous rompions, c'était pendant la première guerre mondiale, avec le mythe de l'homme blanc. Et pour cela, le peuple a besoin de votre aide. Il vous appelle. Il vous veut dans ce combat.

Je vous écris pour vous dire que vous entrerez encore plus dans l'histoire de ce pays mais surtout dans les cœurs de plusieurs générations si vous acceptiez de soutenir la renaissance du Cameroun. Un livre, un très grand livre s'écrit actuellement à trois encres, le bleu, le noir et le rouge. Le rouge raconte l'histoire de tout ceux qui ont été avalés mortuairement par ces 36années de violences. Le noir écrit l'histoire de ceux qui, épris d'égoïsme et de sadisme, ont passé ces années à combattre contre l'épanouissement du peuple ; le bleu, ce fameux bleu écrira votre nom, votre histoire, celle des vainqueurs, celle des beaux lutteurs noirs de la liberté.

Ce pays nous est précieux pour aussi peu que vibre encore la fibre du patriotisme en nous. Prenons le large de toutes ces maladies, telles de plaies égyptiennes qui le poussent à l'agonie. Prenons surtout le large de Paul Biya et de sa troupe, et installons Maurice Kamto que vous connaissez certainement mieux que moi.

Tout est bien parti pour un changement dans la paix; ce sera plus facile encore avec vous parceque c'est ensemble que c'est possible. C'est ensemble que nous pourrons sauver ce pays. En tant que géant homme d'affaires votre rôle se situe dans la logique de la construction, pas de la déconstruction, de l'évolution, pas de la dévolution, de la progression, pas de la régression. Le Cameroun est une grosse entreprise dont vous êtes, en tant que contribuable, copropriétaire. Cette entreprise est sur la ligne d'une banqueroute et vos intérêts de copropriétaire aussi. Il faut limoger les incompétents et donner sa direction au meilleur aspirant de l'heure; celui-là c'est Maurice Kamto.