Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 11 02Article 553438

Opinions of Monday, 2 November 2020

Journaliste: BORIS BERTOLT

Nominations et mutations au Minesec: le silence complice des syndicats

Voilà bientôt un mois que enseignants et élèves ont repris le chemin des classes pour le compte de l'année scolaire 2020/2021.
Une année scolaire qui se veut spéciale, en raison de la pandémie du covid 2019.

Cependant, si jusqu'ici les choses paraissent "normales" pour le citoyen lambda, il convient de signaler que le corps enseignant du Minesec fait face cette année à une situation pour le moins historique !

En effet, jusqu'à ce jours, de nombreux enseignants qui ont sollicité une mutation ( affectations) pour diverses raisons ( maladie, regroupement familial, etc.), continuent d'attendre la note de Madame la Minesec ; même les diplômés de la cuvée 2020 des ENS et ENSET continuent d'attendre au "quartier", pourtant dans un environnement marqué par un manque criard en personnel enseignant. Un manque qui s'est aggravé cette année, avec le système de mi-temps imposé par le covid.

Plus grave, même au niveau des nominations des responsables, c'est encore un silence indicible. Ceci, pourtant, de nombreux responsables sont frappés par l'âge de la retraite. Toutes choses qui ont récemment poussées un préfet dans le septentrion à procéder à des nominations des directeurs de CES dans son département.

La situation semble tout aussi compliquée pour ces CETIC et CES qui ont été érigés en lycées, et qui ont encore à leurs têtes des directeurs : deviennent-ils automatiquement proviseurs ou bien ???
N'en parlons pas des établissements crées cette année qui sont jusqu'ici sans chefs !!!

Sur le terrain, c'est le cafouillage total; et difficile pour le personnel dans un tel contexte de donner le meilleur de soi. D'ailleurs, un enseignant tout en larmes déclarait récemment : " J'ai sollicité une mutation pour raison médicale afin d'aller poursuivre mon traitement à Yaoundé ; jusqu'ici rien... Si d'ici décembre rien n'est fait je serais obligé de déserter mon poste pour aller me faire soigner ; je suis fatigué des longs voyages chaque deux semaines entre la région de l'est et Yaoundé... "; car " rien ne vaut ma vie" conclut cet enseignant visiblement meurtri dans sa chair.

Ce qui paraît tout aussi supprenant dans cette affaire, c'est le silence complice des syndicats. Pourtant, dans une telle situation, les leaders syndicaux devraient se rapprocher du Minesec, afin de chercher la bonne information pour leurs collègues.

Une attitude qui vient conforter la position de ceux qui pensent que les leaders des syndicats d'enseignants francophones ne sont que des chasseurs de primes corrompus, qui ne se plaignent que quand leurs intérêts sont menacés.

Dans le secteur éducatif, les nominations et affectations ont toujours été opérées au courant du mois précédent la rentrée ; mais, cette année semble exceptionnelle ... Une situation qui risque avoir des conséquences désastreuses pour notre système éducatif. Vivement que quelque chose soit fait !!!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter