Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 21Article 609151

Opinions of Wednesday, 21 July 2021

Auteur: Nadia Fotso

Nadia Fosto dénonce des tentatives visant à la faire taire

Nadia Fotso Nadia Fotso

Après avoir écrit plusieurs tribunes et lettres dans lesquelles elle dénonce les acteurs de la 'mise à mort' de son père Nadia Fotso aurait reçu plusieurs propositions visant à la faire taire. Dans sa tribune que la rédaction de CamerounWeb vous propose, l'écrivaine dénonce les leçons qu'elle reçoit de la part des Camerounais sur comment elle fait son deuil.

---

La fête du mouton a une signification particulière pour moi…je devrai plutôt dire l’histoire d’Abraham et de ce fils Isaac qu’il est prêt à sacrifier pour/à dieu…Je me suis toujours demandé si Abraham pouvait admettre à Sarah la mère d’Isaac qu’il avait été aussi prêt de sacrifier son seul fils…

Je pense qu’Abraham n’aurait pas pu et dormir ensuite tranquille. Sarah ne lui aurait jamais pardonné d’avoir même songé à un tel sacrifice du fils qui lui avait fallu plus d’un demi-siècle pour mettre au monde sans lui en parler à elle. la mère ! Sarah serait devenue camerounaise et se serait mise nue en disant à Abraham : Tu es malade !

Ceux qui connaissent la famille Fotso et suivent ses tribulations savent que Maptué a prévenu Je la dis que en lui disant de ne pas toucher à son fils. Parce qu’ils avaient l’argent de Fotso, Njitap et Je la dis que se sont pris pour lui…, ils se sont dits qu’en partageant ici et là, le Njitapage passerait telle une aberration, une injustice banale, camerouniaise de plus, une de ces absurdités bamilékés dues à la polygamie. Mais ils ont sous-estimé la force des liens, des valeurs, de l’histoire, des symboles, du sacré qui auraient pu leur faire comprendre que Fotso Victor est d’abord et surtout Fotso Maptué.

On ne sacrifie pas mon enfant tel un mouton pour après me donner des bonbons afin que je me taise en me faisant la leçon sur ma façon de pleurer et de vivre alors qu’on ne n’a même pas dit qu’il était en phase terminale, qu’on ne m’a pas annoncé sa mort et qu’on a jeté une dépouille décomposée qui serait la sienne dans le caveau familial qui n’est pas l’endroit où mon fils devait reposer sans même l’amener à Tséla. Je ne connais qu’une mère qui accepterait cela pour son enfant, je ne suis pas celle-là !

Donc mi gente, message subtil mais direct à Bandjoun et à Bamengoum que les Bapis et les Bamouns comprendront sans mal : Maptué n’est pas Matcheme, Maptué est Gamgne ! Je suis le Ndo !