Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 10 31Article 475022

Opinions of Thursday, 31 October 2019

Journaliste: Richard Dissaké/Réalités Plus. N°0082

Mr le Ministre si vous étiez face aux machettes au volant du bus braqué qu'auriez vous fait?

En plein voyage entre Yaoundé et Obala, cinq bandits armés pris comme voyageurs braquent 70 passagers et le chauffeur, les dépouillent de tout, les malmènent couteaux et armes au poing. Au lieu de rattraper et de sanctionner les bandits le ministre des transports Ernest Ngallé Bibehé a suspendu Binam Voyages pour trois mois, le chauffeur aussi. Curieux.

Si c’est le ministre Ngallé Bibéhé qui était au volant du bus braqué en pleine circulation que ferait-il ? Si c’est agence de voyages qui étaient victime de ce braquage allait-il la suspendre ? Face aux couteaux, machettes, armes et menaces des bandits que pouvait faire le ministre des transports ? Ce sont des questions qui animent les débats, au lendemain de la décision prise par le ministre des transports. Ernest Ngallé Bibéhé vient de suspendre la Compagnie Binam Voyages pour « trois mois renouvelables ». Le chauffeur du bus Foko Jean Robert est aussi suspendu pour trois mois avec récupération de son permis de conduire.

Dans l’opinion, la mesure du ministre des transports est qualifiée « d’incompréhensible et de manque de compassion vis-à-vis d’une entreprise des transports violentée ». Beaucoup se seraient attendus que les ministres des transports lance une opération pour que les forces de l’ordre rattrapent ces bandits qui ont troublé le voyage de 70 passagers et d’une entreprise qui fait honneur aux passagers de part la qualité de ses services. Mais à la surprise de tous, c’est plutôt l’agence de voyages qui est suspendue de ses activités. Au sein de l’opinion, la sanction du ministre est « injuste et très sévère ». Pendant plus une heure, passagère et conductrice du bus ont été torturées pas des individus armés, qui les ont dépouillés de tous leurs biens.

« Ce n’est pas la première fois que cela se vit, raconte un chauffeur, 12 années sur les routes du Cameroun voici la 4ème fois que les bandits frappent…Ils achètent normalement leur billet de voyage… mais en plein voyage ils sortent les armes et machettes demandent aux chauffeurs de sortir de la route pour torturer les chauffeurs et les passagers…Pour quoi c’est aujourd’hui que le ministre suspend les agences ? ».

En rappel, c’est au cours d’un voyage dans la nuit du 25 au 26 octobre 2019, vers une heure du matin que le bus a été séquestré. Cinq bandits armés ont manœuvré le chauffeur et les passagers, après le péage de Nkométou, jusqu’à l’entrée du lycée technique d’Obala, à quelques pas du rond-point qui mène à Mbandjock. Au nom de la justice, et au regard de la violence dont la compagnie de transports Binam Voyages a été victime, le ministre des transports devrait revenir sur sa décision, pour permettre à cette société de mener librement ses activités, et que les 115 employés puissent avoir de quoi nourrir leurs familles.