Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 11 29Article 477029

Opinions of Friday, 29 November 2019

Journaliste: Georges Nyazang Boyokino

'Maurice Kamto vient de rater le pénalty de sa carrière politique'

De toute évidence, la sortie récente du leader du MRC portant désistement de son parti politique au double scrutin du 09 février 2020 vient de révéler au monde entier le piètre homme politique qui se cache derrière le brillant avocat et remet au goût du jour le manque de vocation qui caractérise la plupart des opposants au régime de Yaoundé. Après le scrutin présidentiel d'octobre 2018 qui l'a classé deuxième malgré la perfectibilité qu'on peut reconnaître au code électoral Camerounais, code que le grand juriste ne connait que trop bien d'avance avant de faire acte de candidature, l'échéance électorale de février prochain qui apparait comme le chemin royal pour la conquête du pouvoir, est l'occasion idéale pour le MRC de confirmer le brassard du désormais parti leader dont il se tape le torse de détenir depuis la dernière élection. D'où l'enthousiasme triomphaliste de ses militants et nombreux fans qui promettaient une déculottée au RDPC, surtout après les énormes grincements de dents des jeunes militants du parti des flammes à l'issue des opérations d'investitures des vieux crocodiles qui y ont fait leur lit. Voilà que contre toute attente, le grand professeur fait volteface, ignorant les douloureux épisodes que ses fidèles et lui ont vécus après les multiples déviances qu'il a expressément opposées à la loi. Sinon, à quoi aurait servi le saut d'urine soit dit versé sur Sévérin Ango, les humiliations subies par Maître Ndoki et compagnie? Voilà le rêve triomphaliste d'une jeunesse aveuglement vouée à la cause d'un homme définitivement brisé.

Il est incontestablement clair que ce désistement inattendu, vient rasséréner les espoirs de certains partis à l'instar d'un SDF qui avait fini par perdre le poil de la bête, ou d'un PCRN de Cabral Libii qui peuvent déjà rêver d'une moisson abondante et par conséquent d'avoir des groupes parlementaires à l'hémicycle au lendemain du 09 février prochain.

À un tournant aussi crucial de l'histoire de notre pays avec les crises multiformes qui l'y entachent et les graves violations des droits de l'homme décriées par certaines organisations non gouvernementales, la décision du désistement du MRC laisse un goût amer non seulement à militants et sympathisants, mais aussi à la communauté internationale qui dès lors, se rend à l'évidence qu'en définitive, le MRC n'est qu'une caisse de résonnance et un berceau de science-fiction. Aujourd'hui que Kamto et son parti font profil bas, car permettant expressément au RDPC de se refaire une santé après tant d'angoisse et de fébrilité qui ont ébranlé le comité central du parti au pouvoir, l'obligeant dans la foulée à signer un certain nombre de circulaires portant cure de jouvence, l'objectif inavoué étant d'opposer à la jeunesse la jeunesse. On ne saurait donc dès lors enlever au processus électoral en cours sa crédibilité, le MRC ne constituant en rien un baromètre en la matière.

L'histoire politique de notre pays et notamment du multipartisme et du processus électoral, nous enseigne à suffisance que le boycott ou mieux, la politique de la chaise vide est une expérience infructueuse pour tout parti qui s'y aventure. On est donc en droit de croire que monsieur Kamto et le MRC qui n'ont pas assimilé cette leçon le regretteront amèrement. C'est pour cette raison que beaucoup pensent et à raison, que le MRC de Maurice Kamto vient d'inscrire son nom dans le sombre tableau des mauvais élèves de la démocratie où trônait déjà le SDF de Ni John Fru Ndi.