Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 11 02Article 553441

Opinions of Monday, 2 November 2020

Journaliste: Michel Biem Tong

Massacre de Kumba: voici les indices qui accablent le pouvoir de Yaoundé

Il est évident que l'attaque de l'école Mother Francisca International Bilingual Academy de Kumba le 24 octobre dernier, qui a laissé 7 élèves de cet établissement scolaire sur le carreau, exhale un mauvais parfum de crime d'État. Indiscutable. Les dignitaires et supporters du régime Biya vont sans doute demander les preuves. Les indices que voici et qui intéresseraient les juges de la Cour pénale internationale leur seront opposés :
(1): Quelques minutes seulement après la survenue du drame, les cyber d'activistes et autres agents proches du pouvoir de Yaoundé sur les reseaux font circuler un tract en français et anglais dont l'auteur anonyme dénonce les "Amba Boys": " ce sont eux les méchants, criminels et égorgeurs, ils, ce sont les Amba Boys", peut-on lire à la fin de ce tract. Facile à deviner d'où vient ce message.

(2) Un message-citation du leader séparatiste incarcéré Sisiku Ayuk Tabe, collé à une affiche, émerge sur les réseaux sociaux. Message dans lequel Ayuk Tabe accuse son rival Samuel Sako Ikome d'avoir commandité l'assassinat de 7 jeunes enfants dans une école. Pourtant, sur la page Twitter d'Ayuk Tabe, figure un message tout à fait différent et qui compare plutôt le crime de Kumba au massacre de Ngarbuh du 14/02/2020 orchestrée par l'armée et ses milices. Qui est donc à l'origine de ce message-citation d'Ayuk Tabe largement partagé par les soutiens du régime Biya sur les réseaux sociaux? Sans doute les membres des cabinets noirs du régime Biya.

(3) Dans la soirée du 24 octobre 2020, le ministre de la Communication, René Sadi, organise un point de presse au cours duquel, sans la moindre enquête ni le moindre indice, il accuse les "terroristes sécessionnistes" d'avoir attaqué cette école à Kumba.

(3) Le 26 octobre 2020, un message provenant sans doute des forces de défense camerounaises fait état de l'arrestation pour exploitation de Madame Fobindia Judith, promotrice de l'établissement attaqué. D'après ce message sur-partagé par les agents du pouvoir de Yaoundé sur les réseaux sociaux, la dame aurait remis 6 millions de FCFA à un groupe armé pour que son école ne soit pas attaquée. Furieux, un groupe rival est venu attaquer l'école et les élèves, toujours selon la version contenue dans ce message.

S'il existe un groupe armé en zone anglophone engagé dans la cause anglophone, le groupe rival ne peut qu'être celui sponsorisé par le pouvoir car les agissements de ce dernier contre l'autre groupe armé arrangent plutôt Yaoundé. Rappelons que l'arrestation de la promotrice de l'établissement scolaire attaqué a été suggérée à un haut responsable de l'armée par le préfet de Meme, Chamberlain Ntou'ou Ndong, dans le but de donner l'impression que le gouvernement est soucieux de rendre justice aux victimes, à en croire un message whatsapp intercepté par les services secrets camerounais et qui a été virale sur les réseaux sociaux.

(4) Le 28 octobre 2020, dans un communiqué, le Gouvernement, par la voie de René Sadi, annonce que l'un des assassins des élèves du Mother Fransisca de Kumba a été neutralisé deux jours plus tôt à Kossala, dans la même ville, suite à un renseignement fourni par la population. Pourtant, ce même 28 octobre, au cours d'une cérémonie à l'hôtel de ville de Kumba, ce prétendu exploit de l'armée camerounaise n'est nullement évoqué. Et même, le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a été vertement prise à partie par une dame qui lui a rappelé que Dieu est témoin des faits et gestes des dirigeants camerounais. General Wounky, l'un des chefs séparatistes dont René Sadi a annoncé la neutralisation par l'armée, n'existe ni d'Adam, ni d'Ève.

Sur la base de ces 4 indices, les choses sont suffisamment claires. Le pouvoir Biya a mis tout le paquet nécessaire pour faire admettre que l'assassinat de ces élèves étaient le fait des "terroristes sécessionnistes". D'où la rapidité à condamner le camp d'en face. Le recours au mensonge, à la manipulation et au fake quelques heures ou jours seulement après le drame. Ces multiples acrobaties macabres de la Biyalâtrie traduisent une chose: l'attaque de cette école a été planifiée longtemps à l'avance dans le but d'en faire porter le chapeau aux indépendantistes anglophones armés et par conséquent de dresser l'opinion internationale contre ces derniers. Les juges de la Cour pénale internationale devront analyser toutes ces contradictions, tous ces faits et gestes suspects afin d'en tirer les conséquences qui s'imposent.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter