Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 03Article 606034

Opinions of Saturday, 3 July 2021

Auteur: Framboise Doumbé Ding

Manifestation de la BAS à Paris: le compte-rendu de Framboise Doumbé Ding

La foule à la manifestation La foule à la manifestation

Dans un compte-rendu publié quelques heures après la fin de la manifestation organisée par la BAS ce samedi 3 juillet à Paris, l'activiste politique Framboise Doumbé Ding a essayé de placer l'évènement dans son contexte et appelé les Camerounais à plus d'action pour l'alternance.

CamerounWeb vous propose la tribune de Framboise Doumbé Ding.

---

La foule était présente. Les couleurs du Cameroun ont flotté. Les Camerounais sont venus des 4 coins de l'occident pour faire ce qu'ils ne peuvent pas faire au Cameroun : manifester librement.

A Paris il n'y a pas eu de morts d'hommes, pas d'arrestations arbitraires, pas de véhicules blindés postés dans des carrefours, pas de policiers tribalistes et haineux pour insulter les manifestants et questionner leurs origines ethniques. Parce que la France est une terre de liberté, à la différence du Cameroun qui est une dictature.

C'est donc depuis cette terre de liberté que les Camerounais se sont exprimés librement sur la situation de leur pays. C'est à l'unisson que les violations répétées des droits de l'homme au Cameroun, le durcissement de la dictature, le pillage organisé de nos richesses, la guerre du noso, les arrestations arbitraires, les fraudes électorales entre autres, ont été dénoncés avec la plus grande fermeté.

Olivier Bibou Nissack, Salomon Béas, Zambou, Alain Fogue et tous les autres prisonniers du régime arrêtés arbitrairement ne seront jamais seuls. La diaspora Camerounaise qui les tient à l'œil a fortement exigé leur libération.
Il faut noter que le Président Maurice Kamto n'était pas à Paris. Pourtant la foule a su faire foule sans lui pour dénoncer la dictature qui abruti le peuple Camerounais en le maintenant dans la misère. Cela témoigne de la maturité et du niveau de prise de conscience des Camerounais qui comprennent de plus en plus que la liberté ne viendra jamais les trouver dans leur salon, et qu'il faut batailler dur pour la conquérir. Surtout en contexte de dictature comme le nôtre. Et c'est de bonne augure pour les luttes futures. Car sachez-le bien, ce mouvement ne s'arrêtera pas avant la fin de la dictature au Cameroun.

Il n'y a de peuple libre que les peuples debouts et conscients de leur mission devant l'histoire. Le niveau de prise de conscience observé aujourd'hui à Paris sur les enjeux de la liberté est une grande victoire… C'est grand pas vers la libération du Cameroun. Car un peuple sensibilisé et conscientisé est un peuple facile à mobiliser pour des grandes causes nationales.

Le Cameroun où les citoyens se laissaient marcher dessus est mort. Le Cameroun d'aujourd'hui est celui d'un peuple qui marche vers sa liberté. A lire la détermination dans les visages, ce peuple ne se couchera sans doute plus jamais avant l'avènement de la démocratie authentique et d'un État de droit au Cameroun.