Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 11 18Article 556618

Opinions of Wednesday, 18 November 2020

Journaliste: Alice Mbome

Louis-Yinda et le RDPC : une longue histoire d’amour

Né des cendres de l’Union nationale du Cameroun (Unc), le Rassemblement démocratique du peuple camerounais est le parti au pouvoir depuis sa création à Bamenda le 24 mars 1985. Son Président national, Son Excellence Paul Biya, en créant le Rdpc ce jour-là, croyait dur comme fer que le « nouveau » parti ne sera aucunement comptable des méthodes de « l’ancien » parti.

Pour le dire autrement, Paul Biya traduisait ainsi dans les faits sa volonté de mettre en œuvre une nouvelle manière de faire la politique ; laquelle sera sous-tendue par la démocratie, les droits de l’homme et les libertés plurielles au Cameroun. Il était donc question pour lui de rompre avec les méthodes et le système de l’ancien régime.

« Il n’est plus nécessaire pour exprimer ses opinions, de prendre le maquis, de vivre en exil ou de quitter sa famille » avait déclaré Paul Biya dans son discours de politique générale à l’ouverture du Congrès le 22 mars 1985 à Bamenda. C’était devant Dieu et devant tous les hommes ; c’était évidemment devant Louis Yinda. L’homme qu’on appelle communément l’Archiduc de Ngompem n’avait ménagé aucun effort pour prendre part à cet événement historique grandeur nature.

Lourdes responsabilités politiques

La présence de Louis Yinda à Bamenda semblait charrier à la fois sa détermination à s’aligner derrière un grand homme politique de la trempe de Paul Biya et lourde responsabilité qui était désormais la sienne ; celle d’amener tout le département de la Sanaga maritime à soutenir les idéaux du Renouveau. C’est pour cette raison qu’on l’a toujours vu très actif et toujours disponible pour le parti dans son département.

Gratin politique

Louis Yinda est allé chez Georges Ngango à Mouanko ; chez Philippe Mataga, Antoine Logmo, Thomas Melone, Stanislas Melone, Luc Loé, Joseph Mboui, Bernard Eding, Emmanuel Minoué, Louis Bapes-Bapes. Louis Yinda est allé chez Joseph-Marie Bipoun Woum à Mandjab ; chez Makon Wehiong, Géneviève Tjoues, Wanda Ntet, Polycarpe Banlog … pour ne citer que ceux-là.

Il faut dire que toutes les personnalités politiques suscitées connaissent très bien le chemin qui mène à Ngompem, le village natal de Louis Yinda. Du coup entre l’enfant prodigue de Ngompem et l’élite politique du département de la Sanaga-Maritime, c’est une déclaration d’amour réciproque. C’est certainement cette synergie savamment mise en œuvre, qui leur aura permis de contribuer au rayonnement tous azimuts du Rdpc en Sanaga-Maritime, un département fortement politisé qui n’a jamais basculé dans l’opposition … malgré toutes les secousses.

Etats de service

Les états de service de Louis Yinda à l’égard du Rdpc ne font l’ombre d’aucun doute. Il est un homme du dialogue et du consensus. Il a son cœur sur la main en raison de sa prodigalité à nulle autre pareille. Fort de ce qui précède, Paul Biya le Président de la République, Président national du Rdpc, a fait de lui Chef de la délégation permanente du comité central dans le département de la Sanaga-Maritime. En d’autres termes c’est Louis Yinda le Chef politique dans le département.

Appel à la candidature de Paul Biya

On se souvient que les militants Rdpc de la Sanaga Maritime toutes sections et branches confondues, s’étaient retrouvés le samedi 16 juin 2018 à la Maison du parti d'Edéa pour une circonstance exceptionnelle: l'appel solennel à la candidature du Président Paul Biya, leur leader naturel, à l'élection présidentielle du 7 octobre 2018 ; avec à la clé une collecte de fonds aux fins de marquer leur engagement dans ce vœu.

Ce moment de retrouvailles sonnait ainsi le tocsin du rassemblement et de l'engagement fermes autour de leur candidat pour cette échéance électorale plus que difficile en raison d'un contexte social éruptif et d'une concurrence sérieuse à tous les égards non sans oublier, des opinions plus que réprobatrices de la communauté internationale qui ne cessaient de fuser.

Derrière cette initiative de sauvegarde des acquis mais surtout de garantie d'une paix sociale à assurer, se profilait donc la haute personnalité de l'intrépide Louis Yinda, le chef de la délégation permanente pour le comité central du parti en Sanaga-Maritime et par ailleurs, capitaine d'industrie à la tête de Sosucam, leader camerounais du sucre alimentaire et filiale du Groupe agro-alimentaire français Somdiaa.

Engagement confirmé

En ces moments plus que difficiles donc, où il fallait lucidité, charisme et force de dissuasion, le vénérable chef de la délégation du comité central du Rdpc, n'avait pas ménagé sa peine. Multipliant les efforts, il avait tour à tour pour cette initiative, sollicité les adhésions, jouer au pèlerin du rassemblement, fédéré les énergies et mis en branle toute cette dynamique qu'on avait vu et apprécié.

On avait vu un Edéa des grands jours qui s'était mobilisé pour la circonstance. Militants, sympathisants, autorités traditionnelles et élites s’étaient retrouvés en toute gaieté à la Maison du parti pour donner du sens à la louable initiative de leur Chef de délégation et aussi promettre une victoire-razzia à leur candidat pour cette autre élection présidentielle pour laquelle, le département de la Sanaga Maritime n'entendait pas faire mentir sa tradition de fidélité au Président Paul Biya.

Patron de la campagne

Louis Yinda était le président de la Commission départementale de la campagne électorale du RDPC pour les élections municipale et législative du 09 février 2020. Il a sillonné tout le département avec son bâton de pèlerin pour exhorter les populations à voter pour les candidats du Rdpc aux municipales et aux législatives. Comme dans une réponse du berger à la bergère, ces populations ont largement adhéré à son discours à la fois enjôleur, cajoleur et enjoliveur. Tout le monde connaît les résultats : le Rdpc a remporté 10 communes sur 11 et 2 député sur 3. Ces résultats sont à mettre à l’actif du patron de la campagne électorale.

Entre Louis Yinda et le RDPC c’est donc une longue histoire d’amour qui s’inscrit dans les mémoires collectives. C’est une sorte de success story pour la postérité. Seulement, cette fois-ci, Louis Yinda est un acteur placé sur le devant de la scène. Il est en course pour le Conseil régional. C’est la première fois que ce magnat du sucre sollicite le suffrage universel dans le département de la Sanaga-Maritime en particulier et dans la Région du Littoral en général.

La victoire de la liste qu’il dirige est acquise en Sanaga-Maritime mais l’influence de l’Archiduc de Ngompem ne se limite pas au niveau départemental.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter