Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 05 02Article 462316

Opinions of Thursday, 2 May 2019

Journaliste: Douala Ngando

Les 8 points qui différencient Paul Biya des 'vrais dictateurs'

Asseeeeeeeeeeeeez ! Cela suffit ! Stop ! S'il vous plait ! Il faut arrêter ! Il faut arrêter de considérer ou de brandir que Paul Biya est un dictateur. Dire cela est une insulte grossière et grave à la mémoire ou au standing des grands dictateurs de ce monde. Franchement, est ce que Paul Biya a la vision, l'idéologie, la gueule, la poigne ou l'énergie d'un Hitler, Mao, Leopold II, Mussolini ou Staline ? A t- il vraiment l'envergure des dictateurs des temps modernes comme Trump, Putin et Ping ? Dire que ce brave et docile serviteur de la France est un dictateur, c'est lui faire trop d'honneur injustement.

Mesdames, messieurs, cette analyse peut être facilement transposée à tous les chefs d´états de l´Afrique francophone. Si les sympathiques Biyaïstes comme Messanga vont trouver ici l´expression d´un vrai patriote, les autres vont expliquer que ce sont des mensonges et des calomnies. Mais en fait, il s´agit tout simplement des faits et une description des faits qui se déroulent sous nos yeux.

Je vais vous raconter une scène qui se passe sur les grandes artères de nos villes et qui vous est très familière, vous, qui vivez dans nos moyennes et grandes villes du Cameroun. Tous les jours, au moindre embouteillage qui dure plus de cinq minutes, un désordre indescriptible s'empare de la rue sous le regard des forces de l'ordre (Policiers et Gendarmes), complètement médusés et débordés. En moins de cinq minutes donc, les voitures se mettent à rouler sur le trottoir central, les piétons se retrouvent à marcher sur la chaussé réservée aux voitures et les motos taxi roulent sur les trottoirs des bords. Ce qui est extraordinaire, c'est que les motos de la voie de gauche, roulent sur les trottoirs de droite pendant que les motos de la voie de droite roulent sur les trottoirs de gauche. Tout cela dans un concert sonore infernal, grandiose et féerique. C'est dans ces moments de frénésie tétanisant pour les flics qu'une question vous traverse forcement l'esprit sous forme d'exclamation : Bon Dieu ! Mais qui dirige donc ce pays pour qu'il soit dans un tel bordel ! Et en général, la réponse est très vite trouvée et l'on vous cite Paul Biya, précédé du doux petit prénom de DICTATEUR.

Et voilà l'origine même de cet article car comment comprendre un tel désordre dans une dictature. A travers le monde toutes les dictatures ont pour empreinte digitale l'ORDRE, LA DISCIPLINE. Comment donc comprendre que Paul Biya soit un dictateur alors que le Cameroun baigne dans le DESORDRE ABSOLU. Voilà ce qui m'a poussé à dénoncer une fois de plus une autre facette de cet usurpateur récidiviste qui collectionne à gauche et à droite des titres qu'il n'est pas capable d'assumer.

Si je prends la peine de dénoncer cette autre imposture, c'est tout simplement parce que, auréolé de ce titre de Dictateur, Paul Biya rêve de poser certains actes pouvant le rapprocher de Hitler comme il l'a laissé comprendre par l'intermédiaire de son désormais porte-parole personnelle, Jean de Dieu Momo. En effet, il faut tout de suite dire, comme nous allons le voir dans la suite, que le génocide en cours au Cameroun, ne fera pas de lui un dictateur. De même, torturer et faire pisser du sang à un artiste du peuple comme Longue Longue ne fait pas de vous un dictateur, au mieux vous êtes un minable amateur de la torture. Enfin, si Paul Biya était un dictateur, le Cameroun serait une dictature, c'est-à-dire un pays ou règne la paix, l´ordre et la discipline. Nous sommes dans un chaos n´est-ce pas? Et les Camerounais, confus par cette chose indéfinissable qu'est le Cameroun d'aujourd'hui, parlent eux-mêmes de « démocrature ».


Ces derniers jours, mois et années, régulièrement, au Cameroun comme à l'international le nom de Paul Biya est cité avec la mention « Dictateur ». Franchement, dire que Paul Biya est un dictateur est une insulte grossière et grave à la mémoire ou au standing des grands dictateurs de ce monde. Un dictateur est en général un visionnaire qui a une idéologie tintée en général de grandeur de la nation qu'il s'engage à dicter à toute la nation avec une énergie et une autorité incomparables. On peut citer Hitler, Mao, Leopold II, Mussolini et Staline. Cette définition est valable pour les dictatures modernes comme la Chine, la Russie et les Etats Unis, qui sont des dictatures institutionnellement approuvées avec des présidents qui font leurs mandats d'environ 10 ans pendant lesquelles ils dictent leur idéologie aux autres nations. On peut citer Putin, Trump et Ping. Vous êtes d'avis avec moi que Paul Biya est très loin de l'envergure de ces hommes-là.


Comme nous l'avons déjà signalé, ce qui caractérise ces pays de dictature c'est l'ordre et la discipline qui y règnent et qui transparaissent à travers toutes les organisations, les structures éducatives, sanitaires, sportives, architecturales et culturelles. Là aussi vous pourrez très vite comprendre que le Cameroun est très loin de ces standards.

Un dictateur est un souverain sur tous les plans car il se dote des moyens financiers, économiques et militaires de manière à ne dépendre de personne car ce que redoute le plus un dictateur c'est de se laisser dicter une quelconque conduite et sur quelque sujet que ce soit. Paul Biya n'a aucun de ces leviers, il subit le diktat de la France sur le plan monétaire, économique et militaire et ce monsieur ne peut se reposer et ne peut se soigner qu'à l'étranger. Impensable pour un dictateur !

Autre chose, et non des moindres, de tous les dictateurs (anciens comme modernes) ci-dessus mentionnés, vous n'en trouverez aucun qui malmène son peuple au profit d'un pays étranger. Vous vous imaginez Donald Trump travailler pour défendre les intérêts du Brésil ? Peut-on imaginer un Hitler en train d'œuvrer pour les interets de la Grande Bretagne ?

Mais pourquoi un homme si loin des canons d'un dictateur se retrouve bombardé de ce qualificatif ? Je pense qu'il faut chercher la réponse dans le galvaudage de ce mot que les Européens ont utilisé, à tort et à travers, pour salir des tyrans, des petits criminels que sont devenus certains (la majorité des) dirigeants Africains. Ainsi, tout comme Paul Biya, Omar Bongo, Gnassingbé Eyadéma, Mobutu Sese Seko, etc… furent taxés de dictateurs. En plus quand on regarde de très près la liste des dictateurs établis par les occidentaux, on se rend compte que le critère de longévité au pouvoir prime sur le diktat effectif dans l'usage de ce qualificatif. Ainsi Kadhafi, Moubarack, Fidel Castro, Mugabé et Al Assad rejoignent les rangs.

Certes, Paul Biya s'est investi d'un pouvoir illimité qu'il exerce sans contrôle. Oui ! Il est le Mobutu Camerounais. Oui ! Il apprécie beaucoup l'écho d'un Cameroun en souffrance. Mais cela ne fait définitivement pas de lui un dictateur car cet homme n'a pas de vision, il n'a pas d'idéologie à dicter, il n'a pas de plan et l'autorité pour imposer son dictat. Le désordre que je vous ai décrit dans les rues de nos villes est identique, sinon pire, dans nos ministères, nos assemblés, nos entreprises publiques et dans les hôpitaux, etc… et atteint des sommets dans le gouvernement dont tous les membres font absolument le contraire de ce que demande le tyran, encore faut-il savoir ce qu'il demande. Face à l´état de désordre et de désobéissance qu´il y´a dans notre pays, on se demande à quel Camerounais Paul Biya impose donc ses diktats ? Comme quoi,

« n'est pas dictateur qui veut mais qui peut »
.

Alors si Paul Biya n'est donc pas un dictateur, qu'est-il donc ? Là aussi, ce n´est pas facile de faire le point, car l´homme slalome entre imposture et usurpation au point où le mot dictateur n'est malheureusement pas le seul qualificatif à être mal utilisé pour qualifier ce dirigeant qui a lamentablement échoué dans sa mission. Certains qualificatifs, qui collent à ce président, font l'unanimité alors que d'autres font l'objet de controverse :

Paul Biya est un Serviteur.
La principale motivation du président Paul Biya est de servir la France et les occidentaux c'est à dire à mettre les Camerounais et le Cameroun aux pieds des colons. Notez-le bien il est un SERVITEUR, je n´ai pas dit un servant (qui est un peu plus noble, comme les servants de l'église) ou encore un serveur (qui est un travailleur bien rémunéré, comme les garçons de café qui se battent pour améliorer la vie de leur famille). Et si aujourd'hui, à 86 ans il s'accroche au pouvoir, ce n'est pas pour servir les Camerounais, il n'en a ni l'envie, ni les moyens.

Paul Biya est un imitateur.
Paul Biya est un imitateur, d´autres diront usurpateur, qui a choisi d'imiter le colon. En prince néocolonial, la division de sa population sur des bases ethniques, la corruption et la violence sont les leviers de sa gouvernance. Mais il imite mal les dictateurs.

Paul Biya est un liquidateur.
Le président Camerounais a liquidé toutes les entreprises publiques du Cameroun et parallèlement il a neutralisé toutes les entreprises privés appartenant au camerounais, sans compter les ressources naturelles de ce pays et tout cela au profit de la France. Les seules marchandises qu'il a encore, en solde surson comptoir, sont les terres Camerounaises et les Camerounais eux-mêmes, comme esclaves.

Paul Biya est un mendiant.
C'est le qualificatif qu'il aime le mieux et qu'il s'est lui-même choisi. Oui ! Il est un mendiant qui a réduit le Cameroun à la mendicité. Aujourd'hui pour creuser un puits d'eau (une expertise que les Camerounais maitrisent) au Cameroun, Paul Biya doit tendre la main à un autre pays ou à une organisation internationale. Même s'il assume ce qualificatif, il préfère l'associer à la paix. Là aussi, c'est un tricheur car on ne peut pas s'autoproclamer mendiant de la paix sur le crachoir des Nations Unis et déclencher dans son pays les guerres économiques, sociales, politiques et militaires. Franchement il y a des gens qui carburent à l'imposture.

Paul Biya est un humiliateur.
Que l'on ait plus la capacité d'avoir honte est un choix que nous respectons mais ériger l'humiliation comme la marque de fabrique d'un pays est la plus grosse trahison que cet homme aurait fait au Cameroun. Tenez par exemple, le dictateur Nord-Coréen est arrivé en visite à Moscou dans un train blindé (construit et sécurisé par les Coréens) alors que le président Camerounais, à la tête d'un pays riche, doit se battre pour louer des avions à gauche et à droite aux normes de sécurité douteuses. Notez que des joueurs de football, les chefs d'entreprise, les acteurs de cinéma et quelques artistes ont leur propre avion. Vous comprenez pourquoi c'est une insulte pour les grands dictateurs de ce monde d'imaginer un certain Paul Biya dans les rangs des dictateurs.

Paul Biya est un Profiteur.
Paul Biya profite de la milice formée par Paris pour sauvegarder ses intérêts et les intérêts de la France. Les débordements graves de violations des droits sont devenus d'une banalité déconcertante. Alors que le Cameroun ne fabrique même pas un vélo, il profite de gigantesques voitures fabriquées à l´étranger alors que, et c´est prouvé, les Camerounais peuvent fabriquer des vélos, des motos et des voitures. Le plus extraordinaire, c´est que cet apprenti dictateur se croit vraiment en sécurité dans une voiture bourrée d´électronique par les soins des services secrets de ces pays étrangers. Quelle parfait serviteur!

Paul Biya est un Neutralisateur.
Cet homme a hérité d'un pays riche qu'il a transformé en pays pauvre très endetté (PPTE). Il a notamment transformé un pays dynamique en un pays immobile et un peuple d'intellectuels et de palabre en une horde de zombie dont le raisonnement laisse sans voix les observateurs non avertis. Son projet actuel est de neutraliser ou éradiquer la population du NOSO ou la vider. Dans quel but ?

Paul Biya est un Envouteur.
Voilà le dernier qualificatif en date, ressorti par maitre Yondo Black, pour expliquer la zombification de la population Camerounaise qui préfère mourir pour tout sauf pour ses droits. Là aussi, ce titre est très contestable car en Afrique utiliser la violence et la brutalité des fusils automatiques n'a rien à voir avec l'envoutement. L'équivoque peut être très rapidement levé dans ce cas-ci car nous pouvons nous remettre à l'avis d'un expert en la matière, j'ai nommé le frère de Longue Longue.

Finalement, on peut ainsi aligner beaucoup de qualificatifs, négatifs et inimaginables, se terminant par « eur » que les Camerounais, courroucés par les échecs répétitifs et cumulés de Paul Biya, peuvent lui donner pour justifier le « chassement » mais définitivement PAS LE TITRE DE DICTATEUR. Paul Biya abuse tout simplement de la tyrannie que lui confère son rôle de serviteur de la France et de liquidateur du Cameroun en profitant des moyens que Paris a mis à sa disposition pour maltraiter, brutaliser et criminaliser les Camerounais. Si par générosité chrétienne, il fallait lui accorder un certain diktat, alors on pourra dire qu'il a su imposer les prévarications au Cameroun. Accordons donc à Paul Biya le titre de prévaricateur et non celui de dictateur. Il n'en a ni l'envergure, ni la capacité et encore moins les moyens. Dire donc une telle chose est une insulte grossière et grave au standing des grands dictateurs de ce monde.

Alors ! Pensez-vous toujours qu'il est dictateurs ? Si oui, je vous l'accorde. Mais ne soyons pas victimes de cette fameuse expression qui dit que « lorsqu'on veut jeter son chien on l'accuse d'être dictateur ».Et le plus grave, connaissant l'appétit de l'homme pour l'imposture, c'est qu'il y a des risques qu'il s'en félicite un jour.