Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 03 26Article 583468

Opinions of Friday, 26 March 2021

Auteur: www.camerounweb.com

Le professeur Nkolo Foé rejette le projet de Macron et de Mbembe

Ce philosophe et auteur pense que ce projet est inacceptable par ce qu’il vise à stigmatiser les dirigeants africains et à construire « un nouveau pacte de la servitude avec l'élite comprador ou pour venir organiser la transition à la tête de nos États ». Lire en intégralité sa contribution.

Quelle est la philosophie d'Achille Mbembe que je conteste depuis toujours? Cette doctrine est une délégitimation 1. des philosophies de l'émancipation, 2. du nationalisme et des luttes de libération nationales. 3. du panafricanisme.

Sur le plan doctrinal, ses cibles sont: Samir Amin, Cheick Anta Diop, Kwame Nkrumah, Marcien Towa, etc. Très habilement, Achille Mbembe a réussi à dévitaliser Frantz Fanon, avec les mêmes techniques qui ont permis aux marxistes culturels et autres poststructuralistes par exemple de dévitaliser Karl Marx.

Une fois le nationalisme et le panafricanisme répudiés, que propose-t-il à la place?

Adepte de la mondialisation libérale, Mbembe propose à l'Afrique la sortie du ghetto et la dilution du continent dans le vaste monde. Ce vaste monde est un peu à l'image de l'Empire métisse USA, où les peuples, tantôt s'amalgament et se fusionnent (c'est la théorie de l'hybridité, du métissage et du cosmopolitisme), tantôt s'opposent et se barricadent dans des communautés naines, closes, mais unies par le seul lien du consumérisme.

La dilution de l'Afrique dans l'Empire multiculturel explique la place de choix occupée dans cette doctrine par le postnational, le diasporique, le post étatique, le postidentitaire, le nomadisme, l'hybridité, etc.

La philosophie de Mbembe et de ses amis reflète en fait la vision du monde des diasporas africaines, en exil dans les métropoles postmodernes: New York, Londres, Bruxelles, Paris, Francfort, etc.

Le chantage que ces penseurs exercent sur les sociétés occidentales en mobilisant contre elles les questions raciales, ethniques (cf. l'utilisation abusive du mot Nègre) ou de genre et de religion vise à obliger les dirigeants de ces sociétés à leur faire de la place, non en tant que citoyens, mais en tant que nègres, arabes, asiatiques. Ceci explique la critique de l'universalisme des Lumières et de l'idée républicain présentés comme une imposture. L'alternative ici se trouve entre la diversité et l'égalité.

Quelle ma perspective, à la suite de Nkrumah, Cheick Anta Diop, Samir Amin, Marcien Towa?

Nous sommes favorables à la DÉCONNEXION, selon une formule de Samir Amin. Se déconnecter du vaste monde n'implique guère l'ignorance du monde ou encore le repli sur soi. Il s'agit plutôt de bâtir un pôle de puissance et de civilisation autonome et souverain, propre à permettre à l'Afrique de dialoguer avec le reste du monde en acteur majeur.

Cela n'a donc rien donc à voir avec le cosmopolitisme de Mbembe ni avec ce que Senghor appelait en son temps l'Empire ou encore la Civilisation de l'universel métisse.

Le monde n'a pas à se métisser ou à se créoliser. Ce qu'il faut aux peuples (à ceux d' Afrique en particulier), c'est la Reprise de l'initiative historique dont parlait Aimé Césaire.
Se référant au Brésil et à sa politique de métissage, Cheikh Anta Diop disait que le métissage constituant un processus biologique normal, l'on ne saurait l'ériger en principe politique pour la gestion d'une nation, d'un Etat ou encore du monde.

Bâtir un pôle de puissance et de civilisation autonome implique le démantèlement des zones d'influence et le droit de l'Afrique de commercer avec tous les autres peuples du monde, sans intermédiaire. Dans ce commerce-là, toutes les PUISSANCES INVITÉES ET AMICALES seront les bienvenues, y compris, bien sûr la France. Le cœur des Africains est vaste : chaque nation de la terre peut trouver sa place.

La fin des sphères d'influence en Afrique est un impératif catégorique et un principe non négociable. Le respect de la dignité de l'Afrique et de ses dirigeants est un autre principe non négociable.

Décrire l'Afrique en termes stercoraires est inacceptable, tout comme traiter les dirigeants africains de "dictateurs" ou de "satrapes" est impardonnable, alors même que nous savons où se trouvent des États fondés sur le génocide et les inégalités de race et de classe. Et ce n'est pas en Afrique. Nous savons aussi qui menace la sécurité et la paix internationales. Ce ne sont pas les États africains. De la même manière, nous savons qui sont responsables du saccage des nations, des massacres de populations, etc. Ce ne sont pas les dirigeants africains.

Achille Mbembe doit le savoir : s'il va rencontrer M. Macron pour lui demander de sceller un nouveau pacte de la servitude avec l'élite comprador ou pour venir organiser la transition à la tête de nos États, alors, il trouvera les indigènes d'Afrique sur son chemin.
La diaspora n'a aucune légitimité pour parler au nom de l'Afrique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter