Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 03 26Article 583495

Opinions of Friday, 26 March 2021

Auteur: Dr Serge Zelezeck

Le comportement Bamiléké de Jay-Z

Dans ses débuts Jay-Z avait pris l’habitude de vanter la marque de champagne française Cristal dans ses clips. Ceci contribua beaucoup à populariser la marque. Au lieu de le remercier, voilà plutôt qu’un jour dans une interview dans le Journal britannique l'Economist, le journaliste demande au DG de Cristal, le français Frederic Rouzaud, si l’«association» de sa marque avec le rap ne risque pas de nuire à la marque. Et Rouzaud de réponde que : « C’est une bonne question, mais que pouvons-nous faire ? Nous ne pouvons pas interdire aux gens de l’acheter.»

Les sous-entendus racistes (ou tout au moins dénigrant vis-à-vis du rap, cet art musical des noirs) de la question et surtout de la réponse du DG vont profondément choquer Jay-Z. Au lieu de faire un communiqué ou une marche de protestation pour condamner verbalement ce racisme ou dénigrement comme c’est généralement le cas dans les Diaspora africaines dans des cas similaires, Jay-Z se calme, réfléchis et décide de répondre à l’affront autrement, par le plus belle des manières qui soit.

Il entre tout simplement dans le business du champagne lui-même en rachetant la marque, Armand de Brignac connue sous le mon “Ace of Spades”. Et désormais donc fait plutôt la promotion de sa propre marque dans ses clips. En 2019, cette marque a vendu 500,000 bouteilles ! « Ces commentaires [du DG de Cristal] nous ont obligé à créer notre propre truc » dit Jay-Z.

Bref, une façon bien Bamiléké de répondre aux détracteurs : les battre sur le terrain en réussissant à faire ce dont ils vous croient ou disent incapable. L’entrée en affaire dans des domaines précis de beaucoup d’entrepreneurs Bamiléké de la 1er, 2ème et 3ème générations après les indépendances, a très souvent été motivée par des contextes similaires à celui de Jay-Z. Exemples :

• PAUL K. FOKAM et l’envie de répondre à l’insulte raciste qui était courante jusque dans les années 1980s que les noirs sont incapables de créer et de gérer par eux-mêmes des grandes banques ;

• FEU ANDRE FOTSO et son choix de faire dans les secteurs industriels lourds (métallurgie industrielle, gaz industriel, etc.) qu’on perçoit chez nous comme étant la chasse gardée des grands groupes étrangers ;

• N’en parlons même pas alors de la révolution économique de première heure qu’ont mené avec succès nos entrepreneurs légendaires comme Fotso Victor, Kadji Defosso, Jean-Samuel Noutchogouin et bien d’autres en allant bousculer le monopole des blancs dans les secteurs comme les brasseries, les industries, l’hôtellerie haut standing etc. en réponse à l’insulte raciste que « le noir est incapable de ci ou ca… » ou encore à l’insulte tribaliste qu’« ils ne sont que de simples commerçants ». qu'on entendait souvent ici et là.

S’il y a une constance dans le parcours de beaucoup d’entrepreneurs Bamiléké c’est très souvent répondre aux détracteurs et/ou aux personnes qui les « simplifient » non pas par des agitations verbales mais plutôt par l’action sur le terrain en réussissant à faire ce dont on leur croyait ou disait incapable.
Serge Zelezeck (Dr).

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter