Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 09 28Article 620593

Opinions of Tuesday, 28 September 2021

Auteur: Nadia Fotso

Le Sultan est mort, vive le Sultan - Nadia Fotso

Christelle Nadia Fotso vient dans une tribune, rendre hommage au sultan des Bamoun décédé hier lundi 27 septembre. Dans sa sortie, la fille de Victor Fotso salut le travail de conservation de la tradition des Bamoun effectué par le sultan.

Ci-dessous, la tribune dans son intégralité


"J’ai un attachement charnel à la ville de Foumban…je ne saurais l’expliquer…c’est comme ça..je veux croire que cela a tout à voir avec ce grand-père maternel qui y est né et qui a traversé le Noun sans jamais revenir en laissant derrière tellement de choses…

La mort du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya me touche pour toutes ces raisons mais aussi parce qu’il a su préserver tant bien que mal ce qu’il avait reçu de son père qui était un grand ami de mon père en protégeant son royaume. Hériter, continuer, avancer même à petits pas en acceptant ce qu’on représente et parfois l'incarner…

Le mérite du Sultan Njoya est d’être resté debout et d’avoir résisté à beaucoup de facilités de l’ignorance, de l’inculture et de l’amnésie historique…il a été ce que beaucoup de ses pairs des Grassfields ne sont pas ou plus : roi en faisant même parfois preuve de majesté….

Donc cette mort touche parce qu’elle rappelle que le Royaume Bamoun n’est pas comme les autres et que ses sultans réussissent ce qui semble si difficile dans les Grassfields, au Cameroun et en Afrique : la transmission…
J’ai plus qu’une pensée émue pour vous votre Majesté en sachant ce que vous avez porté en fléchissant souvent mais sans fracasser votre héritage et trahir vos ancêtres notamment l’immense Africain que fut votre père.

En vous saluant, je salue votre peuple et proclame ma flamme à Foumban, C’est elle qui fait de moi une femme de convictions qui sait que les morts ne sont pas morts et que les vrais héritages sont spirituels. On devient ceux qu’on pleure pour continuer ou avancer pour que le grain ne meurt.
Foumban, tu as perdu un roi mais gagné un illustre ancêtre qui veillera à ce que tu restes la plus belle.
Le Sultan est mort, vive le Sultan ! "