Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 08 02Article 611557

Opinions of Monday, 2 August 2021

Auteur: SNJC

Le SNJC récuse le Conseil National de la Communication et revendique un organe consensuel

Modification du décret ayant créé le CNC. Modification du décret ayant créé le CNC.

Dans un communiqué qu’il vient de publier, le Syndicat National des Journalistes du Cameroun ne passe pas par quatre chemin pour dénoncer la nouvelle équipe du Conseil National de la Communication (CNC) nommée il y a quelques semaines par le président de le République. Le plus grand syndicat des journalistes du Cameroun s’offusque de la mise en place de façon unilatérale du Conseil National de la Communication par le gouvernement. Il exige la mise sur pied d’un tribunal des Pairs véritablement indépendant et constitué des représentants des organisations syndicales avec un représentant de l’Etat. Camerounweb.com vous propose en intégralité la sortie officielle du SNJC

Le Syndicat NationalTu des Journalistes du Cameroun (SNJC) constatent que le Président du Conseil National de la Communication (CNC) Joseph Chebonkeng Kalabuse est à Douala où il fait le tour des médias après avoir effectué le même exercice dans d’autres régions.

Le Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC), qui est la plus grande organisation de la presse au Cameroun et en Afrique centrale, réitère la position qui est la sienne depuis la mise en place de cet organe à savoir :

1-il le récuse à cause de mise en place de façon unilatérale par le gouvernement qui en nomme tous les membres.

2-il milite pour la modification du décret ayant créé le CNC pour qu’on arrive à un Tribunal des Pairs véritablement indépendant et constitué des représentants des organisations syndicales avec un représentant de l’Etat.

Le SNJC rappelle que la Charte de déontologie des Journalistes, notamment dans sa conclusion relative aux 10 devoirs du journaliste stipule que « reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n’accepte, en matière d’honneur professionnel, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre ».

Fort de la réalité selon laquelle la presse camerounaise est plombée par des dérives inacceptables, de l’urgence d’un organe consensuel et en respect de la Charte, le Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) ne peut apprécier le Conseil National de la Communication (CNC) dans sa forme actuelle.