Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 09 04Article 539530

Opinions of Friday, 4 September 2020

Journaliste: J-P YEMNGA

Le Lamido de Rey Bouba: un Etat dans l’Etat

Jeune professeur fraîchement sorti de l'ENS Bambini, la vingtaine à peine entamée, je fus affecté au Mayo-Rey, là où comme me le qualifia mon camarade de promotion originaire du septentrion, "là où même les nordistes ne veulent pas aller", le Mayo-Rey, un "État dans un Etat”, incroyable mais pourtant vrai, il faut le vivre pour le croire, voici mon récit :

-un pays où l'on parle d'intégration nationale où l'homme lige d'un Lamido (celui de Rey-Bouba) à Touboro peut humilier, maltraiter un proviseur allogène avec pour motif qu'il a exclu des enfants de la localité. De quel droit s'arroge-t-il?

D'ailleurs fin Décembre 2010, les sbires du même Lamido firent fouetter à Touboro à plat ventre un soldat du B.I.R. Incroyable mais pourtant vrai ! Le slogan qui faisait fureur alors: " Un B.I.R est égal à 1000 militaires "fut remplacé dès ce jour par "Un dogari (homme lige) est égal à 1000 B.I.R".
Et dire que c'est ce Lamido qui est le 1er vice-président de notre sénat... Le Mayo-Rey, un État dans un État, là où le Lamido s'est arrogé le droit de vie et de mort sur ses populations, là où toutes les terres appartiennent au Lamido appelé ici "Baba".

Là où pour construire une maison en dur, il faudrait demander la permission du Lamido, ce qui s'en suit souvent par un refus (l'on se contentera d'une simple hutte) surtout si l'on n'est de la lignée des dignitaires du royaume mais celui d'esclaves.

Eh oui, au lieu de parler d'esclavage en Lybie, commençons d'abord par abolir ce servage séculaire ici chez nous ! Un lieu où il n'y a pas de mobilité sociale. Voilà le Cameroun, parlez de lui, laissez le Burundi tranquille !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter