Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 05 02Article 462300

xxxxxxxxxxx of Thursday, 2 May 2019

Source: Boris Bertolt

Le DG de SOFITOUL impliqué dans un gros scandale d’escroquerie (droit de réponse)

La société Sofitoul a contacté la rédaction de Camerounweb ce lundi 06 janvier 2019 afin d'exercer son droit de rectification suite à la publication de l'opinion intitulée « Le DG de SOFITOUL impliqué dans un gros scandale d’escroquerie ». Vous trouverez la mise au point de Sofitoul juste après l'article incriminé.

Ce pays est décidément perdu. Même certains responsables de la justice ayant compris que le régime est tombé essayent de se tailler la part du lion en spoliant désormais les pauvres camerounais de leurs biens.

Aujourd’hui, regardons de près le cas du patron de SOFITOUL, une entreprise spécialisée dans la vente des billets d’avions appartenant au sieur SIMO KAM RODOLPHE qui a versé beaucoup de millions au magistrat le plus corrompu de la république Joel Albert Bias au Tribunal de première instance dans l’unique but de s’accaparer d’un immeuble situé en plein cœur de Bastos appartenant à sieur FEUSSOUO NEGUEM SIMEON écroué aujourd’hui à la prison centrale de kondengui.

Que s’est-il passé ?

En 2011,le patron de SOFITOUL contacte sieur Feussouo pour louer son immeuble encore en construction au quartier Bastos. Ils vont arrêter le loyer mensuel à 2.500.000Fcfa et le contrat de bail est établi à l’étude de Me Assena Beatrice qui est notaire le 04 novembre 2011.

Seulement, le patron de SOFITOUL qui se propose de verser un chèque de 30 millions de Francs ne précise pas qu’il versera dans cet argent un chèque de 15 millions en bois qui en plus était antidaté. La supercherie étant découverte, sieur Feussouo va attirer l’attention de Simo le patron de SOFITOUL pour lui dire que par cet acte, les travaux de finitions de l’immeuble prendront un retard puisque la totalité du montant n’a plus été versé. C’est ainsi que le chèque sera fractionné en deux de 15 millions chacun. La première partie des travaux correspondant au chèque de 15 millions sera d’ailleurs livrée sans problèmes. Dans l’attente des autres 15 millions, le patron de SOFITOUL constamment tenu informé de l’avancement des travaux va faire une avance de 5 millions au sieur Feussouo en 2012 afin d’engager les finitions.

Seulement, contre toute attente, une semaine après que le patron de SOFITOUL ait remis ces 5 millions au sieur Feussouo, il viendra lui servir une lettre de résiliation de bail, mettant ainsi fin à leur relation contractuelle.

Le 07 septembre 2012, sieur Feussouo est arrêté et enfermé au groupement de gendarmerie ou il passera 14 jours de garde à vue. Déféré devant le procureur, il sera finalement libéré mais le patron de SOFITOUL ne va pas se laisser décourager et va engager une autre plainte contre sieur Feussouo. Cette plainte sera déclarée irrecevable par les motifs de consignation insuffisante et surtout que le contrat de bail n’avait pas été enregistré.

Sous les conseils de ses amis magistrats, le patron du SOFITOUL va cette fois saisir le tribunal correctionnel et porter plainte pour escroquerie à l’encontre de sieur Feussouo par citation directe alors que ce dernier était à l’étranger. Feussouo Neguem Simeon sera finalement condamné en son absence à deux ans d’emprisonnement avec sursis pendant trois ans et à payer au patron de SOFITOUL le montant de 90 millions de francs de Francs pour dommages et intérêts.

De l’étranger ou il était, sieur Feussouo est informé et chargera ses avocats de faire opposition à cette décision .Malheureusement pour lui, l’affaire tombera entre les mains du magistrat le plus corrompu de la république Joel Albert Bias qui, après s’être concerté avec le patron de SOFITOUL Simo Kam et ses actionnaires que sont Essomba Jean Claude ,le milliardaire de la présidence et Nathalie Foumane la fille de l’ancien tout puissant conseiller juridique du président de la république, va plutôt alourdir la peine du pauvre Feussouo en le condamnant cette fois ci à 02 ans d’emprisonnement ferme et à 100 millions Cfa de dommages et intérêts à reverser au patron de SOFITOUL. Nous sommes le 12 décembre 2017.

Rentré au Cameroun pour enterrer son papa le 03 décembre dernier, Feussouo est arrêté et déferré à la prison centrale de Kondengui ou il croupit jusqu’à ce jour.

Une affaire d’arrangement entre copains pour voler un innocent

Notons que plusieurs propositions d’arrangements ont été faites depuis la brigade de gendarmerie. A plusieurs occasions, sieur Feussouo a proposé au patron de SOFITOUL de prendre une indemnisation de 01 an de loyer et ce dernier a toujours refusé réclamant désormais tout l’immeuble. Comment comprendre que pour une affaire civile, on se soit retrouvé au correctionnel pour garder absolument sieur Feussouo en prison et lui faire du chantage pendant qu’il y est.

Comment comprendre que pour une décision rendue le 12 décembre 2017,que la décision soit finalement signée le 09 janvier 2019 alors que sieur Feussouo était déjà en prison ? Que dire alors de cette hypothèque obtenue par le patron de SOFITOUL sur l’immeuble du pauvre Feussouo qui croupit aujourd’hui en prison ? La vérité est simple. Le patron de SOFITOUL Simo Kam et ses partenaires ont fait un arrangement avec le juge le plus corrompu de la république Joel Albert Bias pour spolier Feussouo de son immeuble et de son argent et se le partager entre eux.

Ils sont aujourd’hui en train de réussir leur coup. Il faut dénoncer le patron de SOFITOUL et son complice le magistrat corrompu Joel Albert Bias par tous les moyens. Nous reviendrons dans les prochains jours sur le cas du juge Albert Bias spécialisé dans la corruption au centre administratif et les différents dossiers qui l’accablent.


MISE AU POINT DE LA SOCIETE FINANCIERE DE TOURISME ET DE LOISIRS
(SOFITOUL S.A) A LA SUITE DES DECLARATIONS ERRONEES DE NATURE A TERNIR SON IMAGE




I- SUR LES FAITS :
En vue d’étendre ses activités la SOFITOUL S.A représentée par son Administrateur
Directeur Général Monsieur SIMO KAM Rodolphe concluait avec Monsieur FEUSSOUO
NEGUEM Siméon Alias « YAYA » par devant Maître Rufine ASSENA-OKOUDA, Notaire
à Yaoundé, un contrat de location d’un immeuble R+3 en cours de construction, et
appartenant à ce dernier, moyennant un loyer mensuel de 2.500.000 F CFA (deux
millions cinq cent mille francs).
Sur demande de Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon, celui-ci a perçu aux mois
de novembre et décembre 2011 une somme 30.000.000 F CFA (trente millions de
francs) représentant un (01) an de loyer d’avance allant du 1 er avril 2012 au 31 mars
2013.
Ces 30.000.000 F CFA (trente millions de francs) initialement supportés par deux (02)
chèques de 15.000.000 F CFA (quinze millions de francs) chacun, ont finalement été
payés d’une moitié par un chèque de 15.000.000 F CFA (quinze millions de francs) et
l’autre en espèces en remplacement du chèque ayant connu un incident de paiement à la
banque ainsi réglé amiablement entre les parties, avec à la clé le paiement au profit de
Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon de la somme de 1.000.000 F CFA (un million de
francs) aux titres de dommages-intérêts.
Le contrat dont s’agit stipulait que le bailleur (Sieur FEUSSOUO) devait supporter
les grosses réparations comme cela est de coutume pour tout propriétaire
d’immeuble le donnant à bail notamment, les travaux touchant les gros murs, les
voutes, les poutres, les toitures, les murs de soutènements, les murs de clôtures,
les fosses septiques et les puisards.
Les travaux de finition internes quant à eux (carreaux, enduits et peintures, staff, portes
internes en séparation, éclairage interne pose compteur d’électricité et eau etc…) devant
être faits par SOFITOUL S.A.
En outre, le contrat devant prendre effet le 1 er janvier 2012, Monsieur FEUSSOUO
NEGUEM Siméon disposait ainsi de trois (03) mois pour effectuer les travaux à sa
charge tel qu’il avait été convenu par les parties, et conférer la jouissance dudit
immeuble au preneur au plus tard à cette date sous peine de pénalité de 500.000 F
CFA (cinq cent mille francs) suivant une clause du contrat liant SOFITOUL à celui-ci.
A l’expiration de ce délai de trois (03) mois convenu librement entre les parties,
Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon n’avait pas achevé les travaux mis à sa
charge, et un procès-verbal d’Huissier a été dressé à cet effet.
Monsieur FEUSSOUO Siméon, malgré ce retard hautement préjudiciable à la Société
SOFITOUL, sollicitera et obtiendra à nouveau le 23 aout 2012 (08 mois après la date
convenue pour mettre son immeuble à la disposition de SOFITOUL) la somme de
5.000.000 F CFA (cinq millions de francs) de cette dernière pour dit-il le
dédouanement de son matériel en provenance de Dubaï.

Malgré ce concours financier, Monsieur FEUSSOUO NEGEUM Siméon ne réalisera
pas les travaux mais en plus, donnera à louer une composante de l’immeuble pris à
bail à une entreprise concurrente à SOFITOUL dénommée « WAHEGURU
TRAVELS » en totale violation des clauses du bail qui lui interdisait formellement de
louer une composante de son immeuble à une Société concurrente, à cet effet, une
sommation de respecter les clauses et conditions du contrat qu’il a délibérément
signé contenant interpellation lui est faite le 29 août 2012, à laquelle il n’a daigné
donner suite.
SOFITOUL a donc dans cet élan notifié à Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon la
résiliation du contrat et sollicité le remboursement des sommes remises 36.000.000
F CFA, toute chose ayant révélée les réelles intentions de cet escroc.
Toutefois, il convient d’indiquer que SOFITOUL a découvert que Monsieur FEUSSOUO
NEGUEM Siméon était coutumier du fait et que pour se dérober de la Justice et perpétrer
ses actes illicites, ce dernier fait usage de ses multiples identités tels qu’en font foi :
- D’une part, la photocopie de sa CNI Camerounaise N°107391199 du 24/08/2006 à
CE59<9 duquel il ressort bel et bien qu’il s’appelle FEUSSOUO NEGUEM Siméon
né le 17/10/197 à Ebolowa ; et
- D’autre part, la photocopie de son passeport Français N°03TD97708 du 23/09/2003
avec la photo du mis en cause duquel il ressort étonnamment qu’il s’appelle
NGASSA NGAMBIA Aurélien Romuald né le 08/02/1974 à Bikok.

II- DES DIFFERENTES PROCEDURES
SOFITOUL S.A s’étend rendue à l’évidence que Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon
s’est joué d’elle en usant des subterfuges et des manœuvres pour lui extorquer la somme
de 36.000.000 F CFA, dès lors qu’elle n’a pas pu occuper l’immeuble en dépit de moult
solutions transactionnelles que Monsieur FEUSSOUO n’a cessé de botter en touche, elle
entreprendra aux fins de sauvegarder ses intérêts plusieurs procédures judiciaires à
savoir :

? Citation directe contre Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon :
En date du 9 Décembre 2013, SOFITOUL S.A à travers une procédure correctionnelle de
citation directe a saisi le Tribunal de Première Instance de Yaoundé Centre Administratif,
pour l’infraction de d’escroquerie perpétrée à son préjudice par Monsieur FEUSSOUO
NEGUEM Siméon, n’ayant comparu à aucune audience, cette juridiction le retiendra par
défaut dans les liens de culpabilité dans son jugement n° 1639/CO rendu le 16 juin
2015, et le condamnera à 2 ans d’emprisonnement avec sursis pendant 3 ans,
1.000.000 d’amende et 92.400.000 F CFA dont (36.000 F CFA en principal, 15.400.000
F CFA pour les loyers supplémentaires, 20.000.000 F CFA pour le manque à gagner,
500.000 F CFA de frais de procédure et 20.500.000 F CFA représentant les pénalités
de 500.000 F CFA par mois de retard prévue au contrat) aux titres de dommages
intérêts.

? Opposition faite par Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon contre le
jugement n°1639/CO rendu par défaut contre lui :
A la suite de la notification du greffe près le Tribunal de Première de Yaoundé Centre
Administratif faite à Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon en date du 31 mai 2016, ce
dernier fera opposition au jugement n°1639/CO, toute chose ramenant les parties au
même et semblable état avant le jugement.
Diligence ainsi faite par SOFITOUL en lieu et place de l’opposant Monsieur FEUSSOUO
pour mettre le dossier de procédure en état, l’affaire a à nouveau été enrôlée, les débats
ré-ouverts, et les parties entendues dans ses moyens de défense et interviendra donc le
12 Décembre 2017 le Jugement contradictoire N°3630/CO condamnant cette fois-ci
Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon, après qu’il ait comparu et se soit enfoncé à
travers ses propres arguments, à 2 ans d’emprisonnement ferme et aux dépens
liquidés à la somme de 5.046.650 F CFA et à 100.000.000 F CFA (35.000.000 F CFA
au titre de loyers perçu, 20.000.000 manque à gagner, 35.000.000 pénalités
contractuelles et 10.000.000 de frais de procédure), et les mandats d’arrêt et
d’incarcération décernés contre cet escroc.

? Appel relevé par Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon contre le jugement
contradictoire n°3630/CO rendu le 12 Décembre 2017 contre lui :
Non satisfait à nouveau par le jugement contradictoire n°3630/CO, Monsieur
FEUSSOUO NEGUEM Siméon interjettera appel contre ce jugement qu’il estime
complaisant à son égard, il prendra par la suite la clé des champs, sans se donner
la moindre peine de mettre le dossier d’appel en état, et les mandats d’arrêt et
d’incarcérations continuant de courir contre lui, ce n’est que les 1 er et 3 Décembre
2019 que lesdits mandat (arrêt puis incarcération) seront exécutés, toute chose
ayant déterminé cet escroc en cavale de mettre en état le dossier de procédure
devant la Cour d’Appel du Centre statuant en sa Chambre Correctionnelle.
Le dossier en état, les parties ont été régulièrement citées à comparaître à l’audience du
11 mars 2019, advenue cette date, les débats ont été ouverts et les parties entendues, le
Ministère Public a pris ses réquisitions, et la parole donnée aux Avocats des parties pour
les plaidoiries, la cause mise en délibéré pour Arrêt être rendu le 08 avril 2019.
Le 08 avril 2019, le délibéré a été prorogé à l’audience du 22 avril 2019, à cette date,
la Cour d’Appel du Centre par un collège de trois Magistrats, plus expérimentés et
plus gradés que les deux premiers juges ayant condamnés Monsieur FEUSSOUO,
ont à l’unanimité confirmé, ce dans toutes ses dispositions, le jugement
contradictoire n°3630 du 12 Décembre 2017 et dont la teneur a été rappelée supra.

? Hypothèque judiciaire inscrite sur l’immeuble appartenant à Monsieur
FEUSSOUO NEGUEM Siméon en application de l’article 213 et suivant de
l’Acte Uniforme portant organisation des sûretés :
Par ailleurs, il convient d’indiquer que fort du premier jugement n°1639/CO du 16 juin 2015
condamnant Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon à lui payer la somme de
92.400.000 F CFA dont (36.000 F CFA en principal, 15.400.000 F CFA pour les loyers
supplémentaires, 20.000.000 F CFA pour le manque à gagner, 500.000 F CFA de frais
de procédure et 20.500.000 F CFA représentant les pénalités de 500.000 F CFA par
mois de retard prévue au contrat) aux titres de dommages intérêts, SOFITOUL avait
sollicité, et obtenu le 1 er septembre 2016 de Madame la Présidente du Tribunal de
Première Instance de Yaoundé Centre Administratif une ordonnance sur requête N°
1306 autorisant au Conservateur de la Propriété Foncière du Mfoundi, une hypothèque
judiciaire provisoire sur l’immeuble de Monsieur FEUSSOUO au profit de SOFITOUL, tout
en impartissant un délai de 30 jours à cette dernière pour saisir le Juge du fond en
validation de cette hypothèque provisoire.
A cet égard, le 15 septembre 2016, SOFITOUL assignera Monsieur FEUSSOUO
NEGUEM Siméon devant le Tribunal de Grande Instance du MFOUNDI statuant en sa
Chambre Commerciale aux fins de validation de son hypothèque, la procédure est en
cours dans laquelle comparait Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon et fait valoir ses
arguments de défense.
Il s’en suit de tout ce qui précède que contrairement aux informations dénuées de
tout fondement juridique, distillées et entretenues par cet escroc qui tendent à
discréditer tant SOFITOUL S.A, que son Administrateur Directeur Général Monsieur
SIMO KAM Rodolphe, sur une prétendue volonté « d’arracher » son immeuble, ne
sont que le produit de son imagination, SOFITOUL ayant simplement inscrit une
hypothèque judiciaire provisoire, laquelle tire son fondement sur des décisions de
justice, question de garantir sa créance, compte tenu de la mauvaise foi qui
caractérise Monsieur FEUSSOUO NEGUEM Siméon et le fort péril auquel est
exposée sa créance.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter