Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2018 12 28Article 453125

Opinions of Friday, 28 December 2018

Journaliste: CL2P

Le Chantalisme ou le business florissant des journalistes Camerounais

Il faut constater et déplorer les ravages du mélange détonnant du gombo (assimilé au pot-de-vin) avec l’huile de sardine dans les têtes de certains journalistes Camerounais…

Titrer en effet à la une d’un journal de la place, lundi 24 décembre 2018, que la « Première dame » (Chantal Biya pour ne pas la nommer) est « la plus humaniste du Cameroun » participe incontestablement de cette forme particulière de démence qui frappe certains de ses principaux soutiens; due notamment à une consommation excessive de gombo et (d’huile) de sardine, au point d’endommager considérablement la capacité de discernement y compris des hommes de médias en quête frénétique de positionnement et de faveurs auprès de ce pouvoir inhumain, cruel, et criminel; à un moment en plus – faut-il le rappeler – où nombre de foyers de ce pays ont passé la fête de Noël dans l’obscurité totale, sans électricité ni eau courante.

LIRE AUSSI: Un ancien croque-mort avoue à la télévision avoir violé des cadavres

En tant qu’organisation de défense des droits humain, le CL2P comprend que les services de première nécessité de l’État, en particulier en situation de quasi urgence humanitaire, deviennent de véritables droits humains. Car ce manque récurrent d’électricité et d’eau courante au Cameroun est symptomatique d’un vaste effondrement des infrastructures sociales dans un contexte de longue crise économique, propice à une grave détérioration de la santé publique.

Ce désastre doit être traité à son point d’origine et les Camerounais ordinaires doivent savoir qu’ils ont le droit de poursuivre leur gouvernement en justice pour manquement à ses obligations à travers des services publics défectueux, qui génèrent des souffrances infinies et la mort par la privation ou la rupture intempestive d’approvisionnement en eau courante et/ou en électricité.

Plus grave, un gouvernement qui tire profit de leur prétendue « immaturité politique » par le biais d’une propagande bon marché, dénuée de sens de la responsabilité; et qui refuse obstinément, comme toujours, de reconnaître qu’il a lui-même crée et amplifié une crise létale. Le CL2P reconnaît que, ce faisant, si ce régime le faisait, il serait obligé de reconnaître qu’il a ainsi dilapidé toutes les ressources du pays. Car un pays aussi béni des dieux constitue hélas aujourd’hui un vrai cas d’école en matière de désastre économique après 36 interminables années d‘errements et de corruption endémique.

Combien de temps allons-nous donc rester là entrain de regarder cette violence cynique exercée à dessein par un régime dictatorial impitoyable? Une violence dont personne en son sein ne semble d’ailleurs vouloir y remédier? Bien évidemment il y aura toujours «La Première dame la plus Humaniste» et voulue la plus Compassionnelle pour occulter et faire oublier tout ça, rien de moins …….

Et ceci n’est malheureusement pas une blague…