Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 07 31Article 611248

Opinions of Saturday, 31 July 2021

Auteur: Arol Ketch

La vie de Jacob Desvarieux résumée en quelques lignes par le Camerounais Arol Ketch

Jacob Desvarieux et Manu Dibango Jacob Desvarieux et Manu Dibango

Jacob Desvarieux est mort. Le décès du célèbre chanteur antillais est une grosse perte pour la musique africaine et le Cameroun pleure un homme qui a une histoire particulière avec lui. Cette histoire, la rédaction de CamerounWeb vous la partage dans la tribune Ci-dessous, écrite par Arol Ketch.

---

La mort de Jacob Desvarieux est une grosse perte pour la musique. Pour lui rendre hommage, je vais revenir sur le rôle qu’il a joué dans la musique camerounaise.

Jacob Desvarieux notamment a joué un rôle très notoire en faveur de l’éclosion de plusieurs rythmes du Cameroun.

A ses débuts dans la musique, rien à priori ne semble le prédisposer à embrasser ce champ rythmique là ; il est plutôt très intéressé par le hard rock. Avec ses amis : Christophe Zadire , Francis Cauletin, Phillippe Drai et Achille Ango à Marseille, ils fondent un groupe de rock : “The Bad Grass”. Plus tard, c'est la naissance du groupe “Sweet Bananas”.
Mbida Douglas a joué un rôle non négligeable dans la carrière de Jacob Desvarieux et lui a permis d’intégrer le projet Kassav en le poussant à aller à Paris. En effet, ils se rencontrent à Marseille et fondent le groupe “OZILA”. Un groupe à afro-rock-disco composé de Jacob Desvarieux , Jimmy Mvondo Mvele, un certain Jean Tamegnon, Mekongo Président et Jean-Marie Ahanda.

Leur premier album paraît chez Vogue avec pour titre « OZILA 2001 ». Cependant, ils sont confrontés à des producteurs corses véreux. L’expérience s’avère très brève. C’est Mbida Douglas qui pousse Jacob Desvarieux à monter sur Paris. Jacob a vécu à Marseille pendant près de 8 ans et était très attaché à cette ville. C’est grâce à l’insistance de Mbida Douglas qui l’a travaillé pendant un an qu’il décide enfin de monter sur Paris. Mbida Douglas lui fait savoir que c’est à Paris que tout se passe.

A Paris, il fonde le groupe « Zulu Gang » en 1978 avec Mvondo Mvele, Mbida Douglas, Amougou Hubert, Christophe Zadire et Jean-Marie Ahanda. Un groupe à tendance afro-funk. C’est après cela que Jacob Desvarieux sera approché par Pierre-Edouard Decimus pour le projet Kassav. On peut dire que c’est grâce à Mbida Douglas que Jacob Desvarieux est venu à Paris et a par la suite intégré le groupe les Kassav.

Jacob Desvarieux a beaucoup côtoyé et collaboré avec les musiciens Camerounais dès la fin des années 70 : Jimmy Mvondo Mvélé, Eko Roosevelt, Jean Marie Ahanda, Mbida douglas. Ce qui lui a permis d’avoir une maîtrise et d’apporter sa touche dans la réalisation, arrangement, l’exécution des rythmes du Cameroun. Il a contribué à la majorité des productions camerounaises de ces années-là ; tous rythmes confondus : Bikutsi, Assiko, Makossa, Mangambeu etc.
Dans la fin des années 70, Jacob Desvarieux participe déjà dans les albums de Nicolas Pasteur Lappe dont le fameux “Sekele Mouvement”. On note aussi sa participation dans la réalisation du projet « Fleurs musicales du Cameroun».
Il a utilisé cette maîtrise des rythmes du Cameroun pour contribuer à la création et à l’enrichissement du Zouk. Il reconnaît lui-même que : « Il y a des schémas de guitare makossa dans le zouk. »

En 1982, lorsque paraît l’album à succès “Bijou” de Moni Bilé produit par Aladji Touré (Touré Jim's Records), Jacob Desvarieux est le preneur de son. Il va aussi assurer la prise de son au studio Johanna de Paris du troisième album de Rachel Tchoungui intitulé “Rachel” en 1986. En effet, installé comme guitariste, arrangeur, preneur de son, réalisateur au studio Johanna de Paris, il posera son estampille sur la majorité des rythmes camerounais de cette époque-là.

Lorsque Pierre Didy Tchakounté décide de se lancer dans la musique traditionnelle et choisit le rythme appelé “Mangambeu” qui deviendra son identité musicale. Il présente son projet à Jacob Desvarieux qui l’encourage et le soutient. Cependant, son producteur Slim Pezin est réticent et refuse de le suivre dans ce projet. Jacob Desvarieux qui croit au projet lui demande de réunir le financement nécessaire.

Il entre en studio avec l’équipe des Kassav orchestré par Jacob Desvarieux et sort dans la foulée les albums “Mythologie du Mangambeu”, “Mangambeu sophistiqué” (arrangé par Jacob Desvarieux) qui connaissent un immense succès.
Repose en paix Jacob Desvarieux.

Merci pour tout ! Tu vas nous manquer.