Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 10 24Article 474623

Opinions of Thursday, 24 October 2019

Journaliste: Joselin Paulin Ouambo Ouambo

La région de l’Ouest se vide de ses jeunes !

Mardi dernier dans une agence de voyage à Bafoussam, je vois un jeune en train de faire embarquer une moto apparemment la sienne dans la soute à bagage d’un car dit gros porteur ayant pour destination a terre promise (Douala).

Par curiosité (il parait que c’est l’une des qualités d’un bon chercheur) je me rapproche du jeune pour essayer de discuter avec lui, afin de comprendre ses motivations ; pourquoi est-ce qu’il embarquait sa moto pour Douala?

Le jeune que je nommerais ici patrick me fait la confidence selon laquelle, il serait réellement en partance pour Douala pour exercer comme moto taximen. Il faut noter que cela devient récurrent ici de plus en plus de jeunes quittent l’Ouest avec leurs motos pour se rendre à la capitale économique grossir les rangs de nos nombreux conducteur de moto croyant avoir plus de gain et vivre plus décemment qu’ici à l’ouest, mais qu’en est-il exactement !!! j’ai pas fait une enquête spécifique dans ce sens, j’ai préféré plutôt m’interroger sur la capacité de nous jeunes à pouvoir aujourd’hui identifier les défis auxquels nous faisons fasse et y trouver des solutions appropriées.

Patrick donc à l’entame de notre discussion qui était très brève, commence par me dire qu’il fait partie d’une génération que monsieur biya aurait sacrifié pour se maintenir au pouvoir du coup il y a pas mieux que faire du benskin pour survivre dans ce pays qui au final tue les jeunes comme disait l’artiste.
Concernant cette affirmation de patrick je voudrais dire une chose aux jeunes comme moi qui essaient de trouver une place digne dans notre société.

Dire que le pays va mal est à ce jour un truisme, il existe et persiste dans plusieurs secteurs d’activités d’énorme problèmes qui malgré le temps qui passe ne trouvent pas de solution mais seulement si l’on a lu quelques livres, l’on doit à l’honnêteté de reconnaitre que ce pays le Cameroun peu importe les apparences ne se porte pas aussi mal que ce que certains veulent nous faire croire, l’histoire de l’humanité nous enseigne que l’on n’a connu pire déjà comme dirigeant.

Concernant les manquements qui persistent dans notre pays, ils en existent partout ailleurs, nous devons travailler avec acharnement pour y trouver des solutions à terme et dans ce processus chacun devra apporter du sien. Notamment en s’informant au maximum et profiter des opportunités qui existent déjà, notre ami patrick ne sait pas que Selon un rapport de l’entreprise britannique (The Economist Intelligence Unit) concernant les villes ou il n’est pas bon de s’installer en 2019 Douala occupe le 133 rang sur 140 pays prenant en compte les critères de logement, nutrition, santé … il ne sait pas que Selon les représentants des syndicats de moto taxi la ville compterait plus de 100 000 motos-taxis depuis 2015 ! plus inquiétant, patrick ne sait même pas que dans son propre village, la mairie et certains centres de formation offrent des formations agropastorales gratuites aux jeunes avec financement de projet au bout de la formation, il ne sait pas qu’il y a des gens dans son village capable de façon désintéressé de l’accompagner dans un projet réel de création de richesse.

J’ai été obligé de dire à patrick que moi j’étais en train de faire le sens contraire pour créer la richesse dans une localité maudite pour utiliser ses propres mots (son village).

Conclusion

Nous manquons d’intelligence pour trouver des solutions aux maux qui minent notre quotidien. Pendant longtemps j’ai été persuader qu’il ne faut rien entreprendre si vous n’avez pas les moyens surtout financiers de le mener à bien et un beau matin je me suis rendu- compte que j’avais tout fait faux ; il m’avait toujours manqué de l’intelligence pour profiter des nombreuses richesses que regorge notre pays. Un jour nouveau plus beau paraitra sur notre terre mais en attendant nous devons nous retrousser les manches s’informer, se former et passer à l’action ; travailler avec acharnement.

Je ne suis plus de cette génération dite sacrifiée, comme chaque jeune Camerounais j’ai des outils pour être utile aux miens et contribuer à l’avènement de ce beau pays que nous voulons tous voir émerger. Après une semaine d’approfondissement de connaissance dans le domaine de la sécurité numérique, place à la création de richesse à 258,5 km de Douala.