Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 01 04Article 565232

Opinions of Monday, 4 January 2021

Auteur: BORIS BERTOLT

Léopold Maxime Eko Eko, le patron de la DGRE qui a cinq femmes

Le très discret patron de la Direction Générale de la Recherche Extérieure ( DGRE), Léopold Maxime Eko Eko est désormais sous la sellette. Son rendement de plus en plus critiqué par les responsables sécuritaires et les employés « du Lac » ( agents de la DGRE) accusant de plus en plus leur patron de mauvaise gestion. Suscitant ainsi des mouvements d’humeur récents au sein de l’agence de renseignement la plus puissante et la plus influente au Cameroun.

En effet, ce proche de Edgard Alain Mebe Ngoh, l’ancien ministre de La Défense nommé en 2010 a progressivement gagné la confiance de Paul Biya au point de s’aliéner son patron hiérarchique Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire Général de la présidence de la République. Le SGPR lui reprochant d’avoir d’avoir mené dans son dos plusieurs enquêtes y compris sur la CAN 2019 et les avoir soumis à Paul Biya sans toutefois l’en informer. Depuis lors Ngoh Ngoh a juré d’avoir sa tête. Le SGPR qui a la rancune tenace a saboté des négociations que le DGRE voulait organiser avec les leaders sécessionnistes anglophones.

Mais, Léopold Maxime Eko Eko a également dans son viseur le ministre de La Défense, Beti Assomo. Les deux ne s’aiment pas pour dire le moins. Le patron de la DGRE accuse le MINDEF de vouloir son remplacement au profit d’un de ses proches, l’actuel patron de la sécurité militaire ( SEMIL), le colonel Emile Bamkoui. En représailles, Léopold Maxime Eko Eko maintient au « garage » le petit frère de Beti Assomo, commissaire de police en service à la DGRE. Mais le MINDEF semble avoir pardonné. Car il a récemment octroyé trois ans à l’épouse d’Eko Eko, le colonel Abega à la tête du tribunal militaire.

Partisan de la médiation camerounaise au détriment de la médiation Suisse portée par le SGPR, Léopold Maxime Eko Eko peut compter pour l’instant sur la confiance du premier ministre Dion Ngute qui l’a chargé de conduire les négociations avec les ambazoniens. C’est à lui que l’on doit par exemple la redition de Success Nkongho ou encore l’ouverture directe de discussions avec Sissuku Ayuk Tabe. S’agissant de Success Nkongho, ce dernier rapporte que Léopold Maxime Eko Eko l’a convaincu de se rendre en lui disant : « Mon frère, je suis ton frère, tu es mon frère, on sait qu’il y a des malentendus qui sont arrivés entre les gens d’une même maison. Mais on peut arranger ça entre nous. Il y a un temps pour la pluie, il y a un temps pour le soleil, il y a un temps pour le combat et il y a un temps pour la paix et je suis convaincu que voici le temps pour la paix. Tu es mon frère, je suis ton frère ».

N’empêche que les griefs à l’ encontre de l’actuel patron de la DGRE soient remontés jusqu’à Paul Biya. Il est accusé « de négligence » lors de l’assaut mené à Paris par les éléments de la Brigade Anti Sardinards ( BAS) à l’occasion du séjour de Paul Biya en novembre 2019 à l’hôtel Meurice. Un rapport confidentiel, n’explique pas pourquoi 6 de ses agents censés protéger l’entrée ont été redéployés quelques minutes avant l’assaut de la BAS. Créant une situation où Paul Biya fut obligé de sortir par des portes secondaires.

Mais, ces suspicions ont été renforcées en 2020 après la rencontre entre Calibro Calibri et Emmanuel Macron. Le même jour, la présidence de la République prépare une riposte « des patriotes » qui doivent manifester devant l’ambassade de France à Yaoundé. Léopold Maxime Eko Eko est accusé par d’autres services de renseignement d’avoir révélé ce plan au colonel Bonot, ancien attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France à Yaoundé. Une façon pour ses adversaires de l’accuser de trahison.
Ces rapports ont - ils dégradé la confiance que Paul Biya lui portait ? « oui « rétorque un commissaire « au Lac ». La plupart des propositions ne sont plus validées. Mais Eko Eko continue de travailler. Il a récemment négocié et obtenu la libération du petit frère de Cavaye Yeguie Djibril en versant près de 15 millions fcfa aux ravisseurs qui réclamaient pourtant près de 50 millions fcfa.

Pourquoi pas célébrer cela! Et bim. Léopold Maxime Eko Eko a convolé il y a moins d’un mois en cinquième noces avec le colonel Vioron en service à la gendarmerie nationale. A un de ses proches collaborateurs « comment un homme qui gère le renseignement d’un pays fait pour avoir 5 femmes. Il prend du temps où ? »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter