Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 08 06Article 532576

Opinions of Thursday, 6 August 2020

Journaliste: Dieudonné Essomba

L’Etat unitaire va montrer de toutes les couleurs aux Ekang !

Il y a 4 ans, je mettais solennellement en garde les élites Ekang contre leurs prises de position enflammées et extrémistes au sujet de la crise anglophone.

Je leur disais clairement que les Anglophones n’avaient en aucun jour attaqué les Ekang, qu’ils avaient marre de l’Etat unitaire et ses « unités nationales » et que les Ekang n’avaient aucun mandat pour défendre l’Etat du Cameroun qui appartient à tous.

Donc, la seule attitude était de garder la même réserve que les élites d’autres Communautés ! Le régime de Biya-Nyat-Kuete n’a jamais été le régime des Ekang qui en sont d’ailleurs parmi les plus importantes victimes.
L’Etat unitaire représente une menace sérieuse sur la Communauté Ekang. Cet Etat s’est donné le droit de prendre les terres des gens, d’exploiter leurs ressources sans la moindre considération des populations autochtones, et d’exproprier qui il veut, quand il veut et comme il veut. Il s’approprie les terres acquises par les Communautés au nom de quoi ?

Des terres acquises par leurs ancêtres dans le sang, dans des conditions extrêmement difficiles, lui il vient un jour déclarer que tout cela lui appartient ? Comment quelqu’un peut par exemple aller dans le Royaume Bamoun et dire : « ces espaces vides ne vous appartiennent plus ! Ils appartiennent à l’Etat ! »

Quel Etat et a nom de quoi ? C’est l’Etat du Cameroun qui a distribué les terres pour les gérer ? Ce sont ses terres ? Depuis 1960, l’Etat du Cameroun a gagné quelle terre dans le monde ? Ce n’est pas la même superficie ? Il extorque les terres gagnées par les Communautés au nom de quoi ?

Dans quel pays un Etat s’est approprié les terres des gens ? Un Etat aide les populations à légaliser leurs terres, à organiser l’occupation spatiale et à favoriser leur exploitation. Pas de s’en approprier sur tapis vert !
Ces dispositions très dangereuses développent des prétentions très malsaines pour certaines Communautés qui veulent en profiter pour corriger l’histoire précoloniale. Après avoir saturé leur espace ancestral par une natalité débridée, ils caressent l’espérance d’instrumentaliser la loi, le nationalisme hypocrite et les politiques gouvernementales pour s’approprier sur tapis vert des espaces d’autrui.

Mais si ces dispositions sont dangereuses pour toutes les Communautés, elles le sont davantage encore pour la Communauté Ekang dont les terres présentent un grand avantage, en termes d‘étendue, de facteurs climatiques favorables et de proximité avec les ports.

Avec un système qui a totalement échoué et qui est aux abois, la tentation est grande de commencer à brader le patrimoine des Ekang pour glaner quelques ressources supplémentaires et continuer à entretenir ce système. Les crises multiples venues de l’extérieur, mais aussi la mauvaise gouvernance récurrente des années, ainsi que la folle guerre qu‘ils sont partis déclarer aux Anglophones ont réduit leurs ressources à néant, et ils cherchent désespérément l’argent. Aucun doute qu’ils ne résisteront pas à la tentation de brader les terres Ekang au premier venu.

Et ils sont nombreux qui s’impatientent pour participer à la curée ! Aussi bien des étrangers que des Camerounais d’autres Communautés !

Et cette braderie initiée par le régime de Biya lui-même ne pourra que se prolonger et s’accentuer si un autre prend le pouvoir après lui, car ce serait un redoutable précédent !

Comment en effet pourrions-nous nous opposer à l’expropriation de nos terres quand Biya lui-même aura montré le chemin à suivre aux prochains Présidents ?

J’ai été combattu par les Ekang qui s’imaginent que le modèle institutionnel actuel les avantage, parce qu’ils y bénéficient de quelques petits strapontins. Mais ils ne savent pas que c’est un système qui les tue ! Notre élite est tellement idiote et tellement cupide qu’elle est capable de sacrifier tout l’avenir de la Communauté pour une petit poste ou quelques billets d’argent.

Et si le peuple Ekang les suit dans cette folie, il sera esclave sur son propre sol !