Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 06 05Article 600412

Opinions of Saturday, 5 June 2021

Auteur: Armand Okol

'Je mets au défi l'individu Njoya Moussa de publier les fameuses captures d'écran dont il parle'

Il s'agit là d'un autre grossier mensonge inventé de toutes pièces Il s'agit là d'un autre grossier mensonge inventé de toutes pièces

Le Monsieur communication de l'Hon. Cabral Libii n'a visiblement pas apprécié la récente sortie de Njoya Moussa dans l'émission Décryptage de Vision 4 qui l'accuse d'avoir infiltré certaines rédactions pour proposer des invités afin que ces derniers défendent le Ministre Camerounais de la Santé Publique dans le sacndale de détournement des fonds destinés à lutter contre le covid-19 qui secoue le sérail depuis plusieurs semaines déjà.

En réponse, Armand Okol accuse Njoya Moussa d'avoir menti et le met au défi de publier les preuves de ses accusations.

Je viens d'écouter l'extrait de l'émission d'un affabulateur invétéré. Le type qui était invité de l'émission Décryptage sur Vision 4 hier prétend que j'aurais infiltré certaines rédactions pour proposer des invités afin que ces derniers défendent le Ministre Camerounais de la Santé Publique dans ce qu'il convient d'appeler le COVIDGATE. Je le dis de manière péremptoire, il s'agit là d'un autre grossier mensonge inventé de toutes pièces. Et je l'invite sans réserve à publier les prétendues captures d'écran qu'il dit détenir, sinon qu'il se taise à jamais.

LES FAITS

L'avant dernier week-end, le sujet sur le Covidgate était au cœur de l'actualité. Il s'imposait alors dans un contexte de diffamation et de propagation de fausses nouvelles, œuvre d'un renégat de la presse, promoteur d'une radio FM de la place. En ma qualité de Secrétaire National à la Presse, à l'Information et à la Propagande du PCRN, je me devais donc d'envisager un plan de communication pour démentir le tissu de mensonges ourdi contre le PCRN et son leader (comme cela se passe dans toutes les organisations du monde). Mais dans cette activité, j'étais tenu par l'instruction de la hiérarchie du Parti ayant prescrit de ne faire intervenir dans la prise de parole publique que les membres de la collégialité du Conseil des avocats. Ma marge de manœuvre était donc très limitée car ils ne sont que deux pour l'instant, à savoir les Maîtres Roger René BEBE et Jean Marie Nouga. J'ai alors effectivement pris contact avec deux chaînes de télévision parmi les plus en vue de place à Yaoundé. L'objectif était alors celui de faire large échos de l'opinion sur la position officielle du Parti. Parmi les deux médias contactés, le premier a été favorable, mue par la volonté d'équilibrer l'information, l'autre média par contre s'est montré réfractaire (on peut aisément comprendre désormais pourquoi avec le recul du temps), en posant des conditions, mieux en exigeant des conditions draconiennes, notamment le paiement d'une faramineuse somme d'argent. Soucieux d'atteindre une audience maximale, je me suis dans un premier temps montré quelque peu attentif à cette exigence, mais face aux prétentions boulimiques du demandeur, j'y ai finalement opposé un refus de non-recevoir formel en coupant ipso facto tout contact avec ce présentateur de débat à la gourmandise exacerbée. Il ne me restait plus alors que la seule option de Canal Presse à Canal 2 International où là-bas, le présentateur s'est montré professionnel sans exiger le moindre copec. C'est sur cet unique plateau que le seul communicant du PCRN de ce week-end-là est alors passé à la télévision, lui que j'ai personnellement accompagné, briefé et même coaché. Et les archives sont là pour le témoigner, à aucun moment ce digne représentant n'a essayé de défendre le Ministre de la Santé, encore moins le gouvernement. Au contraire il a, après avoir démenti avec force d'arguments les allégations au sujet de prétendus marchés gagnés par le leader du PCRN, suggéré à maintes reprises des sanctions exemplaires à l'endroit des gestionnaires indélicats des fonds Covid-19. Laquelle ligne de communication reste en vigueur et d'actualité jusqu'à date. D'ailleurs des poursuites judiciaires sont actuellement en cours. Tels sont les faits et rien que les faits, que j'assume fièrement, car je n'ai rien fait d'autre en l'espèce que ce qui est attendu du responsable de communication d'un Parti en proie à une ignoble cabale.

COMPRENDRE LES MOTIVATIONS DE CETTE ÉNIÈME CAMPAGNE DE DÉNIGREMENT.

Les conspirateurs parmi lesquels se compte le jaloux, aigri et haineux NJOYA MOUSSA pêchent une fois de plus par leur manque d'intelligence. Après toutes les vaines tentatives de saboter et salir l'image du leader du PCRN et du Parti, leur éternelle stratégie maléfique, fantasmatique et fantasmagorique consiste donc à prendre pour cible les lieutenants de celui qu'ils ont décidé à tout prix et à tous les prix de pourfendre. L'objectif étant de montrer aux yeux du monde que si les preuves de l'implication des collaborateurs du chef sont établies, alors ledit chef est lui-même coupable par le principe du "qui peut le plus peut le moins". Mais une fois de plus, une fois de trop, c'est un grossier, risible et ridicule tissu de mensonges éhonté à l'exemple des précédents à l'instar de: la fameuse affaire de pseudos propos tribalistes contre les membres d'un certain parti politique en plein lancement de campagne présidentielle à Édéa en 2018, les allégations de déménagement du Président National pour Bastos, les accusations sans fondements de l'existence de véhicules de marque ML, le fameux immeuble de Douala et j'en oublie.

DÉFIANCE

L'occasion est ainsi donnée à l'auteur du minable mensonge allégué hier sur un plateau de télévision de me confondre en publiant in extenso les captures d'écran qu'il dit avoir reçu des journalistes. Au cas contraire, je prends à témoin l'opinion qu'il s'est agi là une fois de plus une de trop d'une fumisterie orchestrée par un oisif et mécréant en mal de sensation à la recherche du buzz.

LE CHRONO EST LANCÉ, LES GENS NOUS REGARDENT.


Moussa_Njoya_CavidGate

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter