Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 09 09Article 540490

Opinions of Wednesday, 9 September 2020

Journaliste: Wilfried EKANGA EKANGA

Insurrection populaire: ils ne savent pas ce qui va se passer !

Si tu penses que les biyayistes sont sereins en ce moment, si tu penses qu'ils ferment encore l'œil la nuit, alors tu te trompes lourdement !

Ils sont incertains ; ils ont peur ; ils ne savent pas ce qui va se passer. Tout ce qu'ils savent, c'est que l'année sera longue. Très longue.

Très très longue.

Ils ont peur de vous sur le terrain ; ils ont peur de nous ici dans la diaspora. La boule qu'ils ont au ventre est encore plus dense que la nôtre.

Ils comptent sur la police pour arrêter, torturer et tuer leurs compatriotes le jour fatidique. C'est leur seul espoir. Le joker ultime !

Alors que nous, depuis la campagne de 2018 à ce jour, on n'a jamais compté que sur nous-mêmes. Nous sommes notre propre police, notre propre armée, nos propres avocats.
Jusqu'à ce que la police et l'armée de Biya reviennent à la raison et comprennent le vrai sens d'un combat : la haine des injustices.

Et se rallient au peuple une fois pour toutes, comme l'ont fait leurs cousines malienne, burkinabè, tunisienne etc ...
Car " VOX POPULI, VOX DEI "
("Voix populaire, voix divine")

En tout cas, les "patriotes" en cuisses d'abeilles ne comptent pas sur eux-mêmes ; ils sont 38 fois plus lâches, et 2035 fois plus poltrons que nous. Soyez tranquilles à ce niveau !
Chacun d'eux vous dit : " Tente un peu de venir ici on voit !", ou encore :" Venez marcher ici au pays, vous allez lire l'heure !". Or eux-mêmes ne descendront jamais vous en empêcher.
Curieux n'est-ce pas ?

Les avez-vous aperçus le 26 janvier 2019 à Douala ?
Combien étaient-ils à Genève pour empêcher l'assaut contre leur Chef de Gang corrompu jusqu'à la moelle ?

Lequel d'entre eux a empêché son rapatriement ?
Cette fois non plus, vous ne verrez aucun d'eux dans la rue faire face aux résistants. AUCUN ! Même s'ils sont payés pour.

Car leur présence ne fera qu'amplifier l'action et lui donner du retentissement international ; c'est aussi ça un traquenard - un couteau à double lame.

Au contraire ils seront les premiers à lâcher leur demi-dieu s'ils commencent à sentir que le vent tourne en leur défaveur - Comme il est d'usage pour tous les lâches dépourvus de conviction, et qui se prostituent politiquement au plus offrant.

Ne vous y trompez pas : ces derniers jours, j'ai reçu des messages de nombreux acteurs de ce régime, dont certains sont dans l'administration et parmi les forces de l'ordre. Sachez qu'il y en a qui ont encore plus soif de changement que nous !

Ce dimanche, un officier de police m'a même écrit : " Frère, je suis un mordu de la Renaissance ! "
Ces gens attendent juste le soutien populaire. Ils sont le ver dans le fruit du pouvoir. A nous d'en profiter !

Si Paul Atanga Nji gesticule autant alors qu'il a failli crever il y a à peine trois jours dans une de leurs "infrastructures" inexistantes, c'est bien parce qu'il n'est plus sûr de rien.
Depuis quand on menace un parti supposé déjà mort ? Où est la logique ?

Ferdinand Ngoh Ngoh a évacué sa famille en Israël il y a plusieurs mois de cela déjà.
Il prendra l'avion par la porte de derrière si les choses venaient à mal tourner. Ils ont déjà tout prévu pour assurer leurs arrières.

Alors pour tous les "républicains" naïfs qui pensent que ces "dirigeants" se préoccupent d'autre chose que leurs propres fesses, sortez de l'envoûtement et sachez lire les signes du temps.
Les gendarmes n'hésiteront pas à abandonner Biya et sa clique à leur sort si la mobilisation populaire est assez forte. N'en doutez pas une seule seconde.

Ça a toujours fonctionné comme ça ! En tout temps et partout dans le monde.
L'Histoire est en train de nous dire que c'est à notre tour de l'écrire.
Ce régime aurait dû tirer des leçons de la crise anglophone ; il aurait dû comprendre que c'est sa violence qui entraînera sa propre chute.

Mais au lieu de ça, il a conservé les mêmes méthodes ; il compte de nouveau sur la brutalité pour espérer réduire au silence, un peuple qui ne fait qu'exprimer son droit le plus basique : avoir un président normal.

Car Paul Biya n'est pas normal : il incarne à lui seul le triple F : le Fantomatique ; la Fainéantise ; la Fourberie.

Mais puisque c'est un régime borné, ils n'ont pas compris que l'intimidation ne marche plus. Au contraire à force d'en abuser bêtement, nous avons fini par nous y habituer. Au lieu de prendre peur et de se décourager, la détermination est encore plus grande qu'avant les tortures du 26 janvier.
Si ce n'était pas le cas, nous ne lancerions pas de nouvelles mobilisations.

Si tu donnes le même médicament à ton corps pendant longtemps, il finit par résister à ce médicament et par y devenir insensible.
Et c'est bien de cela qu'il s'agit ici : la Résistance !

Après 70 ans de sommeil absolu, l'esprit de Um Nyobé reprend vie dans les cœurs. Je suis certain que Félix Moumié nous regarde et compte sur nous !

C'est la marche du destin ; la Troisième République frappe à la porte.
Un célèbre proverbe de chez moi dit que : " Si les humains avaient peur des abeilles, il y a longtemps que le miel ne se consommerait plus "
Si l'heure est venue, alors elle est venue.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter