Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 09 30Article 545416

Opinions of Wednesday, 30 September 2020

Journaliste: Patrice Nganang

Identités: voici l'histoire de l'homme qui a fondé Yaoundé

Arrivé de Libreville à Campo en 1887 il remplaça Hans Tappenbeck en 1889 comme chef du poste de "Jaunde Station" établi à Yaoundé, jusqu'en 1895.

Explorateur botaniste zoologiste allemand, August Georg Zenker accompagne à la fin de 1886 le chercheur italien Giaccomo Bove (1852-1887) pour une expédition sur le cours inférieur du Congo, puis il travaille pour la société allemande Woermann Linie à la ferme de Sibange près de Libreville.
Peu de temps après, il arrive au Cameroun et travaille pour la société de Hambourg Reiche Jr. puis dirige une plantation expérimentale de plantes médicinales à Bokumbe près de Campo.

Pour répondre au caractère scientifique de l’expédition et compenser les échecs des deux anciens participants scientifiques Weissenborn et Braun, Zenker est sollicité par Kund pour la création d'un site botaniste sur la nouvelle station de Yaoundé.

Zenker quitte la région de Kribi pour rejoindre la Jaunde Station, accompagné d'une vingtaine de locaux, l'expédition est appelée "Elmina et Popo".
A son arrivée Zenker tente de s'imposer comme chef en utilisant des méthodes de châtiment corporel mais cela va rapidement changer.

En 1890 il est blessé par une lance alors qu'il tentait de libérer des Ewondo dans un village lors d'un règlement de compte, l'affaire dégénère et fait plusieurs victimes, Zenker en tire des leçons et fait de nombreux compromis, il n'emploiera plus des méthodes punitives.

Proche de Esono Ela qui a consenti des terres pour la construction de Jaunde Station, Zenker est isolé des autorités de contrôle européennes.
Au cours des années suivantes il fonde une famille avec plusieurs femmes et cinq enfants; en 1891 est né Max-Felix Zenker (décédé en 1928), dont la mère était Embolo, fille du chef Tschungi Mballa Ngono.

Une femme de Dahomé est devenue la mère de Curt Julius et Hans Zenker. Sa troisième femme pendant cette période était Ngoso, la fille du frère d’Esono Ela, Onambele Ela.

Embolo et Ngosso ont initié Zenker à la langue Ewondo.
Le 9 août 1894, Hans Dominik arrive pour la première fois à Jaunde. Quelques temps après Zenker l'accompagne dans une expédition vers la Sanaga.
Hans Dominik fait un rapport au ministère des Affaires étrangères qui va définir le nouveau rôle de la Jaunde station en poste militaire. Lorsque Zenker apprend la nouvelle mesure il demande la résiliation de son contrat qui lui est refusé.

En mai 1895, le commandant de la force de protection Max von Stetten inspecte la station avec Dominik et établit un rapport dans lequel il critique la gestion de Zenker.

Zenker est alors remplacé par Dominik, 15 ans plus jeune, qui transforme Jaunde Station en station militaire. Après être reparti à Hambourg en Allemagne, en 1896 Zenker revient au Cameroun et s’installe définitivement à Bipindi situé sur la route principale de l’époque entre Kribi et Jaunde.
Dans un travail de pionnier, il met en place des plantations de café, de cacao et de caoutchouc qui lui ont permis, ainsi qu’à sa famille, de gagner des revenus garantis.

Au cours des années suivantes, de nombreux visiteurs témoignent des succès agricoles et scientifiques de Zenker, y compris le gouverneur Jesko von Puttkamer lorsqu’il visite le site au début de janvier 1897.
Au début de 1916, lorsque la force de protection allemande se retire du Cameroun, Zenker reçoit l'ordre de détruire le pont sur le Lokundje après son passage.

Il n'obéit pas à cet ordre et reste le seul Allemand à être toléré après la fin de la guerre au Cameroun. Zenker était aussi l’Allemand qui avait passé le plus d’années au Cameroun. Zenker est mort des suites d'une maladie le 6 février 1922 à Bipindi où il a été enterré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter