Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 06 19Article 521749

Opinions of Friday, 19 June 2020

Journaliste: Michel Biem Tong

Humiliation de Obama: 'Amougou Belinga qui se croit tout puissant n'échappera pas'

En tant que journaliste et militant des droits humains, il ne me viendrait jamais à l'idée de me réjouir du malheur d'une personne qui plus est d'un confrère journaliste. Au nom du respect du droit à la présomption d'innocence et de la dignité humaine, je condamne donc avec la dernière énergie l'arrestation humiliante de M.Ernest Obama Nana ce jeudi 18 juin 2020 au siège du groupe de presse l'Anecdote à Yaoundé. Je plaide pour que cet ancien directeurs général de la télévision vision 4 (l'un des produits de ce groupe de presse) ait droit à un procès équitable dans le respect du droit à la défense.

Ceci étant dit, n'ayons toutefois pas la mémoire courte. Ernest Obama est victime aujourd'hui des monstruosités d'un régime qu'il a eu à soutenir hier avec un zèle décapant. Qui ne se souvient pas des appels d'Ernest Obama sur Vision 4 à massacrer les anglophones après les manifestations pacifiques du 1er octobre 2017 commémoratives du 56e anniversaire de l'indépendance du Southern Cameroons (régions anglophones du Cameroun)? Résultat des courses: en 3 ans de conflit, plus de 10 000 morts. Hommes, femmes, jeunes, enfants, bébés et personnes du 3e âge, tués par des soldats camerounais , des centaines de villages rasés, des familles dispersées, d'autres dormant à la belle étoile dans les forêts de la zone anglophone.

Qui ne se souvient pas de l'appel d'Ernest Obama lancé au Délégué Général à la Sûreté Nationale, Mbarga Nguele, à faire interpeller les activistes camerounais de la diaspora Boris Bertolt, Ndzana Seme et Patrice Nouma juste pour leurs opinions et écrits contre le pouvoir de Yaoundé? Lorsque la vidéo sur l'assassinat par des soldats camerounais de deux femmes et leurs bébés a commencé à circuler sur les réseaux sociaux en juillet 2018 et à faire réagir l'opinion internationale, Obama s'est rué sur les plateaux de Vision 4 pour crier au complot contre l'armée camerounaise. Aujourd'hui, les soldats incriminés font face au Tribunal militaire de Yaoundé.

Lorsque l'activiste Patrice Nouma disait d'Amougou Belinga qu'il est un maitre chanteur qui se sert de la couverture de son ami ministre de la Justice, Laurent Esso, pour son affairisme, pour extorquer de l'argent aux dignitaires du régime et pour blanchir les deniers publics volés par ces derniers, Ernest Obama est une fois encore allé sur les antennes de Vision 4 défendre bec et ongles son patron en menaçant Nouma d'Interpol et en annonçant que le Groupe L'Anecdote va acheter son village. Obama était loin d'imaginer que c'est le même Amougou Belinga qu'il défendait hier qui va le faire marcher pieds nus en costume devant les caméras de Vision 4 qui a d'ailleurs fait tout un reportage sur son arrestation.

De sa cellule (le quotidien n'y est pas très gai, je l'avoue) où il se trouve au secrétariat d'État à la défense (SED), Ernest Obama est sans doute en train de se rendre à l'évidence qu'être serviteur zélé d'un régime crapuleux comme celui de Biya ne vous garantit aucune immunité à vie. Comme disait le journaliste burkinabé Norbert Zongo de regrettée mémoire : " Toute compromission avec une dictature se paye tôt ou tard. C'est une règle sans exception ". Même Amougou Belinga qui se croit tout puissant aujourd'hui n'échappera pas à cette règle.