Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 09 08Article 617668

Opinions of Wednesday, 8 September 2021

Auteur: Gerry Taama

Guinée : un militaire explique pourquoi le coup d’Etat a été rapide et efficace

Un militaire explique pourquoi le coup d’Etat a été rapide et efficace Un militaire explique pourquoi le coup d’Etat a été rapide et efficace

Le 05 septembre, il a fallu seulement quelques heures aux éléments du groupement des forces spéciales pour prendre possession du palais présidentiel et capturer le président de la République Alpha Condé. Peu de temps après ce coup d’Etat sur mesure, la vie reprend son cours des les rues de Conakry. Dans cette tribune l’ancien officier de l’armée togolaise Gerry Tamma, formé à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr, explique les éventuelles causes de cette prise facile.

Manifestement, la messe est dite. Alpha Condé n'est plus président de la Guinée Conakry. Le Groupement des Forces spéciales, dirigé par Mamady Doumbouya, serait à l’origine du coup d’État.Voilà les trois observations qui me viennent à l'esprit suite aux événements de la journée en Guinée.

Primo, l'Afrique des coups d'états militaires est bel et bien revenue. En condamnant la bienveillance de la communauté internationale face au coup d'état institutionnel au Tchad il t'a quelques mois, je disais à l'époque que le signal était dangereux. Après le Mali, l'affabilité des organisations sous-régionales au Tchad risquait de devenir une sorte d'appel du pied aux militaires dans beaucoup de pays. Prenez le pouvoir, on ne vous fera pas grand chose.

Secondo. L'inutilité des régiments dits de garde présidentielle. Si un jour je suis président de la République, ma première décision sera de dissoudre le régiment de la garde présidentielle. Le vrai danger que pose ces régiments est de bunkeriser la sécurité du chef de l'Etat. Comme ces régiments sont souvent mieux équipés et plus avantagés, l'esprit de corps ne joue pas quand la présidence est attaquée. Les autres corps militaires ont tendance à se dire: que le régiment de garde de débrouille tout seul. Ce qui fait que les autres unités vont rarement à la rescousse de leurs camarades de la présidence en cas d'attaque. La plus grosse erreur que certains présidents commettent en Afrique, c'est de demander l'allégeance des militaires à leur personne, alors que celle-ci devrait plutôt aller à l'institution présidence. La protection de l'institution présidence concernera l'armée entière, comme toute mission régalienne.

Tertio. Les forteresses s'écroulent trop vite.

Lors de ces tentatives de coup d'état militaire, les régiments supposés protéger les présidents s'écroulent trop vite. Soit ces régiments n'ont d'élite que leur nom, ou il existe des complicités à l'intérieur. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'en cas de combat, l'avantage est toujours à ceux qui défendent. Le ratio souvent est de un défenseur contre trois attaquants. Donc que les places fortes qui peuvent normalement résister pendant plusieurs jours, voire semaines tombent si facilement, montre clairement que cette approche des régiments de garde n'est pas efficace.

Pour conclure, je reste constant sur ma condamnation des coups d'Etat militaires. Les militaires n'ont rien à voir en politique, rien du tout. S'ils se présentent en variable d'ajustement de la démocratie, le risque qu'on retourne à des dictatures militaires est grand. Certes, Alpha Condé a été un des fossoyeurs des rêves d'alternance en Afrique, surtout francophone, mais la réponse ne devrait pas être un coup d'état militaire. Et ne me dites pas que c'est le troisième mandat de Condé qui justifierait l'intervention des militaires. Au Mali, Keita n'avait pas fini son second mandat.

Voilà ce que j'ai à dire. Il nous faut des armées dédiées à la protection des institutions, et des présidents réellement au service de leur population. Condé était malheureusement rentré dans une dérive autoritaire contraire aux valeurs du grand démocrate qu'il prétendait être. C'est à cause des gens comme Condé que les peuples ne font plus confiance aux opposants. Il s'est présenté comme un messie pour la démocratie en Afrique, et finalement, on s'est rendu compte que c'était une statue de cire, qui a fondu dès que le pouvoir a été acquis. Si les opposants font pire que ceux qu'ils combattent, ne devrait-on pas considérer que tous les politiciens africains sont les mêmes ?

Que pensez-vous de ce coup d'état ? Vos avis m'intéressent.
Ko, Condé aussi hein ? Lui-même est parti chercher légionnaire français pour renforcer sa sécurité, voilà là où c'est arrivé. La privatisation du secteur de la sécurité présidentielle est un danger d'Etat.