Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 07 27Article 530278

Opinions of Monday, 27 July 2020

Journaliste: BORIS BERTOLT

Guerre politique: les vraies raisons des révélations de l'ex fiancée de Cabral Libii


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Un peuple qui pense que la politique se résume à la conquête du pouvoir, aux discours et aux belles paroles. La politique c’est également la capacité à inspirer des idéaux, des valeurs qui constituent et motivent votre engagement.

Depuis deux semaines, les réseaux sociaux sont meublés par le feuilleton d’une certaine Laila Mbombo. Qui s’est présentée comme une ex-copine de Cabral Libi et qui lui réclame son argent. Après vérification c’est vrai car ces accusations elle les porte depuis plusieurs mois. Qui est Cabral Libi : il s’agit d’un ancien candidat à l’élection présidentielle au Cameroun. Député à l’Assemblée Nationale du Cameroun. Il s’agit dès lors d’un acteur politique, public qui aspire à gouverner un pays sur lequel pèse des accusations très graves. Notamment d’escroquerie d’une somme de 7 millions Fcfa.

Ceux qui limitent ce scandale à une affaire sexuelle n’ont rien compris de la démocratie et de la scène publique. Lorsque vous avez des scandales de ce type chez les blancs vous êtes fascinés. Vous les commentez. Vous en discutez dans les bars et en famille. Mais quand c’est un homme politique camerounais. Il ne faut pas qu’on en parle. Qu’on en débatte. Il faut réduire cela à l’intimité. Il faut taire « la victime » et protéger « le bourreau » ou le plus puissant.

Non mais amis, les hommes politiques ont des exigences de moralité au-dessus des autres. Ils doivent être des modèles. Ils doivent inspirer. Nul n’est parfait mais ils doivent tendre vers la perfection. Car ils aspirent à gérer nos vies et nous ne pouvons pas accepter de remettre dans les mains de n’importe qui la gestion de nos vies.

Un homme politique est accusé d’escroquerie de 7 millions Fcfa par son ex-copine. Vous dites aux journalistes et aux lanceurs d’alerte. Non vous ne parlez pas de ça. Ah bon ? Un homme politique a des exigences morales et éthiques qui vont au-delà de la sphère publique pour s’étendre dans le privé. Chez les blancs, Laila Bombo passerait sur toutes les chaînes. On discuterait ses interviews. Elle serait invitée sur les plateaux. Car c’est un député de la Nation. Ce n’est pas un quidam. Mais dans ce pays où les gens sont habitués à la corruption, au vol, pour eux tant que la victime n’affiche pas sa force elle n’a pas droit au chapitre. Encore plus s’il s’agit d’une femme.

Vous vous en prenez à la personne qui se plaint. Vous attaquez ceux qui relaient. Vous vous taisez sur la personne qui est accusée. Est-ce que vous imaginez le schéma mental dans lequel vous vous situez ? Les amis nous sommes au 21ème siècle. Réveillez-vous. Des gens démissionnent chez les blancs pour des accusations plus petites cela.

Ceux qui aspirent à gérer nos vies doivent apprendre à s’imposer une moralité et une éthique qui les placent au-dessus des autres. Ce type de scandale, tous les journalistes ou lanceurs d’alerte qui vivent dans le 21ème siècle en raffolent. Ce n’est pas à eux de s’expliquer pourquoi ils traitent le sujet, mais c’est à celui qui est accusé d’escroquerie de confirmer des allégations ou de les démentir.

C’est dur de construire une démocratie véritable dans laquelle les droits de tout le monde sont protégés avec un peuple qui n’a connu que l’oppression, la dictature. Ce peuple en vient de manière instinctive dans différentes situations à supporter les bourreaux par rapport aux victimes. On se retrouve donc dans un schéma où les plus forts ont toujours raison.

Laila Bombo a le droit de réclamer ses 7 millions quel que soit les circonstances de la transaction. Ce sera à la justice de trancher si ses accusations sont fondées ou pas. Mais tant qu’il n’y a pas de procédures juridiques et tant que l’incriminé Cabral Libi refuse de s’expliquer par mépris, elle a le droit de se plaindre où elle veut, en utilisant n’importe quel moyen. C’est pour l’instant une victime.

Cette affaire n’est pas une affaire de sans caleçon. Mais une affaire hautement politique au moins sur deux niveaux. Tout d’abord il s’agit d’un acteur politique qui est mis en cause dans une affaire d’escroquerie ; Elle pose le problème de la moralité chez les hommes politiques.

Je le répète : je vais continuer à relayer les accusations de Laila Bombo, l’ex petite amie du député Cabral Libi. Ceux qui ne sont pas contents, avec tout le respect que je vous dois, désabonnez-vous simplement car vous n’avez rien compris de ce que je m’évertue à construire ici.

Libérez un peuple qui est parfois devenu otage des legs mentaux de la tyrannie est difficile et prend beaucoup de temps. Mais on va y arrivé contre vents et marées.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter