Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 07 13Article 527029

Opinions of Monday, 13 July 2020

Journaliste: Iyo Gogo

Gifle d’Ayissi Leduc : entre victime-tribaliste et tribaliste-manipulateur


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Comme beaucoup d’entre nous, J’ai reçu et vu une vidéo montrant un Monsieur très en colère contre un autre camerounais qu’il a giflé. Au départ, et à première vue, j’ai pensé que c’était une bagarre entre des moto-taximans pour problème de dette ou d’accident. Mais en suivant entièrement l’extrait de cette vidéo, j’ai compris comme vous tous que c’était un problème de litige foncier. Le monsieur qui a giflé, Ayissi LEDUC, reprochait au monsieur qui a été giflé d’avoir magouillé pour voler son terrain, car il demandait à ce dernier de fournir les papiers justifiant la nouvelle propriété. Le monsieur giflé quant à lui, apparemment pris sur le cours, et visiblement en minorité devant les gros bras d’Ayissi LEDUC, n’est pas parvenu à fournir, à l’instant T, les papiers demandés.

Si on se limite aux réactions et commentaires pulsionnels qui ont à la fois félicité et condamné Ayissi LEDUC pour sa gifle contre le monsieur giflé, d’une part, on risque très vite de tomber dans la bipolarisation et la division sur base ethnique, car visiblement nous sommes entre deux camps : l’autochtone et l’allogène ; et d’autre part risquons passer à côté de l’enjeu (politique) et problème de fond (cohésion sociale) que cache cette scène que je pense horrible.

Laissons de côté les émotions, et restons aussi froides que possible : Pour bien comprendre l’action et l’audace d’Ayissi LEDUC, il faut absolument tenir compte de deux faits : l’un objectif (le fait qu’il croit être victime d’une spoliation foncière), et l’un subjectif (le fait qu’il se dit être autochtone, et dans son village, car il ne se serait jamais permis, même dans son droit, une telle violence contre chez moi par exemple à Garoua…).

Pour ma part, après avoir lu ses propres explications, je pense qu’il est dans son droit, et qu’il est vraiment victime d’une escroquerie. Car il dit ceci que je paraphrase : « mon papa a pris un crédit de 100millions Fcfa à la Banque ; et en retour il a hypothéqué ce terrain. Après avoir remboursé les 100millions, je me suis rendu à la Banque pour récupérer le titre foncier, on ne m’a rien donné ; et quand je vais à la Conservation, je me rends compte que le terrain a été vendu à quelqu’un d’autre avec la complicité de certains agents de la Banque qui sont aux arrêts ».
Voilà grosso-modo le problème tel que présenté par Ayissi LEDUC. S’il dit vrai, alors il faut vraiment être extrêmement malhonnête et méchant pour ne pas le soutenir. Je précise encore : s’il dit la vérité.

Ceci dit, si on a fait l’effort de comprendre la colère légitime d’Ayissi LEDUC, on doit également faire l’effort de comprendre la version du Monsieur qui a été giflé. Et c’est ici qu’Ayissi LEDUC dévoile toute sa malhonnêteté et son tribalisme de fond. Car Ayissi LEDUC a exactement réagi comme une personne aigrie qui avait une rancune personnelle contre des « Allogènes » au-delà de sa colère qui est légitime. Et je précise toujours : je le soutiens à 100% dans ses droits, si la version de l’histoire qu’il a donnée est vraie.

Regardez et lisez les réactions de cette scène, vous comprendrez que la majorité des personnes qui ont soutenu par Ayissi LEDUC ne sont pas animés par l’esprit de Justice, mais de jalousie, de xénophobie et de tribalisme primaire et épidermique. Leur problème n’est pas l’injustice dont serai victime Ayissi LEDUC, mais la haine et la jalousie des autres Camerounais qui s’installent dans Yaoundé, la capitale politique, le Centre et le Sud en général qu’ils appellent leur « village » ; Y compris contre ceux qui ont valablement et honnêtement acheté leur terre. On voit même une diabolisation de leurs pratiques coutumières : « tes régimes de plantain et ton sel que tu voulais mettre ici, c’est le serpent-boa » !

Il existe en Droit de la Propriété celui qu’on appelle : « l’Acquéreur de Bonne foi ». Qui est-ce ? c’est une personne qui achète un objet qu’on ne devait pas vendre, en se comportant comme une personne qui croit acheter normalement ou honnêtement cette objet interdit de vente. Par exemple vous voulez acheter une télévision, vous allez dans un magasin de TV, vous achetez votre télévision, on vous donne une facture. Mais vous ne saviez pas que la télévision qu’on vous a vendue dans le magasin de TV est une télévision volée. Votre facture prouve que vous n’êtes pas un voleur, car un voleur ne va pas dans un magasin agréé, débourser une grosse somme d’argent avec facture pour acheter une télévision volée ! Donc vous êtes un acquéreur de bonne foi.

Dans le cas du Monsieur qui a été giflé, si on se réfère aussi à ce qu’il a dit, comme on s’est référé à ce que Ayissi LEDUC a dit, il a bien dit je paraphrase : « Je ne peux pas me lever comme cela et je viens m’installer sur un terrain sans justificatif ». Ce qui voulait dire qu’il a des documents de vente : certificat de vente ou titre foncier délivré par les autorités compétentes. Et Ayissi LEDUC le sait très bien. Puisqu’il reconnait que le titre foncier est en le nom du Monsieur giflé. Mais comme il est déjà animé par le tribalisme primaire, il préfère occulter cela : cette réalité selon laquelle le Monsieur est peut-être acquéreur de bonne foi, pour directement jouer sur le pulsionnel et l’émotionnel, frapper le monsieur en refusant de charger le vrai responsable de toute cette situation que lui-même Ayissi LEDUC a nommé, mais n’a plus le courage d’invectiver à savoir... ? Imaginez…… PAUL BIYA ! Voilà le vrai responsable de la guerre entre Ayissi LEDUC et ce Monsieur.

Dans un Etat de Droit, si le Cameroun avait la Justice, Ayissi LEDUC ne serait pas allé agresser le monsieur, mais il aurait tout simplement porté plainte à la Banque. La Justice aurait stoppé les travaux du Monsieur giflé sur le terrain litigieux, on aurait demandé à Ayissi LEDUC de donner les preuves du remboursement définitif des 100 millions de FCFA à la Banque, ce qu’il aurait fait ; on aurait demandé à la Banque comment le titre foncier s’est retrouvé chez le Monsieur giflé, on aurait demandé à la Conservation pourquoi le nom des AYISSI n’est plus sur le terrain ; on aurait demandé au Monsieur giflé comment il s’est retrouvé sur le terrain, qui lui a vendu le terrain… etc…. Et Ayissi LEDUC aurait récupéré son bien et aurait été dédommagé ; tandis que le Monsieur giflé, s’il est prouvé qu’il a acquis le terrain de bonne foi, il aurait demandé, dans un procès ou un arbitrage, le remboursement intégral à celui qui lui a vendu le terrain, ainsi que des dédommagements divers pour avoir été abusé. Mais, ça c’est sur Mars que ça se passe comme cela ! Pas au Cameroun de Paul BIYA!

ET VOUS SAVEZ POURQUOI ?

Parce que les fonctionnaires du Domaine et du Foncier de Paul Biya, ses Administrateurs et ses Juges sont des corrompus, des pourris, des voleurs, des gens qui donnent vraiment envie de vomir. Si vous découvrez que le Monsieur de Bonne foi a magouillé, vous retrouverez des pots-de-vin qui ont circulé. Si vous vous découvrez que Ayissi LEDUC a menti, mais qu’il a quand même récupérer le terrain, vous découvrirez également des pots-de-vin aux fonctionnaires de Paul Biya avec une forte odeur d’anti-Grassfield.

Au-delà des Ekang tribalistes qui viennent féliciter la violence contre leur compatriote, et les Allogènes tribalistes qui viennent insulter les Ekang, on constate que nul n’est préoccupé par la Justice, Voilà tout simplement comment on aurait pu régler ce problème, et éviter une vidéo qui surchauffe les démons de la guerre civile et ethnique.

Imaginez le raisonnement de ces tribalistes Ekang qui trouvent toujours normal et des excuses pour justifier l’injure ou premier coup poing donné par un des leurs contre les autres Camerounais (cf. Billy le Gifleur) ; Imaginez leur réaction si le Monsieur giflé tenait aussi une machette comme AYISSI LEDUC ; enfin Imaginez un seul instant l’explosion de sang dans tout Yaoundé si ce Monsieur avait répliqué, même par l’injure, à la gifle d’Ayissi LEDUC? Je vous ai toujoours dit, relisez la lettre aux Jeunes Ekang, ce sont les Ekang tribalistes qui ont toujours, et toujours cherché l’affrontement physique.

Généralement de ces deux camps morbides et mortifères qui tribalisent tout à souhait afin d’éviter les débats de fond, il y’a en réalité deux types d’escrocs et de malhonnêtes : ceux qui ont vendu leurs terrains en bonne due forme, au prix qu’ils souhaitaient, mais qui ont dilapidé tous les centaines de millions, et rêvent du chaos pour récupérer un bien qui ne leur appartient plus au nom d’une lecture villageoise et ethnique de la propriété ; et il y’a ceux qui ont escroqué, magouillé, dupé avec la complicité des familles, des autorités… pour voler les terrains, et qui ne souhaitent pas que Justice soit faite sur ce type de litiges, car ils seront démasqués.

Oui, dans ces deux cas, la cause d’un conflit ne sera pas l’achat frauduleux par l’allogène ou l’escroquerie en bande familiale organisée par les autochtones d’une terre, mais le manque d’objectivité et de Justice de la part de l’ETAT dans le règlement de ce type de litige.

J’ai essayé de mettre ma casquette de MRCISTE de cote, de ne rien politiser, d’être juste. Et tout en souhaitant de vive voix l’organisation des Etats Généraux du Foncier, je vous invite pour finir, à relire mon article en réponse en Junior ZOGO et Dieudonné Essomba à propos du mensonge du vol des terres Ekang par les Grassfields.

Aimons la Justice, même si nous détestons ses bénéficiaires ; Aimons la Justice.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter