Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 01 12Article 566516

Opinions of Tuesday, 12 January 2021

Auteur: Bertin Metsengue

Frappes chirurgicales de l'armée: un camp des terroristes Ambaboys éventré

Le 10 janvier dernier, le 21ème bataillon d’infanterie motorisée a éventré un camp des terroristes Ambaboys à Mautu dans le Sud Ouest. Plusieurs dizaines de terroristes neutralisés. Pour marquer l’opinion les relais communicationnels terroristes de ce groupe criminel ont fabriqué des images pour crier au massacre des civils!

La manipulation médiatique du désespoir !
En fin de soirée ce dimanche, la toile camerounaise a été inondée d’images choquantes attribuées à un massacre dans la localité de Mautu, arrondissement de Muyuka département du Fako dans le Sud Ouest du pays. Cette campagne d’intox est la signature des relais terroristes ambaboys MIMI MEFO assisté de son toutou, Miem Tong. Tous deux journalistes ayant été interpellés dans la même période en 2018 par les autorités camerounaises pour accusations mensongères, apologie du terrorisme et association de malfaiteurs. Ceux-ci ont été libérés à la suite des pressions des corporations des journalistes pour comparaitre libre. Ils en ont profités pour s’échapper hors du pays aidés par les réseaux Ambaboys des pays soutiens de ce mouvement terroriste accrédités à Yaoundé. Pour leur permettre de mieux accomplir leur sale besogne.

Que s’est il passé à Mautu ce dimanche ?
Les forces de défense du 21ème bataillon d’infanterie motorisé en opération de sécurisation de la localité ont surpris les terroristes en plein rassemblement. A l’approche des voitures militaires ces scélérats et drogués ont ouvert le feu sur l’armée. La réponse ne s’est pas fait attendre bilan très lourd coté terroristes. Plusieurs blessés qui pour la plus part ont regagnés la brousse tels des rats des égouts. Ceux-ci pensaient pouvoir perturber le CHAN dans la pool de Limbe. Cela fait suite à un communiqué de l’organisation criminel basée en occident qui incitait et préparait à des attentats à Buea et Limbe si le gouvernement et la CAF persistait de faire jouer le CHAN de ce coté. Il faut dire que cette operation a été montée avec la collaboration de la population qui a renseigné les forces de defense sur l’heure et le lieu de rassemblement de ces dangereux hors la loi et vulgaires assassins d’écoliers.

Le Concept Armée- Nation mis à contribution !
Les populations sont décidés à mettre fin à cette horde de vulgaires criminels sans idéal qui sement la désolation et la tristesse dans certaines localités des régions du Nord Ouest et du Sud Ouest. Elles ont donc décidés de collaborer pleinement avec l’armée pour permettre à leurs forces de défense de faire le ménage. A défaut, eux même par la justice populaire s’en occupe. Dans la même lancée d’idée, le président camerounais a promis mettre tout en œuvre afin de faire arrêter et rapatrier tous les financiers et donneurs d’ordres de ces crimes inacceptables. A ceux qui continuent de croire que la sécession est une option ou un choix politique, ils doivent se raviser dans tous les pays du monde, la sécession est un crime passible de la peine de mort.
Comment les émissions de bavardages ont banalisée le crime qu’est la Sécession ?
Le Cameroun est l’un pays où la liberté d’expression et le libertinage ont une frontière très diffuse. Tout d’abord il y a un boom des médias qui poussent dans le pays comme des champignons. C’est chacun et parfois au mépris de la déontologie organise des débats dans lesquels ont note chez certains médias l’apologie des crimes comme le terrorisme, la sécession et l’insurrection. Mimi Mefo, ancienne journaliste d’Equinoxe TV a osé relayer des accusations mensongères sur les forces de défense quand l’assassinat par les terroristes Ambaboys de plusieurs membres d’une famille américaine en séjour au NOSO.

A longueur de journée plusieurs chaines à la recherche d’un meilleur taux d’audience organisent des séances de bavardage journalier avec des consultants à la morale et au QI liminaire pour insulter le gouvernement et les institutions au nom de la liberté d’expression tout en encensant les vices tels la sécession, l’insurrection et le terrorisme. Pourtant, l’actualité américaine renseigne à suffisance le traitement à réserver à tous ceux qui pour quelques raison que se soit tentent de mettre à mal la République. Donald Trump a été interdit d’utilisation des réseaux sociaux et il est menacé de destitution pour avoir voulu associer ses partisans à sa lutte pour l’éclatement de la vérité sur l’élection du 03 Novembre dernier. Il est temps pour les régulateurs de ce secteur de faire le ménage.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter