Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 05 26Article 515653

Opinions of Tuesday, 26 May 2020

Journaliste: Patrice Nganang

Fin du régime : comment Paul Biya a trébuché 6 fois, donnant victoire à ses détracteurs

Echange très productif avec l'avocat que j'admire beaucoup, Maitre Fru Nsoh. Le résumé de mon analyse de la situation et donc de ma position, est que: les Ambazoniens ont enregistré quatre succès depuis le début de l'insurrection, en septembre 2017, succès militaire, moral, économique et diplomatique, et que les Francophones, quant à eux, ont enregistré deux succès politiques qui s'y alignent, chasser Biya de Genève, et libérer Maurice Kamto.

Ces quatre succès anglophones et deux succès francophones, sont les signes d'un effondrement lent de l'Etat et du régime camerounais, mais ils ne peuvent être transformés en victoire, que dans la mesure où du côté francophone, l'effondrement du régime et de l'Etat est accéléré - coup dEtat, soulèvement populaire, mort de Biya. Les modèles éthiopien, soudanais, zimbabwéen, etc., sont là pour nous servir de jurisprudence, cependant, parce qu'aucune paix n'est jamais acquise sans négociation, la si bien nommée 'initiative suisse' devra être saluée, mais être considérée comme un entraînement, comme une introduction dans ce qui est en fait inévitable, et pour lequel les Ambazoniens devraient se préparer de plusieurs manières, afin d'y aller en position de force, c'est à dire en augmentant leurs leviers.

De ce point de vue, mon soutien à Maurice Kamto était épisodique, car je ne partage aucune de ses positions politiques, mais suis un partisan fervent de l'indépendance de l'Ambazonie, et bien sûr de l'insurrection dont le but est l'affaiblissement lent de l'Etat et du régime, et bien sûr son effondrement. Après, les enfants de notre terre saurons bien trouver un moyen de vivre ensemble, surtout que, comme je me suis rendu compte, le nom Anu, du Lebialem est un diminutif de Anumbong qui veut dire, ce qui est bien, quand en medumba, ma langue, Bamileke ce qui est bien c'est a mbwo nou, ou alors a nou mbwo, et en bazou a nou mbong. Même langue, même peuple, avec un Etat qui ne nous sert pas et doit être sabordé et un leader qui ne nous mérite pas, et doit être chassé.