Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 09 24Article 544117

Opinions of Thursday, 24 September 2020

Journaliste: BORIS BERTOLT

Fin du régime Biya: choquantes révélations d'un membre influent du RDPC

Les investitures des candidats RDPC à l'élection pour la mise en place des Conseils Régionaux prévue le 06 décembre prochain viennent encore de donner la preuve que ce Parti là et notamment dans le Sud (pays organisateur) est vraiment le laboratoire de la corruption, des magouilles, des tripatouillages et de la sorcellerie politique au Cameroun.

Au moment où son Secrétaire à la Communication s'excite à réagir comme un automate à chaque prise de parole du président du MRC en voulant épater l'opinion par une avalanche de synonymes et de formules lexicales parfois redondantes et insipides , il feint d'oublier que son patron, dans un rêve prométhéen avait annoncé il y a bientôt 30 ans qu'il aimerait laisser au Camerounais l'image de celui qui a apporté la démocratie et la prospérité.

Si le rêve de la prospérité est définitivement brisé par des vauriens siégeant à perpétuité dans ses différents Gouvernements pléthoriques et incompétents, celui de la démocratie est à effacer définitivement car ensevelit par les croque-morts de son propre Camp, le RDPC.

Tenez! Dans une formule comparable à celles des laboratoires P4 chinois, le RDPC nous a encore sortis du chapeau de son Secrétariat Général, un processus d'investitures de ses candidats dont lui seul à le secret, baptisée "Commission de réception et d'analyse des candidatures". Mon oeil!
Une véritable mafia romaine de cooptation des Frater par les gourous tapis dans l'ombre mais agissant par personnes illégitimes Interposées et soigneusement infiltrées au sein des commissions.
Depuis Monkam Nintcheu Jean Fabien, patron du guichet unique de facturation des postes politiques dans le parti jusqu'aux délégations départementales permanentes, tout a fonctionné à merveille.
Oncles, tantes, cousins, cousines, beau frères, et sœurs, petits copains et copines et belles sœurs, et belles-mères grands-pères, grandes mères, compagnons des confréries et obédiences sataniques sans oublier de nombreux illettrés...tout y est passé. Comme si le pays organisateur a décidé de faire du premier Conseil Régional du SUD une église de réveil. Si je ne m'abuse, le RDPC dans le sud a cru confondre un Conseil Régional à une grande Section de son parti qui aura désormais une compétence Régionale.

Sous le fallacieux prétexte de l'émergence des nouvelles figures, des illustres inconnus sans aucune expérience ni dans l'administration publique, ni dans le privé, encore moins dans les affaires ont fait leur entrée triomphale dans les listes des délégués départementaux comme s'il s'agissait là de la Constitution des listes de militants invités à participer à un Congrès du Parti.
C'est vraiment dommage! Amusez-vous un peu à comparer les listes des investitures du Sud à celles d'autres régions et vous comprendrez mieux les paradoxes du pays organisateur du Feu Docteur Charles Ateba EYENE.

Qu'est-ce qui n'a pas marche ? Me demanderiez-vous.

Posez plutôt la question à FAME NDONGO de la Mvila et par ailleurs patron du RDPC dans le SUD, à Jules Doret Ndongo je voulais dire Jules Forêt dont le comportement villageois renseigne à suffisance sur ses origines pygmées, l'on comprend très vite son inimitié avec le Sénateur Golden Boy de Kribi Grégoire MBA MBA amoureux des choses bien faites. Demandez également à OBAM Assam Samuel, Ami et Camarade de Fame NDONGO qui manage la vie politique de la Vallée du Ntem à partir du restaurant les Cascades du Mfoundi. Pendant qu’EBANG MVE profitant de son absence a tenu à régler ses comptes à tous ses frères qui ont voulu le bannir récemment à cause de son implication dans le cambriolage avorté des terres du village.

Demandez enfin à MOTAZE qui certes s'en est mieux sorti que les trois autres mais à qui l'on doit posez la question de savoir ce que des individus comme OWOUTOU Papy font sur une liste de candidats de conseillers régionaux. Il parait que c’est l’homme de main du DCC. Demandez surtout à MOTAZE pourquoi le nom de Suzanne AYOLO n’y figure pas et pourtant, une militante de tous les jours, membre du comité central, membre de la délégation départementale du RDPC pour le Dja et Lobo, ancienne présidente de section OFRDPC à l’époque où la section couvrait le département ? On chuchote aussi que c’est Samuel MVONDO AYOLO qui en a décidé ainsi.

C’est quoi donc ce Parti où l’on ne veut pas laisser la base s’exprimer pour désigner ses représentants. Et après on s’étonnera de voir surgir des crises sociales comme celles du NOSO avec des élites qui n’arrivent pas à prendre la parole chez elles pour sensibiliser, calmer et éduquer les populations parce qu’elles sont illégitimes et vomies dans leurs villages. Du moins, les populations ne se reconnaissent pas en elles car ce sont les cousins, les frères, les belles mères, les concubines, les amis de telle ou telle personnalités.

C’est quoi ce Parti où l’on laisse le soin à certaines personnes de régler les comptes aux autres. Parce qu’on n’est en désaccord avec tel ou tel, l’ombre de votre nom ne doit figurer sur aucune liste. Alors qu’en Démocratie c’est le peuple qui doit être l’arbitre de tous les combats politiques. Chaque postulant à un poste politique doit mouiller le maillot devant le peuple et non faire les courbettes à certaines personnalités bien placées qui ont le droit de susciter ou de tuer des carrières politiques et qui elles même ne peuvent pas gagner une simple élection dans leur village . Et l’on s’étonne de l’arrogance avec laquelle les élus locaux traitent les populations.

Il faut le dire, cette fois ci le RDPC a encore raté l’occasion de remettre le Parti que certaines personnes ont confisqué aux militants et il sort de ces investitures avec une fissure de plus que celle causée par les précédentes investitures. La fracture ne fait que s’aggraver. Si la désignation des membres du Gouvernement relève du choix souverain du Chef de l’Etat, laissons au moins les populations choisir les élus car le processus de désignation qui vient d’être fait par le RDPC n’est pas différent d’un texte de nomination.

Le plus étonnant est que les militants de base sont totalement des spectateurs car ils ne se sentent pas concernés par ces élections régionales et les différents combats se font entre les personnalités membres de commission de désignation à divers niveaux qui veulent chacune imposer leurs proches. Un nom figure dans la liste proposée par la commission départementale, il disparait dans la liste proposée par la commission régionale et lors du dépôt à ELECAM par la commission nationale, ce nom réapparait.

Résultat : Nous avons des mécontents et des frustrés à tous les niveaux avec une base spectatrice. Et l’on se demande quelle est la place des militants de base? Est-ce encore de la Démocratie ?
Pendant ce temps chez les représentants des chefs traditionnels c'est la grande pagaille. Des tentatives de rébellions éclatent un peu partout. Dans la Mvilla, ou le loufoque Effa Désire, intronisateur du Nnom Ngui et soutenu par Fame Ndongo a eu maille à partir avec des dissidents. Mais l’on a forcé pour que son nom figure sur la liste des chefs candidats.

Dans la vallée du Ntem, une obscure liste sortie on ne sait de quelle soucoupe volante a atterri à ELECAM à 23h 59mn pour Challenger celle que les Chefs s'étaient librement choisis. Constitués de quatre grabataires illettrés soutenus par quelques élites tapis dans l'ombre notamment Sa Majesté Mengue Martin, un Magistrat dissident de la confrérie des chefs traditionnels de la Vallée du Ntem qui est déterminé à accompagner ces derniers même par des voies mystiques au Conseil Régional.
Waaaahhhh ! Pauvre pays organisateur!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter