Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 19Article 608923

Opinions of Monday, 19 July 2021

Auteur: Boris Bertolt

Etoudi : voici les ministres ‘nommés’ par Chantal Biya

Voici les ministres ‘nommés’ par Chantal Biya Voici les ministres ‘nommés’ par Chantal Biya

Une bonne partie des membres du gouvernement camerounais serait désignée par l’épouse du président de la République. Chantal Biya est la pièce maitresse du régime. Elle maitrise tout le monde aussi bien à la présidence de la République que dans les différents ministères. C’est ce que révèle Boris Bertolt dans cette tribune.

Son image de fille de seconde zone qui lui a été collée pendant longtemps lui a beaucoup servie. Au-delà d’être apparue comme une fille du peuple, elle a discrètement bâti pendant au moins 10 ans son influence au point d’être aujourd’hui la « marraine du système ».

Elle est crainte par tout le monde. Y compris les faucons de l’appareil. Discrète, elle réussit contre vents et marées à maintenir pendant 10 ans, Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence de la République. Le plus long règne d’un SGPR sous Paul Biya. A travers lui qui détient la délégation permanente de signature, elle peut faire passer ses pions et son agenda.

Plusieurs membres du gouvernement lui doivent leur nomination. Parmi eux, le très incompétent Bidoung Kpwatt allias « Mini pam pam chaud gar ». La très folklorique et controversée, Célestine Ketcha Courtez. Où encore le très discret ministre, directeur adjoint du cabinet civil et homme de main des affaires secrètes, Owalski Baboke.

Elle est l’une des rares à avoir eu accès régulièrement à Paul Biya pendant du Coronavirus où l’homme âgé de 90 ans s’était recroquevillée dans son Bunker. Elle est son dernier rempart. Il le sait.

A l’évocation de son seul nom dans un dossier plusieurs membres du gouvernement peuvent pisser sur eux. Elle fait la pluie et le beau temps.
A l’avenir, elle y pense. Si pour l’instant elle n’est pas très fan d’un scénario à la Franck Biya, succédant à son père, n’empêche que l’alternance elle y pense.
Loin des paillettes ou du tapis rouge de Cannes, Chantal Biya entend jouer un rôle dans la succession de son mari.