Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 04 20Article 591001

Opinions of Tuesday, 20 April 2021

Auteur: Pr. Pierre Mila Assoute

Epervier : les fameuses évacuations sanitaires des prisonniers

Où sont-ils, ceux qui ont déjà bénéficié des évacuations sanitaires que paye l’État après les avoir accusés et condamnés pour détournements de fonds publics ? Cette question préoccupe-t-elle ceux qui font le procès des évacuations et non-évacuations tribalisées ?

Professeur Mendo Ze Gervais, est mort comme des nombreux autres Camerounais avant lui et il y en aura après lui. Paix à son âme croyante.

J’adresse mes condoléances émues à sa famille pour cette perte et je partage la tristesse de ceux qui l’ont aimé ou connu ou même profité de sa générosité.

Cela dit, Pr Gervais Mendo Ze, est mort en prison, comme avant lui, l’ancien ministre André Booto A Ngon, l’ancien ambassadeur Jérôme Men-douga et j’en passe… On peut s’émouvoir de la perte d’un parent, d’un ami, d’un être cher oui. Mais soyons raison gardée. Monsieur Mendo Ze Gervais, paix à son âme, était condamné par la justice pour détournements. II ne me revient pas d’apprécier s’il était coupable ou Innocent. Il n y était pas seul.

Parler de «l’ingratitude du régime, de son indifférence ou de la vacuité du repli tribal» pour expliquer la mort d’un ancien collègue ministre délégué et conclure à la «vanité des choses», venant d’un ancien garde des sceaux délégué, qui a vu mourir dans les mêmes circonstances sous son imperium ministériel les 2 autres personnalités précitées, peut faire rire même le diable. Passons! Il y a de nombreux Camerounais en prison dans un état de maladie aussi grave qui décèdent depuis tout le temps. Toutes ces larmes versées sur Mendo Ze pour sans doute moquer «la vacuité de leur repli tribal» ou pleurer sur le sort des détourneurs de fonds que les mêmes appellent à juger et à emprisonner étonnent des petits esprits comme les nôtres surtout si l’on veut devenir chef d’Etat.

Mais mes Amis, ma mère est décédée dans la même indifférence de son dénuement comme de nombreux Camerounais sans avoir jamais rien volé et n’a pas été évacuée ni morte dans l’ambulance du palais.

La mort fait pleurer tout le monde certes; mais il ne faut pas d’abord détourner l’argent public, aller en prison, pour bénéficier des évacuations sanitaires au frais du contribuable déjà spolié par les mêmes ! La réalité n’exclut pas notre humanisme.

Je vais vous poser une question tirée de l’anecdote d’une conversation entre le défunt président Ahidjo et le maire de Yaoundé, André Fouda, que l’ancien ministre, Jean Ketcha, me raconta un jour.

André Fouda alla voir le président Ahidjo qui venait de faire construire la prison de Kondengui justement, pour lui dire, qu’il était «très préoccupé parce que les prisonniers de Kon-dengui n’avaient pas à manger et que c’était urgent d’intervenir parce qu’ils mourraient de faim.»

Ahidjo le regarda longuement et lui posa la question suivante: «cela ne vous préoccupe pas en urgence de calmer la famine des Camerounais honnêtes sans histoire qui n’ont pas de quoi vivre et vous vous sentez coupable de la famine des délinquants en priorité ?»

Demandez donc aux ministres qui deviennent anciens ministres plutôt que de pleurer à posteriori de mourir dans l’indifférence et l’ingratitude, de construire des hôpitaux bien équipés lorsqu’ils sont ministres, pour soigner tous les Camerounais sur place au Cameroun de façon égale au lieu de voler, aller en prison et réclamer les évacuations au frais de I’État quand ceux qui n’ont rien volé meurent dans leur indifférence et leur ingratitude à eux d’avoir mal travaillé.

Mes condoléances émues donc, à toutes les familles de mon pays ayant perdu leurs membres de famille faute d’évacuation à l’étranger. Voilà !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter