Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 11 16Article 476099

Opinions of Saturday, 16 November 2019

Journaliste: David Eboutou

Epervier: l'ex-ministre Abono épuise sa peine en attendant son jugement

Le cas de l'ancien Secrétaire d'Etat aux routes Abono Paulin est révélateur des lenteurs judiciaires qui ont fait leurs nids à la cour suprême du Cameroun.

Pour ceux qui ont mené une petite enquête dans un milieu pénitencier comme la prison centrale de Kondengui pour y comprendre ce qui pourrait expliquer sa surpopulation carcérale avec près de 5.000 détenus pour un établissement sensé recevoir 800 pensionnaires, tous savent que l'une des raisons principales de ce sureffectif c'est l'absence de célérité dans les procédures judiciaires.

En effet, À Kondengui, l'on rencontre à chaque mètre un détenu qui y est maintenu parce-que n'ayant pas encore obtenu le verdict de la cour suprême qui vient alors en dernier lieu après le jugement en instance et le recours en appel.C'est ce qu'on appelle pour son cas la Cassation.

Sur les 5000 détenus de Kondengui, au moins 10% y sont en attente d'un jugement en cassation qui ne vient pas depuis des années ou alors tarde à venir. Nous connaissons de nombreux cas qui ne savent plus à quel saint se vouer!
Dans ce registre, le cas de l'ancien Secrétaire d'État auprès du Ministre des Travaux Publics en charge des routes Paulin Abono est fort révélateur.

Ingénieur de Conception et polytechnicien, Paulin Abono qui fut tour à tour Délégué des Travaux publics pour le Centre en 1997,Délégué des Travaux Publics pour le Sud de 1998 à 2002 avant d'occuper le même poste à l'Est où il y restera jusqu'en 2005 avant d'être promu Directeur de la protection et du Patrimoine Routier et porté un an après c'est à dire en 2006 à la fonction de Secrétaire d'État auprès du ministre des Travaux publics en charge des routes avant de se retrouver plongé dans des démêlées judiciaires jusqu'à ce jour.

En effet, en 2002 alors qu'il est Délégué provincial, Paulin Abono profitera pour briguer le poste de Maire à la commune de Yokadouma .Fonction qu'il exercera jusqu'en 2007 et laquelle va le plonger dans les problèmes avec la justice qui le soupçonne alors de détournements de taxes forestière au sein de la commune de Yokadouma. Il sera ainsi placé sous mandat de détention provisoire le 19 mars 2008 et condamné par le Tribunal de Grande Instance de Bertoua à 30 ans d'emprisonnement ferme.

Après avoir fait appel de ce lourd verdict, la cour d'appel de Bertoua en date du 24 mai 2012 rendra une décision ramenant sa peine cette fois-là à 12 ans d'emprisonnement ferme.

Non satisfait et dès le lendemain du verdict, Paulin Abono introduira un pourvoi en cassation à la cour suprême tout en caressant le rêve selon lequel son jugement serait vite rendu au niveau de la cour suprême. Il déchantera très vite!

Depuis 2012 que Paulin Abono attend d'être jugé à la cour suprême, il ne sait pas ce qui coince .À chaque fois, c’est une série de documents qu'on lui fait parvenir dans sa cellule de la Prison de Yokadouma et par la suite, rien ne suit.

Aujourd'hui, il lui reste exactement 04 mois à passer en prison pour remplir les 12 années qui lui ont été attribuées et il a fini par perdre espoir de ne pas voir sa procédure être vidée à la cour suprême. Sa famille a contacté de nombreux avocats qui à chaque fois ont fini par se lasser face au silence de la grande muraille de la cour suprême qui semble encore prendre tout son temps après près de 08 ans d'attente.

Comme le Secrétaire d'État Abono Paulin, ils sont très nombreux à Kondengui et dans les autres prisons du Cameroun à attendre juste un " mot" de la cour suprême afin de raviver en eux la petite flamme d'espoir !!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter