Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 10 17Article 474169

Opinions of Thursday, 17 October 2019

Journaliste: Félix Nitiwé

Emouvante histoire des jeunes soldats camerounais tombés au front

Mourir dans l’uniforme d’un soldat revêt une dimension plus funeste mais admirable car vous avez décidé de protéger les siens et par conséquent vous comprenez la fragilité de votre vie par le truchement de votre métier.
Mais mourir jeune, moins de 25 ans, moins d’un quart de siècle parce qu’on meurt pour son pays le Cameroun est un véritable gâchis.

Gâchis parce que le camerounais n’aime pas la mort. Aujourd’hui, encore, lorsqu’une personne meurt dans mon pays, cela attriste tout un quartier car cela nous renvoi à notre propre mort, alors, oui c’est un gâchis lorsqu’on meurt jeune peu importe le pays.

Mourir en laissant une dépouille en lambeaux tel une chair à canon dans un pays jadis pacifié est une véritable honte.

Ces jeunes sont camerounais, ce sont mes frères et ils n’ont jamais demandé à mourir si jeunes. Certes, ils étaient soldats mais ils voyaient bien leurs aînés soldats croulants sous le poids de la vieillesse avec des grades, médailles et reconnaissances ajustés sur leurs épaules.

Cela démontre que l’avenir professionnel est envisageable dans l’armée camerounaise de la jeunesse à la retraite. Alors pourquoi mourir si jeune quand les plus vieux hauts gradés sont encore en service et ont plus d’expérience?
J’avais toujours cru NAÏVEMENT que l’armée camerounaise était la plus forte au monde et qu’elle n’hésiterait pas à mater toute rébellion en sol camerounais mais hélas, je ne rends compte HONTEUSEMENT que tous ces généraux ont trouver GARÇONS (comme disent les ivoiriens )dans le NOSO et qu’au lieu de mettre en place les structures POLITIQUES pour pacifier la région, ils (LES GÉNÉRAUX ) ont préféré envoyer des jeunes sans expérience de guerre dans une hécatombe comme ce fut le cas des tirs- ailleurs sénégalais pendant la seconde guerre mondiale. Ils étaient des éclaireurs et par conséquents, les premiers à mourir des tires ennemis.

Comment peut-on rester INSENSIBLE à la mort de ces jeunes enfants?
Ces jeunes soldats camerounais dans la vingtaine que l’armée envoie combattre leurs autres frères dans le NOSO dont les demandes sont toutes aussi LÉGITIMES ne devraient pas en mourir.

Il est de la responsabilité de l’Etat camerounais d’éviter de toujours prendre des armes pour régler des conflits endogènes. Les guerres en pays voisins nous ont démontré que les armes ne règlent pas les conflits. (Rwanda, Centrafrique, RDC, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Sierra lionne, le Liberia). Pourquoi nos gouvernants sont si sourds et aveugles ?

A quoi sert la POLITIQUE alors ?

A quoi servent tous ces diplômés camerounais qui brandissent à journées longues leur fierté d’avoir fait science politique à Paris -Sorbonne ? À Harvard ? A quoi sert d’être président de la république si ce n’est pas rassembler tes compatriotes et discutent rapidement sur ce qui fâche ?

Les armes qui tuent dénotent d’une incapacité de pacifier, une incapacité de l’état de trouver des solutions justes et équitables.

Il ne s’agit pas ici de répondre favorablement à toutes les revendications mais de s’assoir avec tes propres citoyens et de prendre un verre tout en discutant sur ce qui fâche.

Il n’existe point de familles sans chicanes et les chicanes sont là pour nous faire voir une incongruité et non pour nous diviser et trouver des ennemis.
On ne règle pas les chicanes à coup de fusil, surtout pas entre camerounais.
La sagesse ne consiste pas à savoir comment régler les conflits endogènes, la sagesse consiste à éviter le curatif et de toujours demeurer dans le préventif. Autrement prévenir vaut mieux que guérir.

Ce conflit dans le NOSO était prévisible, les tenants et aboutissants étaient connus, les acteurs n’étaient pas cachés, les revendications étaient légitimes, les avertissements avaient été donnés. Le recours à la violence était déjà annoncée alors tout le monde le savait. Et quelle a été la décision de l’état camerounais? Aller en guerre coûte que vaille. Pour quelle victoire ?
Et quel est le résultat aujourd’hui? Des familles décimées, d’autres endeuillées, des enfants orphelins, un état de guerre et une armée camerounaise en perte de crédibilité. Quel gâchis ?
A qui profitent ces crimes ?

Aux familles (Paloma Negra) des soldats camerounais morts,
je m’incline,
Aucun tord,
Je m’agenouille,
les yeux pleins d’eau,
Les mains vides,
Car je n’ai que ma voix
Pour ces jeunes soldats sans voix.
Un jour, je me lancerai en politique.
Les camerounais méritent mieux.
Il manque de l’amour dans ce pays.