Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2018 12 22Article 452969

Opinions of Saturday, 22 December 2018

Journaliste: Jacques Eric Andjick

Election de Seidou Njoya: mission accomplie pour Eto’o, n’est pas ancien Lion qui veut!

Ne mélangeons pas tout. La dernière élection à la présidence de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a vu des anciens Lions indomptables s’opposer. Notamment Joseph Antoine Bell, candidat malheureux, et Samuel Eto’o, soutien du président élu Seidou Mbombo Njoya. Les deux footballeurs susmentionnés sont effectivement des anciennes gloires du football. Ancien capitaine de l’Olympique de Marseille, Joseph Antoine Bell compte 50 sélections et deux coupes d’Afrique des nations avec les Lions indomptables. Le même nombre de trophées continentaux que Samuel Eto’o. Joueur africain le plus titré de l’histoire, le quadruple ballon d’or africain est également meilleur buteur de l’histoire de la coupe d’Afrique des nations et meilleur buteur de l’histoire des Lions indomptables. Bell et Eto’o sont donc incontestablement des anciennes gloires.

Il en est de même de Roger Milla, double champion d’Afrique et joueur majeur lors des deux meilleures campagnes du Cameroun en phase finale de coupe du monde. Surtout que le plus vieux buteur de l’histoire du Mondial de football est aussi le meilleur buteur camerounais dans ce tournoi avec cinq buts en trois participations (1982, 1990 et 1994). Donc le statut d’ancienne gloire de Roger Milla ne se discute pas.


Idem pour l’ancien capitaine des Lions indomptables, Thomas Nkono. Avec 112 sélections, « Tommy » est le gardien le plus capé dans l’histoire de l’équipe nationale. Il a été le capitaine de la première cuvée des Lions in- domptables à une coupe du monde, 1982 en Espagne. L’unique phase finale du Mondial à l’issue de laquelle le Cameroun a terminé invaincu. Surnommé « L’araignée noire » pour ses détentes et ses sorties en raquette, il est également finaliste de la Can 1986 et surtout double Ballon d’or africain (1979, 1982). Sans oublier que Thomas Nkono était dans la cage des Lions indomptables lorsque ces derniers furent la première sélection africaine à atteindre un quart de finale de coupe du monde, en 1990 en Italie. Donc Thomas Nkono est sans aucune contestation une ancienne gloire. De même que Gérémi Njitap, Rigobert Song, Patrick Mboma ou François Omam Biyik. Toutefois, nombre d’anciens footballeurs s’approprient la terminologie ou sont appelés anciennes gloires des Lions indomptables sans le mériter. Car ils n’ont jamais pu s’imposer en sélection, ni remporter des titres majeurs, encore moins briller sur la scène inter- nationale. Sachez-le, un ancien footballeur n’est pas automatiquement une ancienne gloire.

Un ancien joueur devient une ancienne gloire, lorsque par sa renommée éclatante, sa célébrité, son prestige, ses prouesses, ses performances ou ses titres, il marque son époque. C’est pourquoi tout ancien footballeur ne peut être qualifié d’ancienne gloire. Du moins à l’échelle nationale. Par exemple l’ancien gardien de but Vincent Ongandzi est une ancienne gloire du Tonnerre Kalara Club (Tkc) mais pas des Lions indomptables. Au- tant ce dernier rempart a brillé avec le club de la capi- tale, autant il n’a jamais réussi à s’imposer en équipe nationale. Il n’est donc en aucun cas une ancienne gloire des Lions indomptables. Il en est de même de l’ancien milieu de terrain Roger Feutmba.


Lorsqu’on pense à ce gaucher, on fait directement référence à l’Union sportive de Douala, club au sein du- quel il a brillé de mille feux. Naturellement, Roger Feutmba est une ancienne gloire des Nassaras. Mais pas des Lions indomptables. Il est certes un ancien Lion, mais il ne s’est jamais imposé durablement en sélection. Il en est de même de son ancien coéquipier chez les vert et blanc, William Andem. Ce gardien de but n’a jamais vraiment crevé l’écran avec l’équipe nationale. La seule Can que William Andem a débuté comme titulaire fût un fiasco, au point qu’il fut relégué sur le banc de touche. William Andem est bien évidemment une ancienne gloire de l’Union sportive de Douala, avec qui il a remporté le championnat du Cameroun en 1990, comme capitaine. Mais son prestige n’est pas allez au-delà. Il en est de même de beaucoup d’autres anciens footballeurs.