Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 05 18Article 597421

Opinions of Tuesday, 18 May 2021

Auteur: William Bayiha

Egoïsme- Ignorance - Gourmandise: comment Albert Dzongang a inspiré Jean de Dieu Momo

Albert Dzongang 'a fait des pieds et des mains pour entrer au gouvernement' Albert Dzongang 'a fait des pieds et des mains pour entrer au gouvernement'

Albert Dzongang était le champion du Parti du peuple démocrate (PPD) de Lazare Soub

Albert Dzongang a fait des pieds et des mains pour entrer au gouvernement

• Feu Lazare Soub a inscrit Albert Dzongang dans la liste des fossoyeurs de la confiance en politique au Cameroun


L’homme est revenu au-devant de la scène politique camerounaise avec son intervention le week-end dernier chez nos confrères de la chaine de télévision Equinoxe Tv. Sa position tranchée vis-à-vis du régime Biya et son soutien au leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) étonnent plus d’un. Et l’occasion de cette sortie vient d’être saisie par le Camerounais William Bayiha qui, connaissant bien le parcours de l’ancien député, le compare à l’actuel ministre délégué au ministère de la justice Me Jean de Dieu Momo.

Selon William Bayiha, Albert Dzongang est le prototype du « politicien africain caricatural sans idéologie ». Il estime que, dans son ancienne formation politique, l’actuel soutien de Maurice Kamto a brillé par « l’opportunisme, la trahison et l’ethnocentrisme ».

Ci-dessous l’intégralité de la sortie

Le 12 octobre 1997, je venais de célébrer mon 10e anniversaire, mais déjà notre compatriote Albert Dzongang était dans l'arène politique depuis belle lurette. Et il bandait les muscles pour affronter le candidat Paul Biya aux côtés des candidats tels que Henri Hogbe Nlend les Samuel Eboa, Joachim Tabi Owono ou encore Antoine N'Demannu et autres Gustave Essaka.

Il était alors le champion du Parti du peuple démocrate (PPD) de Lazare Soub que l'on retrouve plus tard comme unique député de l'histoire du MRC (2013-2020).

Évidemment, avec le boycott du SDF et de l'UNDP, les scores furent anecdotiques. Dzongang réussissant tout de même l'exploit d'arriver 4e avec un peu plus d'1% des voix. Un point de moins que le 2e et le 3, me direz-vous !

Le plus curieux est qu'au lendemain de l'élection, cet homme qui donne aujourd'hui des leçons de résistance politique à ses petits-fils, a fait des pieds et des mains pour entrer au gouvernement. Au prix d'une trahison réelle cette fois-ci.

Il aurait peut-être fallu rappeler qui est à ce moment-là Albert Dzongang. Ancien député RDPC, éminence grise du vote ethnique à Douala à la fin des années 1980 et militant opportuniste contre le multipartisme. C'est le politicien africain caricatural sans idéologie.

Lazare Soub, de regrettée mémoire, s'est longtemps ému des tractations menées par « son candidat » avec le pouvoir. On peut dire sans grand risque de se tromper que cet épisode a en réalité été l'inspiration de la manœuvre payante d'un Jean de Dieu Momo en 2018.

L'insistance de Dzongang pour entrer au gouvernement fut telle qu'il fut écarté du PPD. Et feu Soub d'inscrire son ancien ami dans la liste des fossoyeurs de la confiance en politique au Cameroun sous le triptyque : «égoïsme, ignorance et gourmandise». Vous parlez d'une devise !
Heureusement, personne ne se rappelle d'A. Dzongang comme ministre. Même la félonie fut un échec.

Ces gens-là pensent qu'on a oublié leurs forfaitures parce qu'on n'était pas né quand ils les commettaient. C'est bien faux.

Essayons de construire le Cameroun et évitant de donner des leçons quand nous avons eu une vie loin d'être exemplaire.


Albert_Dzongang_Gouvernement

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter