Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 11 28Article 476977

Opinions of Thursday, 28 November 2019

Journaliste: Enoh Meyomesse

Echéances électorales: ce qui tue les candidats au Cameroun

Je ne sais pas très bien ce qui a été à l’origine de la surprenante décision du MRC de jeter l’éponge pour le double scrutin en préparation, mais, je voudrais communiquer ici aux Camerounais, pour le déplorer, la difficulté que constitue la confection d’une candidature de liste à une élection dans notre pays ; c’est l’une des choses qui m’ont dégoûté de l’action politique au Cameroun.
« Préziiiiiii ! le peuple est avec toi !! Préziiii !!!!!

Bien naïf celui qui croit à ces paroles de flatteries et de mendicité que l’on vous scande dès lors que vous vous présentez comme candidat à un scrutin. Il y a deux choses qui vous ruinent tout de suite au Cameroun : présider une équipe de football, ou vous lancer en politique. Si vous ne disposez pas d’une solide fortune, vous allez rapidement sombrer dans de colossales dettes, que peut-être vous ne parviendrez jamais à payer !!! Votre épouse vous quittera à cause de celles-ci…

Aborder un Camerounais pour l’inviter à figurer en qualité de candidat sur une liste que vous confectionnez en vue d’une élection, signifie, tout simplement, que vous vous vous engagez à le porter sur vos épaules, sa famille et lui, jusqu’au jour du scrutin, voire même au-delà.

Des gens populaires … mais qui n’ont curieusement jamais 5 francs !!!

Tout commence par : « Ouuh là là !!! Prézi !!! tu as bien fait de choisir mon mari, car il est très écouté ici, toute la contrée est derrière lui, ou alors, tout le quartier est derrière lui !!!! » C’est le discours intéressé et piège que tiennent spontanément les épouses-complices des personnes que vous sollicitez comme colistières. Et le bonhomme tout fier de lui de renchérir : « c’est exact !!! ici, quand je parle, personne ne bronche !! ». Vous voilà plein d’enthousiasme, convaincu d’avoir déniché un bon colistier. Mais, en vérité, c’est le début pour vous de monstrueux maux de têtes.

1/- Le mec vous pose la question suivante après que sa femme et lui se soient vanté devant vous de sa crédibilité dans la contrée, son quartier ou sa communauté et de son inégalable audience : « comment es-tu alors venu ? » Traduction, « m’as-tu apporté une enveloppe ? » Devant votre embarras, il enchaîne : « untel du parti politique X est passé ici avant-hier … » Il sous-entend par-là que d’une part, il est terriblement convoité, donc, il n’est pas n’importe qui, il est effectivement populaire, la preuve, vous n’êtes pas le seul à courir après lui, d’autre part, il a déjà perçu de l’argent de l’un de vos concurrents, et comme il est important et peut vous faire gagner, il vous faut banquer.

Pris au dépourvu, vous n’avez pas d’autre choix que de vous mettre à « manger la bouche », comme on dit en Camerounais, pour le rassurer que vous êtes « bien venu », il n’a rien à craindre, juste un tout petit peu de patience et il sera satisfait; si cette épate capitale est franchie, à savoir que l’individu accepte de patienter pour son magot, ou alors vous le lui avez donné sans pinailler, commence la confection du dossier ;

2/- le bonhomme, pendant qu’il se vantait de son audience, s’est toutefois bien gardé de vous révéler que sa carte nationale d’identité est périmée, voire même qu’il n’en possède pas du tout ; traduction, à vous de lui en confectionner une, vous avez besoin de lui …

3/- le bonhomme ne vous a pas non plus dit qu’il est privé de droits civiques pendant dix ans, suite à une condamnation de plus de six mois !!! Il avait bagarré, volé une chèvre ou émis un chèque sans provision … Vous ne le découvrez qu’en établissant son extrait de casier judiciaire. Il faut rayer cet individu de la liste, rien à faire … Déception totale.

C’est alors que le préposé à ce précieux document qui vous surveillait du coin de l’œil vient vous chuchoter à l’oreille « Prézi, on peut faire quelque chose … » Votre cœur s’emballe aussitôt de nouveau. Ah ! Rien n’est perdu. Votre porte-monnaie entre en action avec empressement, et il « fait effectivement quelque chose », l’extrait de casier judiciaire vous est délivré … vierge. Vous n’en revenez pas, et vous mettez simplement à prier Dieu qu’ELECAM ne le découvre pas. « Prézi, ne t’en fais pas, n’est-ce pas à moi qu’ils vont s’adresser ? » Le chargé des extraits vous tranquillise tout de suite … moyennant une autre intervention hardie de votre porte-monnaie qui fera qu’ELECAM n’y verra que du feu … En tout cas, votre interlocuteur l’affirme …

3/- de même, le bonhomme ne vous a pas dit qu’il n’a pas payé ses impôts … Là, à l’évidence, vous commencez déjà véritablement à vous agacer de cet individu ; mais, vous êtes en même temps coincé : ils sont 12 sur les 25 de votre liste dans la même situation … Vous êtes obligé de payer tous leurs impôts en leurs lieu et place …

4/- le bonhomme vous avait affirmé qu’il pouvait se charger lui-même de sa caution électorale ; le dernier jour, patatras ! il vous annonce, tout désemparé et désespéré, qu’il ne dispose pas de la totalité de la somme ; vous avez envie de lui dire d’aller se faire voir ailleurs, qu’il exagère ; mais, ils sont 17 sur votre liste de 25 candidats, dans la même situation … Parmi les 17, 9 n’ont même carrément pas 5 francs !!! Ils comptaient recevoir de l’argent avant la date …

5/- au dernier moment, on vous souffle à l’oreille que l’olibrius fait déjà partie d’une liste concurrente d’un autre parti politique … Courroucé,
vous cherchez à le rencontrer pour lui poser la question : il devient alors soudainement introuvable, ne dort même plus chez lui, inutile d’y déboucher à 5 heures du matin pour le coincer, il n’est pas là, et son téléphone est éteint ; en fait, il vous a caché qu’il était membre de ce parti politique … vous n’avez été tout simplement pour son épouse et lui qu’un coq à plumer …

6/- il vous faut remplacer en catastrophe cette canaille !!! Vous repartez à la chasse de son remplaçant, dans un « top-chrono » époustouflant …

7/- cette fois-ci vous tombez sur un individu qui vous suivait de loin, et qui tient désormais sa revanche, lui que vous aviez négligé au bénéfice du taulard … Il exige une conséquente enveloppe, car « moi c’est pour vous sauver hein !!! c’est pour vous sauver !!! ce salaud de X vous caché son jeu, en fait, il a toujours été ainsi, un homme roublard, j’étais même surpris que vous vous adressiez à lui, en tout cas, je fais ça pour vous hein, Prézi … » Il vous rappelle alors l’air de rien que son gosse est hospitalité, et que les ordonnances pleuvent, lui, un pauvre débrouillard, il ne sait comment faire … Vous payez ses ordonnances … Sa fille doit se marier, c’est le mois prochain … Son auto est en panne, or c’est avec celle-ci qu’il va battre campagne pour vous … etc…etc … etc …

8/- il vous présente sa CNI, elle est tout simplement illisible ; la photo est déjà toute floue, et le nom ne se distingue pas convenablement ; il faut en établir une nouvelle de toute urgence, le temps presse…

9/- au poste de police, on découvre que son acte de naissance porte la mention « République du Cameroun », or, il est né en 1968 !!! En ce temps-là, c’était « République Fédérale du Cameroun » … C’est un faux !!! si vous réglez ça ;

10/- aux impôts, il n’a rien payé depuis plusieurs années ; il faut tout rattraper …etc… etc… etc… etc…

Cet éprouvant parcours du combattant est de nature à faire capituler plus d’un. En 1992, j’avais ouïe dire qu’un candidat, ex-ministre, avait déboursé la coquette somme de 300 millions pour assurer la confection de toutes les candidatures de listes de son parti à travers le pays, lors des législatives du 1er mars de cette année-là …

L’ordre de difficultés des scrutins au Cameroun

Au Cameroun, par ordre de difficultés, on peut classer les scrutins de la manière suivante :

1/- municipales : très difficile de se doter d’une liste, le nombre de personnes à courtiser et à prendre en charge étant très élevé, au minimum 24 ;

2/- législatives : plus aisé, car il y a moins de candidats, mais, il n’est pas toujours facile de se doter de colistiers populaires, en tout cas, qui donnent une image valorisante de votre liste ; vous risquez de vous retrouver avec comme suppléant, le colleur de pneus du coin ! : désastreux pour votre image …

Par ailleurs, vous avez intérêt à « équilibrer géographiquement » vos colistiers, faute de quoi, vous perdrez beaucoup de voix dans les parties de votre circonscription électorale où vous n’avez pu en dénicher un, or, cela n’est pas simple … le terrain est dominé par les fonctionnaires rdpcistes qui ne vous font pas de cadeaux…

3/- présidentielles : la plus aisée, à la condition de disposer des 30 millions de sa caution électorale …

Conclusion : il ne faut nullement être surpris que des listes ne soient pas prêtes à temps, les obstacles à surmonter sont colossaux …