Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 10 29Article 552535

Opinions of Thursday, 29 October 2020

Journaliste: 237online.com

Drame de Kumba: les charognards de la politique à l'oeuvre

Il y a deuil national aujourd’hui. Non, c’est plutôt demain.

Selon que l’on suit aveuglément la meute tribaliste à Kamto (MRC) ou une autre chapelle jumelle (Stand up de Kah Walla et Cie), le drame récent de Kumba va donner lieu à deux manifestations distinctes de pseudo-solidarité ou de fausse indignation. C’est à qui versera le plus de larmes de crocodile après avoir avalé des enfants à l’école. Même pour un hommage, ces vautours hypocrites ne peuvent pas tomber d’accord.

A chacun sa part de charogne. A chacun de monter une opération publicitaire politicienne. Pourtant, l’horreur du crime justifie plus que jamais une manifestation collective, unanime et incontestable de rejet et même de vengeance. Mais si tous vont à une manifestation, qui sera la star ? C’est en effet ainsi que ces gens font des calculs. Sinon, pourquoi, alors que depuis trois ans, ces compatriotes malhonnêtes appellent au dialogue « inclusif » pour résoudre le principal problème circonstanciel du pays, la tentative de sécession du NOSO, pourquoi donc ces gens n’ont pas trouvé un accord minimal entre eux pour défendre cette revendication. Eh bien parce qu’il s’agit d’une opération d’enfumage.

1-Dialogue ! Oui mais sur quoi ?
Il n’existe pas de dialogue sans agenda. Celui des sécessionnistes est clair et mensonger. Ils disent que le NOSO est colonisé par le reste du pays et doit retourner à une situation d’indépendance qui n’a JAMAIS existé. De quoi donc va-t-on discuter avec des gens qui ont pour demande incompressible la division du Kamerun sur une base mensongère ? Répéter : dialogue ! dialogue! devient donc un dangereux écran de fumée si le contenu précis du dialogue n’est pas connu.

Personne parmi les gens qui parlent de dialogue inclusif ne dit en effet que c’est un mensonge grave d’affirmer que le NOSO fut indépendant ne serait-ce qu’une seconde. Ni Kamto, ni Kah Walla, leurs médias et Ong ne disent que c’est une grave offense à la communauté nationale de dire que nos compatriotes du NOSO seraient colonisés par ceux des autres régions. Un crime même car une telle division peut provoquer des fractures que des siècles de réconciliation ne répareront pas. Pourquoi faire donc comme si les sécessionnistes ont quelque légitimité en réclamant le dialogue inclusif que l’on prend soin de ne pas définir clairement ? Eh bien pour aider la bande criminelle d’Ayuk Tabe à passer pour des acteurs politiques légitimes et partager les fruits de l’affaiblissement du régime que leur guerre crée. Il y a cependant un gros problème : l’action ambazonienne cause un recul de près d’un siècle. Kamto, Kah Walla et tous les charognards s’en foutent de cette conséquence qui devrait pousser à chasser sans concession chaque Ambazonien.

Disons-le sans fioriture : c’est le régime Biya qui a le plus offert. C’est lui qui a lâché du lest même si c’était symbolique. C’est lui qui a accepté des réclamations des avocats, nommé des rdpcistes anglos à des postes de souveraineté, projeté de faire un statut spécial et surtout blanchi le casier judiciaire des combattants ambazoniens en leur proposant des centres de réinsertion après avoir abandonné les armes. Sans aucun risque de représailles. Demander plus à Biya c’est tromper les gens et couvrir les Ambazoniens.

Rappelons-le: la violence s’est généralisée dans le NOSO à cause de l’appel des Ambazoniens à chasser les représentants de l’Etat. Ils ont profité de la grève des avocats et des enseignants qui était en voie de porter des fruits, malgré les violences du gouvernement à leur encontre. Kamto, Kah Walla et les charognards dans leurs médias font volontairement un amalgame en disant que c’est parce que Yaoundé a frappé des grévistes ou tué des gens que l’affaire s’est gâtée. Ils mentent ! Ce qui a fait que la situation mute en violence globalisée c’est l’irruption des Ambazoniens qui cherchaient à s’imposer par la violence depuis toujours ( comme en 1997-1999). La faute de Yaoundé ne peut pas justifier qu’on tolère l’intrusion ambazonienne. Si on doit reprocher au régime d’avoir facilité par sa politique irresponsable, la croissance du projet Ambazonie, on ne peut pas pour autant compter ses coups pour chasser le diable ambazonien.

3-Cessez-le-feu : qui doit cesser le feu ?
Beaucoup demandent au gouvernement de faire cesser le feu contre les Ambazoniens. Kamto, Kah Walla et d’innombrables mangeurs de charogne le crient chaque jour dans des médias complices. Question : est-ce illégitime de traquer et d’éradiquer toute personne qui fait la guerre contre le Kamerun pour créer l’Ambazonie ou pour toute autre raison ? Dans les médias, vous n’entendrez jamais cette question. Il y a deux forces armées dans le NOSO. Celle du Kamerun et celle des Ambazoniens et Cie. Une seule est légitime. Celle du Kamerun, quoi qu’on puisse lui reprocher. Elle est totalement et indiscutablement SEULE LEGITIME. Fatalement, le cessez-le-feu doit peser sur la seule force illégitime : les tueurs ambazoniens. Parler de cessez-le-feu sans apporter immédiatement cette distinction est une tromperie grave. C’est flou et hypocrite de le faire. En un mot, c’est criminel car ça fait croire qu’on veut la paix alors qu’on instrumentalise la souffrance et les aspirations à la paix des populations.

Une seule partie avait plus que tout autre intérêt à une guerre : les Ambazoniens. Elle seule a intérêt à ce qu’elle perdure. Les autres en profitent pour diverses raisons et selon des modalités et une intensité qui changent au fur et à mesure que le temps passe. Une seule partie a intérêt à la paix : le Kamerunais lambda. Posons-lui ensemble ces questions capitales : qui doit cesser le feu et proposer un débat, au moins pour montrer en premier sa bonne volonté ? Est-ce admissible qu’une force illégitime comme celle de l’Ambazonie prenne en otage le Kamerun ? Entre l’élimination de quelques centaines d’Ambazoniens et la perte de millions de compatriotes, d’une partie de notre pays, qu’est-ce qui est acceptable ?


4-En conclusion : que chacun prenne ses responsabilités.
A propos des faits et pour conclure : c’est bien le camp des Kamto et Kah Walla et leurs Ambazoniens qui a déclaré la guerre. Demander une sécession est un acte de guerre partout dans le monde et de tout temps à travers l’histoire. Et ça l’est encore davantage au Kamerun quand on sait ce qu’a coûté à ce malheureux pays le combat pour l’unité et l’indépendance. Um Nyobè, Moumié, Ouandié et des centaines de milliers de gens sont morts pour que le Kamerun soit uni. Or les Ambazoniens veulent désunir et rendre plus dépendant notre pays. De quel droit le font-ils ? Sachons-le : si 25 millions de Kamerunais n’arrivent pas à renverser le régime Biya et le système néocolonial qui veut que les Kamerunais soient des îlots de sauvages nègres incapables de se réunir, ils le seront encore moins si 5 millions sont soustraits pour satisfaire les égoïsmes de la bourgeoisie corrompue et antipatriote du NOSO au service du néocolonialisme. C’est cela le projet d’Ayuk Tabe et ses complices : découper le Kamerun en bantoustans selon les lignes voulues par le colon.

Nous sommes dans une barque, le Kamerun. En pleine tempête (la dictature de Biya et Cie, la domination multiforme des occidentaux et une économie de pillage au profit des étrangers), quelqu’un dit que la solution c’est de couper la barque en deux. Honnêtement, que faire d’un tel individu sinon le jeter par dessus bord ?

En politique, la responsabilité est une donnée incontournable et implacable. Ne pas tirer des leçons et assumer les conséquences de ses paroles et même de ses silences c’est être irresponsable et donc mauvais pour la communauté. A chacun de décider. Ça peut durer très longtemps. Dix ans, vingt ans, il suffira pour la bande ambazonienne de maintenir quelques assassins en veilleuse et frapper de temps en temps pour désorienter les gens. Il nous faut distinguer le gouvernement, des populations ordinaires (qui sont le Kamerun réel, celui qui est victime) et décider de bouter les Ambazoniens loin du territoire national.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter