Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 01 14Article 484609

Opinions of Tuesday, 14 January 2020

Journaliste: Camer.be

Douala : les fillettes violées par l’enseignant pervers font des révélations

Les résultats des examens médicaux effectués sur les victimes de l’instituteur Kevin Bama seront livrés ce lundi 13 janvier 2020.
L’enquête ouverte à la brigade des recherches de Bonabéri 1 contre l’instituteur Kévin Bama, accusé de viol sur ses élèves, pourrait connaitre une avancée significative ce lundi 13 janvier 2020. C’est en effet ce jour que sont attendus les résultats des examens médicaux effectués sur les victimes. Selon une source proche de l’affaire, 13 élèves de Class 6 âgées entre 9 et 14 ans ont subi des tests à l’hôpital de district de Bonassama en fin de semaine dernière. Kevin Bama quant à lui est resté en garde à vue dans les cellules de la brigade des recherches. Il y séjourne depuis son interpellation survenu dans la mi-journée du lundi 6 janvier.


Une source à la gendarmerie indique que lors de son audition, le présumé violeur a reconnu les faits qui lui sont imputés. Il a en outre indiqué qu’il a commis ces actes sous l’emprise d’une force surnaturelle. Les victimes ont aussi été entendues dans le cadre de cette affaire. Elles sont toutes des élèves de Class 6 (Cours moyen deuxième année dans le sous système éducatif anglophone) à Excellent Bilingual Nusery and Primary School Bonabome. Elles ont affirmé aux enquêteurs qu’elles ont subi divers attouchements de leur enseignant, qui, à plusieurs reprises les a contraintes à faire des fellations.


Des faits, qui selon des récits concordants, sont survenus pendant les cours de soutien que Kevin Bama dispensait en vue de la préparation de ses élèves aux examens officielles. Les cours étaient prévus se tenir entre 15h et 16h30 dans l’enceinte de l’école. Les premières alertes sont venues des parents. Ces derniers se plaignaient des retours tardifs de leur progéniture à la maison. Des enfants regagnaient le domicile autour de 18h. Doris Ndaptso, la directrice a été saisie. Dans un premier temps, la directrice a entrepris de s’entretenir avec les élèves de Class 6 sur l’éducation sexuelle et la morale. Elle a demandé aux apprenants de lui tenir informée s’ils étaient abusés à l’école, à la maison ou ailleurs. Deux jours avant le départ en congé, soit le 16 décembre 2019, deux filles de Class 6 se sont rendues à la direction et ont demandé à s’entretenir en privé avec la responsable.


« Elles m’ont confiée que l’enseignant a touché leurs seins, leurs fesses et a mis sa verge dans leur bouche», témoigne Doris Ndaptso, choquée. Elle interdit les cours de répétition pendant les congés et décide de mener sa petite enquête auprès des élèves de Class 6. Mais les autres filles nient les faits au départ. Certaines d’entre elles se confient finalement à leurs parents pendant les congés. On apprendra alors que l’enseignant avait demandé aux élèves de jurer sur la bible, en martelant qu’elles allaient trouver la mort si elles le dénonçaient. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Les parents et le Staff de l’école, mobilisés, conviennent alors de se saisir de l’enseignant à la rentrée du deuxième trimestre, le 06 janvier 2020. Mais il est absent ce jour-là. Un des parents décide de monter un guet-apens dans un bar. L’enseignant, invité, s’y rend et est débusqué. Il sera remis aux mains des gendarmes de la brigade des recherches de Bonabéri 1.