Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 02 11Article 572851

Opinions of Thursday, 11 February 2021

Auteur: SOULEY ONOHIOLO

Discours de Paul Biya: 'Il faut cesser d'infantiliser la jeunesse du Cameroun'

Un jour viendra où, Il faudra bien qu'on arrête avec la distraction, la roublardise et l'enfumage politique au Cameroun.

Tant que la succession intergénérationnelle n'est pas effectivement exposée, explorée, affichée, exprimée, édictée. . .
Mais que l'on continue à hanter les allocutions du président Paul Biya; à lui faire dire à sa jeunesse camerounaise les allégations, l'alchimie, les incantations, du réchauffé comme ce que nous avons entendu dans son adresse à la jeunesse hier 10/02/2021, la jeunesse camerounaise sera toujours mal barrée: inconfortable, désaxée, très mal à l'aise.

Ceux qui ont rédigé le texte de l'allocution lue par le président Paul Biya hier à sa jeunesse camerounaise sont des ANTI-MODELES.
Paupol est d'une proximité aérienne et inefficace avec les problèmes de la jeunesse camerounaise.

Au fait de Nkoah parle t'il? De quels emplois s'agit-il? Pauvre jeunesse.
Pendant combien de temps vont encore durer: la lutte contre le chômage et la bataille contre le désoeuvrement???

Dans le même temps, une poignée d'hommes incrédules, égoïstes, avares, inconscients, inconséquents, spécialistes de l'arnaque, l'imposture, l'enrichissement illicite et sans causes, les délits d'initiés. . .
ils ont fait main basse sur la fortune publique qu'ils usent, en abusent dans des dépenses frivoles au mépris de la décence, la décadence, la désaffection, la désarticulation, la moralisation et l'assainissement de la fortune publique.
Il faut tordre le cou aux actes délictueux et les forfaitures impunies.
Il faut cesser d'infantiliser la jeunesse du Cameroun.


Big Soul de Soul.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter