Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 08 18Article 614296

Opinions of Wednesday, 18 August 2021

Auteur: Dieudonné Essomba

Dieudonné Essomba accuse Maurice Kamto de plagiat

Il est évident que c‘est un plagiat. Il est évident que c‘est un plagiat.

L’économiste Dieudonné Essomba n’arrête pas de lancer des piques à Maurice Kamto. Après avoir affublé le leader du MRC de toutes les accusations, l’analyste politique revient à la charge avec une accusation de plagiat. Elle concerne le dernier ouvrage de Maurice Kamto intitulé « Sous la cendre, les étoiles ». Selon Dieudonné Essomba, Maurice Kamto a manqué d’imagination en pastichant le titre « Les étoiles sous la cendre » de Marie José Pascal. Un livre qui selon lui, relève d’une grande originalité métonymique. Lire en integralité la sortie de Dieudonné Essomba.

Dans le but de s’essayer dans la poésie, le savant universel de la Meute n’a rien trouvé de bon que d’intituler son livre : « SOUS LA CENDRE, LES ÉTOILES »

Aussitôt, un grand nombre de personnes se sont indignés, lui rappelant que ce titre est une inversion de celui d’un livre écrit par MARIE JOSÉ PASCAL, à savoir « LES ÉTOILES SOUS LA CENDRE ».

Evidemment que les partisans de M. Kamto qui agissent toujours en Meute ont engagé une résistance, estimant que plusieurs auteurs peuvent utiliser le même titre.

Oui, cela est vrai que plusieurs auteurs peuvent utiliser exactement le même titre, sans que cela soit anormal. Car, n’est pas l’identité du titre en elle-même qui constitue le plagiat. C’est le rapport du titre avec le thème.

En effet, si un individu fait un livre intitulé : « HISTOIRE DU CAMEROUN », personne ne peut lui faire un procès au motif que d’autres personnes ont utilisé un titre identique, tout simplement parce que le thème traité est générique et son titre ne présente qu’une simple information sur ce qu’on va y trouver.

Mais si un individu fait un autre livre intitulé « UNE VOIE DE DEVELOPPEMENT POUR L’AFRIQUE : LA MONNAIE BINAIRE », il est évident que c‘est un plagiat, puisque nous sommes ici dans un domaine très spécifique, avec un titre qui ne se limite pas à une information sur un thème générique, mais annonce une nouvelle manière de traiter les problématiques du développement. Or, on ne peut pas jamais avoir une même annonce pour une même découverte par 2 personnes différentes.

Dans le cas d’espèce, le titre « LES ÉTOILES SOUS LA CENDRE » de MARIE JOSÉ PASCAL relève d’une grande originalité métonymique, dans laquelle les mots n’ont pas leur sens usuel, mais un sens symbolique spécifique à l’auteur. Ce n’est donc pas un thème générique, posé comme une donnée extérieure à l‘auteur, mais sa perception à lui qui n’est ni une perception objective, ni une thème

M. KAMTO qui est un juriste ne saurait donc le reprendre, à moins de reconnaitre qu’il a fait sien le symbolisme d’une autre personne, mais dans ce cas, il doit dire ouvertement : « les symboles de tels sont désormais les miens ».

L’habitude est une seconde nature. On a beau se le dissimuler, la malhonnêteté apparaitra toujours à travers les trous des oripeaux. Mais le pire, c’est toujours cette tendance à justifier tous les actes, même les plus ignominieux par la Meute ! L’univers de Kamto est essentiellement une écologie de la fraude décomplexée, de la tricherie triomphante, de la malhonnêteté dynamique.

Il n’existe aucune limite dans la recherche de l’argent, de la gloire et du pouvoir.

Tout peut se justifier, tout doit se justifier !

Le Pr MOUANGUE KOBILA peut maintenant se frotter les mains. Tout compte fait, l’avenir lui donne raison.