Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 04Article 606094

Opinions of Sunday, 4 July 2021

Auteur: English Cameroon for a United Cameroon?

Dette publique et théorie monétaire moderne - le cas du Cameroun et du Nigeria

Paul Biya et Muhammadu Buhari Paul Biya et Muhammadu Buhari

Dans une nouvelle tribune partagée ce dimanche 4 juillet, le English Cameroon for United Cameroon donne sa lecture de l'état actuel de l'économie camerounaise, le niveau de sa dette et les prêts, notamment les Eurobonds lancés par le régime de Yaoundé ces derniers mois.

---


1. Le ratio dette/PIB du Cameroun est d'environ 40-45% et l'honorable ministre des Finances dit que nous devrions nous réjouir et garder à l'esprit que même à 70%, la dette serait toujours soutenable. Soutenu par la garantie du FMI, le Cameroun a pu contracter un autre emprunt à un taux d'intérêt inférieur pour rembourser une dette à taux d'intérêt élevé. On a des raisons de croire que le FMI est à son tour dirigé par les Français qui contrôlent cette institution. Il semble que l'objectif soit d'apporter un soutien financier à la transition politique imminente au Cameroun. La France a besoin de moyens créatifs pour intervenir étant donné qu'elle dirige les banques coloniales de France-Afrique.

La principale voix de l'opposition, le MRC/CRM, a, à juste titre, mis en doute le régime jubilatoire que le parti au pouvoir souhaite que le pays partage. Maintenant, l'économie est une science notoirement complexe et différents indicateurs peuvent être invoqués pour proclamer l'innocence du diable. Mais y a-t-il quelque chose que l'on puisse dire pour justifier ou remettre en cause la musique de prospérité du Cameroun ? Le ministère des Finances tente de moderniser/numériser le recouvrement des paiements à l'État et de réduire le phénomène des travailleurs fantômes. C'est louable mais la situation alarmante de la dette improductive ne peut être réduite au silence par son faux optimisme. Nous pouvons voir pourquoi cet optimisme est faux et précisément conçu pour empêcher la demande populaire de démission de ce président Biya. M. Biya ne devrait pas être à la tête de l'État pour de nombreuses raisons évidentes.

2. Qu'est-ce que l'argent ? Cette question appelle une théorie de la monnaie. Les métaux précieux tels que l'or et l'argent ont été utilisés dans le passé comme monnaie et plus tard, des représentants de ces métaux ont été utilisés. Le génie économique et criminel écossais en une seule personne, John Law, a fortement plaidé en faveur du papier-monnaie dans la France du XVIIIe siècle. Son idée était que l'argent adossé à la terre est plus stable que l'argent adossé à des métaux précieux qui fluctuent énormément en fonction des découvertes exploratoires. Il était sur la bonne voie, disent la plupart aujourd'hui.

2.1. Depuis plusieurs décennies maintenant, l'argent n'est pas adossé à de l'or ou à un métal. L'argent est un morceau de papier qui n'a absolument aucune valeur intrinsèque, sauf l'injonction du gouvernement qu'il doit être accepté dans le règlement des dettes.

2.2. Si nous regardons l'argent très attentivement, nous verrions que l'argent est essentiellement la justice et c'est essentiellement une réalisation cachée du socialisme libéral par l'État. Il touche à la justice distributive. Il confère une prévisibilité dans l'interaction mutuelle des citoyens à travers l'échange de biens. Un gouvernement juste est donc très important pour le bon fonctionnement de l'argent en tant que système de justice et de socialisme libéral.

2.3. La théorie monétaire moderne considère les pays dotés de leurs propres banques nationales souveraines comme plus avantageux que ceux, comme la France-Afrique qui sous-traite leurs politiques monétaires à la France, ou la Grèce qui passe à la merci d'une Europe centralisée inspirée de l'Europe méridionale catholique. Les pays d'Afrique de l'Ouest comme le Nigeria devraient rester à l'écart des stratagèmes toxiques des Français pour mettre les anciennes colonies anglo-protestantes d'Afrique de l'Ouest sous son contrôle médiéval à travers France-Afrique.

2.4. L'objectif de la banque centrale du pays est de coordonner la production et l'injection d'argent dans l'économie de manière à maximiser l'emploi tout en maintenant les prix stables. Autrement dit, la banque devrait maintenir à la fois l'inflation et le chômage bas. L'inflation serait inévitable si l'État atteignait le plein emploi, mais de nombreux secteurs de biens et services sont sous-produits. Leur rareté ferait monter en flèche les prix sans aucun moyen d'induire plus de production des biens rares puisque l'emploi a atteint son maximum.

3. Les personnes qui reconnaissent que la théorie monétaire moderne est essentiellement fondée sur la justice et le socialisme libéral soutiennent que le ratio dette/PIB n'a pas d'importance dans l'élaboration des politiques. Ils pointent vers le Japon où le ratio dette/PIB est supérieur à 200 % mais les prix sont stables et l'emploi est élevé. Ceux qui regardent la situation de manière plus critique, ils soulignent que la dette du Japon est principalement domestique, donc le gouvernement peut maintenir un niveau d'endettement aussi élevé pour toujours ; c'est le socialisme implicite. Plus de dette publique interne signifie plus d'excédent dans l'économie et nous avons un jeu quelque peu neutre. C'est plus compliqué que ça. Ceux qui mettent l'accent sur la nature de l'argent en tant que manifestation de la justice, soulignent une certaine érosion du sentiment des citoyens de ce qui est juste lorsque la dette n'est pas correctement coordonnée avec les phénomènes économiques.
Dans le cas du Cameroun, la situation de la dette est dangereuse, surtout compte tenu de son fort couplage avec la corruption. Le résultat est une inflation élevée, un chômage élevé, une faible motivation pour une activité économique juste.

4. Il est bon de regarder quelques indicateurs économiques du Cameroun et de nos cousins, le Nigeria. Le Nigeria a une banque nationale souveraine tandis que le Cameroun est piégé dans le système bancaire colonial de France-Afrique. La France participe donc à la régulation des économies en Europe comme la Grèce et en France-Afrique.

4.1. Nigeria

Ratio dette/PIB : 29 % en 2019 et 35 % en 2020.
PIB par habitant selon la Banque mondiale, 2019 : 2229 USD
Chômage : 33 %
Sous-emploi : 22%
Ratio impôts/PIB : 6 %
taille du secteur public : 8,6 %
Inflation : environ 15% - crédible
4.2. Cameroun
Ratio dette/PIB : 41 % en 2019, environ 45 % actuellement.
PIB par habitant selon la Banque mondiale, 2019 : 1507 USD
Chômage : 3% (tout simplement faux !)
Sous-emploi : aucune donnée trouvée
Ratio impôts/PIB : environ 14 %
taille du secteur public : environ 10 %
Inflation : 2,8% rapporté pour 2020 - pas crédible.

4.3. Nigéria -Commentaire critique
La lutte du Nigeria et son attachement apparent à une démocratie constitutionnelle, ainsi qu'à une banque centrale souveraine, les placent dans une excellente position pour stabiliser les prix, maximiser l'emploi et promouvoir un gouvernement de société florissant selon l'état de droit. Mais leur plus grand défi est le manque de contrôle du gouvernement sur l'économie. Le gouvernement est mieux à même de contrôler l'économie par le biais des impôts et les pays développés ont tendance à avoir des ratios impôts/PIB de 20 à 40 %. Les économies émergentes en Afrique sont de l'ordre de 16 à 20 %. Le Nigeria n'a absolument pas réussi à augmenter le ratio impôts/PIB, une tâche qui est plus importante que la corruption (nous commenterons la corruption plus tard).

L'échec du Nigeria à augmenter les impôts semble être lié au taux d'imposition officiel, qui est faible et également insensible à l'inflation. Elle est également liée au manque d'infrastructures étatiques pour observer les transactions économiques imposables. De plus, le Nigeria n'a pas réussi à faire prendre conscience à ses citoyens que les problèmes imputés à l'État sont en réalité dus au manque d'argent des impôts. Il suffit ici de montrer que les Nigérians aisés ne paient pas d'impôts comme leurs frères et sœurs africains. Les Nigérians sont très mauvais pour payer les impôts, du moins dans leur pays d'origine. Ailleurs, ils peuvent être tentés de se livrer à l'évasion fiscale car cela va à l'encontre de leur culture. Cela peut être changé par les politiques gouvernementales.

Si les gouvernements fédéral et étatique sont en mesure de percevoir plus d'impôts, ils embaucheraient plus de travailleurs du secteur public et ils paieraient bien les enseignants. La qualité de l'éducation s'améliorerait et la malédiction des brillants universitaires fuyant l'enseignement pourrait s'inverser. Le secteur public du Nigeria est faible, à 8,6%. Pas étonnant que la criminalité et l'insécurité deviennent un problème parce que les gouvernements fédéral et des États manquent de personnel. Dans les économies développées du monde occidental, le secteur public varie d'environ 12 % à 40 %, la plupart entre 16 % et 20 %.

Un ratio impôts/PIB raisonnable et un secteur public important permettent à la banque centrale de remplir correctement sa fonction de stabilisation des prix et de maximisation de l'emploi. Le Nigeria a donc un potentiel énorme pour augmenter les recettes grâce à un ratio impôts/PIB qui atteint la moyenne africaine. Cela permettrait au Nigeria de payer aux professeurs d'université le salaire moyen africain, et non les bas salaires payés actuellement. Cela leur permettrait également de faire baisser davantage le chômage. Comme indiqué, le chômage est de 33% dont 22% de sous-emploi.

4.2. Cameroun - commentaire critique

Premièrement, la plupart des données sur le Cameroun sont douteuses ; ils semblent être conçus pour apaiser les créanciers. Il est possible que le PIB du Cameroun soit gonflé. Une telle inflation ferait paraître la dette plus petite en tant que ratio. Certes, toutes les données du PIB sont des estimations, mais certaines estimations sont faites par des personnes honnêtes tandis que d'autres sont faites par des escrocs et avec le temps, ces escrocs les propagent. L'impact de la guerre dans l'ouest du Cameroun et la baisse des prix du pétrole n'ont pas été correctement pris en compte.

Deuxièmement, le chômage et le sous-emploi du Cameroun sont certainement plus élevés que ceux du Nigeria. Les 3% de chômage cités dans certains documents du Cameroun et de nos créanciers mafieux n'ont aucun fondement dans la réalité. Un cycliste titulaire d'un master est considéré par le Cameroun comme un salarié à part entière. Il n'y a pas d'autre signe que ce gouvernement de M. Biya est déconnecté que les statistiques de chômage bas et insultantes dont il alimente les créanciers soutenus par la France. Ce devrait être la tâche de l'opposition d'exiger les vraies statistiques du chômage du gouvernement de M. Biya. L'opposition ne peut pas faire suer le gouvernement uniquement sur la dette (beaucoup de ces dettes sont des dettes odieuses, émises sur la base de fausses statistiques du travail et d'appels téléphoniques de France - nous ne devrions pas les rembourser).

Si le PIB du Cameroun a été artificiellement augmenté pour réduire la dette par ratio, et si les recettes fiscales sont correctes, alors le ratio réel impôts/PIB du Cameroun peut être bien supérieur à 14%, ce qui peut être sans commune mesure avec le niveau de maturité de l'économie camerounaise. Cela montre un État hyperpolice qui exploite le secteur privé pour payer les excès du gouvernement. Le secteur public dans les domaines critiques de l'éducation et de la santé reste trop faible alors qu'il explose dans le domaine de l'administration coloniale avec trop de commis coloniaux en uniformes coloniaux français.

Si nous choisissons certains produits courants au Cameroun - nourriture, vêtements et hygiène, nous verrons facilement que le taux d'inflation est beaucoup plus élevé que les moqueries rapportées par le gouvernement du Cameroun. La cause de cette inflation est un endettement improductif élevé et la corruption.

5. La corruption est-elle mauvaise ? Un économiste provocateur peut dire que la corruption n'est pas mauvaise pour l'économie tant que l'argent circule dans l'économie nationale. Tel serait un économiste qui détache l'économie de son essence fondamentale de justice dans la transaction citoyenne. Mais si la justice, reposant sur l'éthique, est essentielle pour l'économie, alors la corruption est définitivement mauvaise. On arrive à cette conclusion par intuition et réflexion après que certaines observations menacent de renverser l'intuition morale initiale sur le mal de la corruption.

5.1. Nous savons que les dettes du Cameroun sont improductives. L'argent est détourné par les milliers d'employés coloniaux qui se déclarent « gestionnaires compétents par affiliation tribale ». Cet argent détourné est peut-être utilisé pour construire des maisons, garder les amoureux hors du domicile conjugal, lancer des journaux pour chanter leurs louanges, et même construire des églises catholiques en remerciement au bon Dieu qui leur a permis de mal gérer les fonds de l'État. Certains peuvent même alléguer qu'un certain empire médiatique a été créé avec des richesses juste prises de l'État. Mais cet empire médiatique emploie des journalistes arrogants qui paient des loyers et achètent de la nourriture.

5.2. Lorsque Thomas Hobbes a expliqué pour la première fois comment l'intérêt personnel régissait le comportement des gens, un tel égoïsme a été dénoncé par les philosophes protestants après lui. Au XVIIIe siècle, un protestant français des Pays-Bas, Bernard Mandeville, sème à nouveau le trouble à travers une œuvre provocatrice, la Fable des abeilles. Son idée principale est que les gens sont motivés par leurs propres intérêts égoïstes et qu'ils prétendent être vertueux, mais d'une manière ou d'une autre, ces actes égoïstes se coordonnent et produisent la vertu publique. Le prophète protestant de Koenigsberg, Immanuel Kant, a nettoyé cette situation éthique désordonnée avec son concept de sociabilité asociale - la tension de l'égoïsme personnel et de la coopération qui colle la société. Mais cette image fonctionne quand il y a justice - primauté du droit et le sentiment qu'il y a équité même s'il n'y a pas d'altruisme dans ses actions ou dans les actions des autres. Le fait est donc que la corruption ne peut pas produire une économie juste et une société stable. Si cette corruption est animée par la dette, elle ne peut qu'entraîner davantage de dettes et un tel système économique ne pourra jamais produire les deux caractéristiques visées par la théorie monétaire - un faible taux de chômage et une faible inflation.

5.3. Il suffit de considérer la psychologie d'un Camerounais moyen pour établir ce constat. Lorsque les gens détournent des dettes dont ils ne connaissent pas la valeur, ils dépensent généreusement. Si un employé colonial détourne de l'argent du système néo-colonial, il voudra peut-être construire une maison dans son village parce que c'est ainsi que vous prouvez votre valeur. Ils peuvent payer n'importe quel prix pour la main-d'œuvre et pour le matériel afin que le travail soit terminé à temps. Mais cela augmente également les prix de ces biens et services dans leur communauté. Le fait que la dette n'ait pas été utilisée pour produire plus de biens et de services avant d'entrer dans l'économie signifie que la dette se traduit par de l'inflation.

En ce qui concerne le moral des chômeurs, le cousin de l'escroc reçoit de son cousin de l'argent qui vaut plus que le salaire annuel d'un instituteur ou d'une infirmière. Pourquoi une telle personne devrait-elle chercher un emploi à l'avenir ? Il suffit de prier pour avoir l'occasion de détourner à nouveau. La valeur du travail a été détruite par la dette improductive du Cameroun car ces dettes vont à des personnes qui ne rendent aucun service. Tout jeune camerounais au chômage connaît un autre Cameroun qui est aussi au chômage mais vit comme un prince ou une princesse grâce à l'argent emprunté par l'Etat et détourné par les administrateurs coloniaux.

Ainsi, nous pouvons admettre que puisque la corruption est à tous les niveaux de la société et que toutes les personnes impliquées n'ont pas de comptes suisses. Cela signifie que l'argent entre dans l'économie par l'intermédiaire des détourneurs d'argent. Mais un tel argent a pour effet net de déclencher l'inflation au Cameroun, de favoriser le chômage et de mettre en danger le PIB futur par son improductivité.


6. On peut donc dire qu'avec un ratio dette/PIB plus faible et un potentiel d'augmentation du ratio impôts/PIB, le Nigeria est dans une situation plus soutenable que le Cameroun. Nous avons déjà dit que le gouvernement fédéral du Nigeria est moins corrompu que les gouvernements locaux et les unités civiles de la société nigériane. Cela est dû en partie à une fiscalité médiocre et à une faible dotation en personnel du secteur public. Mais la situation du Cameroun est inquiétante - personne ne connaît le taux de chômage. Le taux d'imposition est assez élevé mais le secteur public est faible dans les domaines de l'éducation et de la santé. Personne ne connaît le véritable niveau d'inflation, mais la plupart, sinon tous, savent que l'inflation est bien plus élevée que les mensonges fabriqués par le Cameroun pour se qualifier pour les prêts garantis par la France. On pense que les prêts sont nécessaires pour arrêter un soulèvement populaire. Il est possible que si l'opposition commence à estimer le taux de chômage réel et à attaquer le gouvernement à ce sujet, le gouvernement désespéré de M. Biya et de ses alliés français empruntera plus d'argent pour en injecter dans l'économie. Cela pourrait se faire par une augmentation du secteur public de 2 à 3 %, comme l'embauche d'enseignants, d'infirmières et de médecins.

La crise de l'électricité peut être surmontée en peu de temps en adoptant la solution énergétique rapide idéale - des turbines à gaz plus fixes de fabricants tels que siemens. Elles nécessitent des temps de construction beaucoup plus courts que les centrales hydroélectriques et même si le gaz naturel est importé, la soif d'électricité au Nigeria et au Cameroun peut en payer les coûts.

Le message est donc que l'opposition a besoin de plus de sophistication économique pour attraper ces escrocs au sein du gouvernement. Avec leurs conseillers français, ils cherchent à perpétuer le gouvernement par les maîtres coloniaux et les arrangements tribaux et religieux choisis au Cameroun. M. Biya doit démissionner ; le RDPC devrait rivaliser sur un nouveau paquet politique, pas sur la glorification des dettes comme des miracles durables.