Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 05Article 606316

Opinions of Monday, 5 July 2021

Auteur: Richard Makon

Dépassé par la méchanceté des Camerounais, Richard Makon crache le feu

Le mal ne triomphe que là où il y a abondance de méchants. Le mal ne triomphe que là où il y a abondance de méchants.

Le spécialiste des sciences politiques est extenué par le degré de méchanceté de la société Camerounaise. Dans une tribune qu’il vient de publier, il dénonce les maux qui minent le Cameroun. Ceux-ci sont « népotisme, favoritisme, clientélisme, tribalisme, corruption, vol, pornographie, sorcellerie. » Pour sortir de cette situation, l’enseignant des sciences politiques appelle à un exorcisme collectif. Lire en intégralité son point de vue.


Une société de méchants
Le mal ne triomphe que là où il y a abondance de méchants, et démission généralisée des gens de bien. C'est connu !
Ce qui l'est aussi, c'est que le Cameroun est gangrené par le mal, sous ses divers visages (népotisme, favoritisme, clientélisme, tribalisme, corruption, vol, pornographie, sorcellerie, etc.), parce que les camerounais sont de grands méchants, jaloux de la "réussite", du "succès" et des "mérites" des autres.
La preuve, il n'y a qu'à voir l'acharnement avec lequel nous nous employons à détruire la réputation difficilement construite par nos frères, saboter les œuvres patiemment bâties par nos sœurs ! Nous sommes un Peuple de mécréants et de jaloux ! Et la jalousie, rappelons-le, est l'expression la plus courante de la sorcellerie.
Notre société a horreur de gens brillants, des porteurs de lumières, des gens de distinction qui rayonnent dans leurs domaines professionnels ou dans leurs activités. Qui plus est, lorsque ces personnes ne se laissent pas castrer politiquement, et décident de garder un minimum de liberté de parole critique. Une chasse à l'homme est immédiatement engagée...
Regardez les humiliations subies par les Jean-Marc ELA, Fabien EBOUSSI BOULAGA,

Manu DIBANGO que nous "célébrons" aujourd'hui ? Beaucoup d'autres compatriotes, en ce moment, subissent la même violence de l'AMN (Association des Méchants de la Nation). Nous les gens ordinaires nous croyons leur échapper, mais pour combien de temps encore. Lorsqu'ils n'auront plus de brillants à détruire, nous deviendrons leurs proies, même par défaut. Les méchants ne se reposent pas !

Ailleurs où l'on célèbre et vante les champions nationaux, à défaut de les bâtir, au Cameroun on traque toute personne qui a osé s'extraire de la gadoue de la médiocrité, de l'armée des ignorants, pour se construire sa petite place au soleil, pour se hisser à l'horizon des lumières.
C'est pour cela que notre société s'acharne, a contrario, à élever les contre-modèles. Sous le couvert du pouvoir discrétionnaire, on n'accorde le marché public qu'au plus nul, on nomme toujours un incompétent, très souvent un illettré notoire, au-dessus de personnes brillantes et/ou compétentes, pour briser leur capacité à résister à l'oppression, à contester l'incurie, à s'insurger contre l'ignominie.