Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 11 15Article 555958

Opinions of Sunday, 15 November 2020

Journaliste: Cyrille Tollo

Crise anglophone : quand l'Éthiopie parle au Cameroun

Aucun Président ne peut déclarer la guerre à une partie de son peuple. Ce qui se passe aujourd'hui en Ethiopie est la preuve que le Président Biya n'a jamais déclaré la guerre aux anglophones comme la rhétorique talibano-ambazonienne l'affirme souvent. Ceux qui le disent, oublient ou feignent d'oublier qu'avant la supposée "déclaration de guerre", le 30 décembre 2017 quatre militaires ont été égorgés par les sécessionnistes Ambazoniens dans le.village d'Agborkem German au sud-ouest. Deux jours plus tôt deux policiers furent froidement abbatus et bien avant deux autres soit un total de huit éléments de nos FDS.

Et voici la supposée déclaration de guerre du Président Biya à son peuple
" Le Cameroun est victime des attaques à répétition d'une bande de terroristes se réclamant d'un mouvement sécessionniste.... toutes les dispositions sont prises pour mettre hors d'état de nuire ces criminels". Il fait cette déclaration le 30 novembre de retour d'Abidjan où il assistait à une réunion de l'UA.

Je ne vais pas faire l'exégèse de cette déclaration du Président, mais la situation actuelle qui prévaut en Ethiopie m'interpelle à plusieurs points. En attaquant une base militaire fédérale faisant plusieurs morts, le Front de Libération du Peuple du Tigre (FLPT), mouvement irredentiste savait bien qu'il s'agissait d'une déclaration de guerre contre Addis-Abeba. La posologie du Premier Ministre Ethipien Abiy Ahmed fût immédiate, radicale et musclée. Internet coupé, envoie de bataillons militaires, y compris l''armée de l'air, tout ceux qui font l'apologie du sécessionnisme sont arrêtés. Le reste du pays est mobilisé, les dons de sang affluent.
Curieusement, personne même pas les Nations unies ne demandent au gouvernement Ethiopien de négocier avec le FLPT, personne ne presse le gouvernement pour rétablir Internet, etc.. et pourquoi cette guerre de sécession alors que l'Ethiopie est bien une fédération. Je pensais que le fédéralisme était là panacée contre la sécession.

Au Cameroun, le Président Biya n'a pas envoyé l'armée au NOSO, juste les forces spéciales notamment le BIR, internet qui avait été momentanément suspendu en 2016 fonctionne et alimente le conflit, le.gouvernement a organisé un Grand Dialogue National en octobre 2019, les leaders sécessionnistes se pavanent dans les rue de Londres, Washington, Bruxelles, etc...alors que nos services de renseignement peuvent les exécuter où qu'ils se trouvent dans ce monde.

Des petits partis politiques exigent même de l'État un seccez-le-feu, le retrait de l'armée, la libération des chefs sécessionnistes pour soit disant ramener la paix. Exactement le genre de sottises qu'il ne faut pas entendre surtout que des sécessionnistes, ils ne demandent rien. Le Président Biya est exceptionnel ! C'est peut-être cela la chance de certains !

Ce qui est bien c'est que le Premier Ministre Ethiopien est Prix Nobel de la paix. Il nous montre ce que l'État est capable de faire pour défendre son intégrité territoriale. l'Éthiopie parle au Cameroun.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter