Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 01 19Article 568115

Opinions of Tuesday, 19 January 2021

Auteur: Patrice Nouma

Crise anglophone: la France tourne le dos subitement à Paul Biya

La France est finalement un pays qui sait souffler sur des braises quand ça l'intéresse et surtout quand ses intérêts sont menacés et qui sait jouer les sapeurs-pompiers quand elle se sent confortée dans ses intérêts.
Sa récente sortie sur le drame de MAUTO dans la région du Sud ouest vient encore de le confirmer.
Dire que :" la France condamne l'usage indiscriminé de la violence contre les civils et appelle à faire toute la lumière sur ce crime injustifiable " est cynique.

Cynique d'abord parce que la France ne désigne pas nommément ceux qu'elle accuse et ménage donc les deux bords c'est-à-dire les terroristes et l'armée régulière ensuite parce qu'elle sait qu'il y aura enquêté et fait comme si c'est elle qui prescrivait des enquêtes au gouvernement camerounais.
Cette façon de faire est cynique et ne vise une seule chose. Permettre à la France de continuer à souffler le charbon et la braise pour garder ses intérêts par tous les moyens au Cameroun.

Son partenaire Paul Biya est fatigué. Elle travaille dans l'ombre pour lui trouver une pièce de rechange . En même temps elle ne veut pas laisser se dévoiler en ménageant les autres qui guettent le pouvoir. Voila l'enjeu d'une telle sortie de la France qui au demeurant est inopportune !!
Les camerounais ne doivent plus laisser passer l'imposture. Ils doivent eux-mêmes prendre leurs destins en mains en évitant que des états amis qui leur ont fait du mal continuent avec leur cynisme qui n'a qu'un seul objectif. Préserver les intérêts de certains gouvernants Français au Cameroun par tous les moyens !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter