Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 09 22Article 619654

Opinions of Wednesday, 22 September 2021

Auteur: BORIS BERTOLT

CovidGate: le nouveau scandale de 2 milliards qui éclabousse Ngoh Ngoh et Ayem Mauger

Il a réalisé l’exploit de facturer des faux tests 5 fois plus chers que les vrais tests Il a réalisé l’exploit de facturer des faux tests 5 fois plus chers que les vrais tests

C'est une kyrielles de scandales qui peignent en noir l'image peu reluisante du ministre secrétaire général de la présidence Ferdinand Ngoh Ngoh. Avec son associé de toujours Ayem Mauger et par le biais de la Task Force de la présidence de la République, ils sont accusés d'avoir fait perdre 02 milliards à l'Etat camerounais. Selon le lanceur d'alertes Boris Bertolt, ils ont réalisé l’exploit de facturer des faux tests 5 fois plus chers que les vrais Tests Antigéniqyes COVID-19.

Ci-dessous l'intégralité des révélations

Le 30 août 2021, sous la signature du secrétaire général de la présidence de République, Ferdinand Ngoh Ngoh alias « l’homme à la punk », le ministre de la Santé Manaouda Malachie est instruit d’acquérir 750 000 test TDR pour un montant de 4 milliards 336 656 250 FCFA. Soit 500 000 tests AG COVID-19 et 250 000 tests rapides biosynex. Le marché est confié à deux sociétés : AEHAN GLOBAL basée à Yaoundé pour un montant de 3 milliards 036 250 000 FCFA et NYL COMPANY, basée à Douala, pour une enveloppe de 1 milliard 300 406 250 FCFA. Sauf que le processus de passation de ce marché par la TASK FORCE COVID-19 est entaché de plusieurs irrégularités.

En effet, le prix du test COVID-19 qui devra être payé par le contribuable camerounais dans le cadre de cette commande est de 6000 FCFA l’unité. Or je peux confirmer que cette commission ayant à sa tête le Pr Eno et le conseiller Ayem Mauger a reçu sur sa table une proposition pour l’acquisition d’un test à 2137 FCFA. Cette proposition était formulée par l’entreprise BIOPHARCAM pour la livraison de 500 000 tests. Les responsables de BIOPHARCAM ont d’ailleurs été reçus à la présidence de la République. BIOPHARCAM a alors demandé une lettre d’attestation irrévocable du gouvernement pour pouvoir obtenir des banques les moyens financiers pour une telle opération. C’est alors que la TASK FORCE se fâche et décide de confier le marché à la société AEHAN GLOBAL basée à Yaoundé, inconnue au bataillon et qui n’a aucune expérience dans le domaine.

Cette entreprise, AEHAN GLOBAL, va vendre un test au gouvernement camerounais à 6000 FCFA l’unité. Soit une augmentation de 3863 FCFA par test par rapport au prix de BIOPHARCAM. Ce qui entraine une perte sèche dans les caisses de l’Etat de près de deux milliards FCFA.

Mais il y a plus grave dans cette affaire. Les tests que Ferdinand Ngoh Ngoh instruit d’acquérir à coup de milliards ne figurent pas sur la liste des tests homologués par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme vous pouvez le voir dans la liste des tests homologués par l’OMS. Ils sont considérés comme des faux tests par tout pays sérieux. D’ailleurs à la suite de cette lettre, Manaouda Malachie a adressé une note à Paul Biya dans laquelle il souligne qu’il ne saurait signer ladite commande dans la mesure où les tests ne seront pas valides.

Or, quelques jours avant, soit le 25 août 2021, la CENAME a réceptionné 50 000 Tests Antigéniqyes COVID-19 financés par l’organisation américaine Clinton Health Access Initiative (CHAI); ces tests qui étaient les même proposés par BIOPHARCAM ont été acquis aux Etats-Unis à 2,6 dollars soit 1200 FCFA. La Task Force de la présidence de la République a réalisé l’exploit de facturer des faux tests 5 fois plus chers que les vrais tests.