Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 06 09Article 601153

Opinions of Wednesday, 9 June 2021

Auteur: English Cameroon for a United Cameroon

CovidGate: le Cameroun au bord de l'implosion

'L'implosion peut être évitée si Paul Biya démissionne' 'L'implosion peut être évitée si Paul Biya démissionne'

Dans une analyse comparative entre le Cameroun et le Sénégal dans la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19, des activistes anglophones mettent en lumière trois types d'États "France-Africain" qui existent actuellement sur le continent noir. Sur les fonds du FMI, ils révèlent que "le Cameroun a reçu un total de 382 millions USD et le Sénégal a reçu une facilité de crédit rapide de 442 millions USD." et concluent que "la manière dont le Sénégal a affronté la pandémie montre l'existence d'un gouvernement fonctionnel".

S'agissant du Cameroun et des multiples scandales liés à la gestion des fonds spéciaux Covid, ils font remarquer que "le détournement de fonds et l'incompétence constituent un obstacle insurmontable au développement" et précisent que cette situation peut facilement entrainer l'implosion du pays.


Il existe trois types d'États France-Afrique : ceux fonctionnant à la France-Afrique mais loin de l'implosion, les États France-Afrique implosés et affichant pleinement l'essence de la France-africanisme, et les États France-Afrique avec un semblant de démocratie constitutionnelle. Certains États sont en voie de transition. Le Cameroun est au bord de l'implosion et le Sénégal montre des signes d'attachement à une démocratie constitutionnelle multipartite durable. La majorité au parlement rend impossible le multipartisme compétitif et la conséquence logique en est une autocratie corrompue à parti unique qui finit par dégénérer en implosion. Mais pour l'instant, le Sénégal peut passer pour une démocratie constitutionnelle mais pas pour une avec un multipartisme clairement compétitif.

Les différences entre les types de France-africanisme représentés par le Cameroun et le Sénégal peuvent être vues dans la manière dont les deux pays abordent le COVID-19 avec des fonds du FMI. Le Cameroun a reçu un total de 382 millions USD et le Sénégal a reçu une facilité de crédit rapide de 442 millions USD. Le prêt sénégalais se traduit par environ 230 milliards de francs coloniaux français en Afrique (de l'Ouest).

Avec un président engagé, la manière dont le Sénégal a affronté la pandémie montre l'existence d'un gouvernement fonctionnel. L'échec au Cameroun est dû à la négligence au devoir de Paul Biya qui a techniquement démissionné et installé Ferdinand Ngoh Ngoh en tant que président par intérim inconstitutionnel. Nous sommes distraits par les malversations occasionnées par cette négligence des devoirs présidentiels ; nous devrions appeler Paul Biya à officialiser sa démission.

Si le FMI n'est pas satisfait du charabia soumis par le Cameroun au nom des rapports, c'est parce que des États France-Afrique plus fonctionnels comme le Sénégal ont fixé des normes un peu plus élevées pour les États France-Afrique en implosion. Voici ce que rapportent les Sénégalais :
Ils ont traité la santé, la protection sociale et la stabilisation économique comme trois grands objectifs.

- Le Sénégal a utilisé 97 milliards de francs coloniaux pour tester, traiter et prévenir le virus corona. Le Cameroun compte environ 26 millions d'habitants tandis que le Sénégal en compte 16 millions. Ainsi, s'ils avaient été de 26 millions, on se serait attendu à environ 150 milliards pour ce poste. M. Manaouda est perçu comme un ministre débauché qui aurait dû rester dans la limite d'un budget santé irréaliste. Encore une fois, c'est un signe de l'arrogance et de l'ignorance du Cameroun France-Afrique, indicatif d'une implosion imminente.

- Protection sociale : Le Sénégal a donné environ 64 milliards de francs coloniaux d'aide alimentaire à un million de ménages dans le besoin. C'est-à-dire que l'État a utilisé cet argent pour aider 6,3 % de la population en situation de pauvreté. Mais ce n'est pas tout. Le Sénégal a suspendu 15,9 milliards de francs coloniaux de factures d'eau et d'électricité pour les ménages très pauvres. Le Cameroun n'a rien fait de tel.

- Stabilisation de l'économie : le Sénégal a donné 100 milliards de francs coloniaux à l'industrie du tourisme fortement touchée sous forme d'aide financière à travers un programme bien coordonné. Pour aider les industries, le Sénégal a également payé plus d'obligations de l'État aux entreprises privées que prévu dans le budget. Des possibilités de crédit partiel ont été offertes aux grandes et petites entreprises à hauteur de 200 milliards de francs coloniaux. Fait intéressant, peu d'entreprises ont essayé d'en profiter pour éviter de s'endetter. Les conditions ont été assouplies pour encourager davantage d'entreprises à utiliser la ligne de crédit partielle.
Nous ne savons pas encore si le GICAM a bénéficié des aides de l'État de manière opaque. Opaque car nous n'avons pas entendu parler de l'étendue de l'aide et des conditions dans lesquelles une entreprise pouvait prétendre à une aide gouvernementale.

Lorsque l'on additionne l'argent utilisé par le Sénégal pour lutter contre la pandémie de COVID, on voit facilement qu'il est supérieur aux 230 milliards de francs coloniaux empruntés. Cela montre que l'État a utilisé d'autres sources telles que le budget, l'épargne, les remboursements de prêts différés, etc.

Alors que la CONSUPE regarde au-delà de l'objectif militant de la Chambre des Comptes, on nous dit que des voleurs ont fait irruption dans les bureaux de la CONSUPE. Ils ont fait de même à la Direction Générale des Impôts. Cette coïncidence justifie le soupçon que les départements ministériels contrôlés ou leurs partenaires commerciaux ne sont pas satisfaits des traces qu'ils ont laissées. Mais aucune action achevée dans ce monde ne peut être complètement libérée des traces laissées. Toutes les actions laissent des traces ; il suffit d'avoir les bonnes compétences et la bonne détermination pour retrouver l'historique des actions.

Le plus grand problème du Cameroun est que l'argent ne peut pas être transformé en projets finis à temps. Le détournement de fonds et l'incompétence constituent un obstacle insurmontable au développement. Si votre serviteur sait que vous êtes un voleur, il ne peut s'empêcher de voler quand il le juge bon. Tous les ministres et autres fonctionnaires savent que M. Biya est un voleur d'élections. Il truque les élections pour rester au pouvoir et n'a jamais déclaré sa propre propriété. Il utilise simplement la jurisprudence Carl Schmittian avec une coloration papale pour insinuer qu'il est un saint alors que certains ou tous ses ministres sont des voleurs. Cela ne fonctionne pas de cette façon. Le Cameroun ne peut pas fonctionner si un bandit est à la barre ; que ce soit juste un voleur de votes.

La solution est que Paul Biya devrait démissionner. Ceux qui en doutent n'ont qu'à attendre. On apprend maintenant qu'il faut 110 000 francs coloniaux pour un passeport. La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada délivrent tous des passeports à moins de 70 000 francs coloniaux équivalents. Seul un État France-Afrique en implosion imprime de l'argent pour provoquer l'inflation, augmente les prix pour compenser l'argent volé, et continue de manquer à ses obligations. L'implosion peut être évitée si Paul Biya démissionne et que le Cameroun suit la constitution pour élire un nouveau président.